undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles8
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 octobre 2002
washing machine,sortit en 95 est a mon sens le meilleur opus de toute la gamme sonic... et dieu sait qu'elle est profonde... Cet album de SONIC YOUTH est avant tout une ambiance...(comme tout les autres albums me direz vous!)et bien non, celui-ci possède une âme bien particulière... Tout d'abord, de part la qualité de son livret qui renferme des photos d'un esprit plus que jamais super-sonic...puis par la beauté intergalactique de ses 10 morceaux suivient du majestueux Diamond Sea qui en réalité n'est pas sur l'album mais dans vos têtes, avec ses 19 minutes d'envoûtement du meilleur goût... On retrouve également sur cet album la voix ultra-sexy de Kim Gordon sur les excellentes:"Becuz", "Washing Machine", "Little Trouble Girl" et sur le trés spécial "Panty Lies" qui saura ravir les amateurs des sons soniques du debut des années 80... Les guitares légendaires des New-Yorkais savent êtres suaves et brûmeuses sur "Unwind" , déjantées et tranchantes sur "Junkie's promise", précises et incroyablement mélodiques sur "Saucer-Like" et enfin tout le talent a la fois poétique, dépréssif et saccadé du quatuor se fait sentir sur le trés troublant "No Queen Blues" qui a mon sens est le meilleur moment de la galette. Pour ceux qui n'ont jamais vécu l'expérience sensationelle de WASHING MACHINE, on se sent comme nettoyer par cette avalanche de sons inconnus par notre cerveau... peut-être est-ce cela le paradis...
0Commentaire16 sur 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En 1995, Sonic Youth établit ses quartiers à Memphis, tourne définitivement le dos au grunge
et au rock dit alternatif. Détendu par les soirées barbecue, et infusé par l'âme originelle du
rock'n'roll qui sature l'air de la ville, il s'attelle à enregistrer Washing Machine, successeur
du mal-aimé Experimental Jet Set Trash & No Star.
Kim Gordon, enthousiasmée par son expérience dans Free Kitten décide de délaisser la basse au profit de la guitare, au grand dam du batteur Steve Shelley.
Par la même occasion, les deux guitaristes originaux, Lee Ranaldo et Thurston Moore, découvrent le plaisir des pédales d'effets de modulation, ce qui va non pas révolutionner, mais transformer en douceur le son du groupe.

Libres et à des lieues des canons en vigueur du rock commercial, les chansons ne s'imposent pas de limites, jouent sans vergogne avec les structures et s'amusent avec les durées.
Certaines flanent, bucoliques et apaisées, tel l'harmonieux Unwind, à peine troublé par quelques guitares aiguisées qui se rebellent à la fin.
D'autres, plus fiévreuses, renouent avec la violence des origines, comme ce marécageux No Queen Blues qui se termine dans un déferlement bruitiste avec une intensité epileptique quasi nauséeuse.
Les riffs tordus et malades de Skiptracer et Saucer Like donnent naissance à deux immenses chansons, portées conjointement vers les sommets par les déclamations 'spoken-word' de Lee Ranaldo et d'hypnotiques crescendos de guitare.
Little Trouble Girl offre une partie de chant à la pasionaria des Breeders et des Pixies, Kim Deal, mais le résultat final, pourtant charmant, reste assez anecdotique.
L'abrasif Panty Lies met aux prises Kim Gordon avec son nouveau statut de mère et la voit s'exprimer par onomatopées monosyllabiques plutôt sexy. Becuz propose un son de guitare envoutant et des riffs inspirés mais se révèle au final un peu trop répétitif pour marquer les esprits aussi durablement que d'autres chefs-d'oeuvre du groupe. Junkie's Promise est une scorie punk-rock qui semble avoir été composée en roue-libre mais qui malgré ses faiblesses comporte ses bons moments.

Ne reste plus qu'à évoquer les deux morceaux de bravoure de l'album.
La chanson titre, qui dure près de 10 minutes nous entraine peu à peu, depuis son thème de départ dans une spirale infernale de guitares totalement jouissive et revigorante qui secoue, agite, nettoie les oreilles en profondeur, rince et essore et laisse finalement pantois, un sourire radieux aux lèvres.
The Diamond Sea, elle, débute comme une ballade, assez surprenante pour Sonic Youth, mélodieuse, aux lignes épurées. La plupart des groupes s'en serait tenu là, caressant l'espoir secret de tenir enfin un hit taillé pour les radios. Au lieu de ça, les new yorkais emmènent plutôt le morceau par monts et par vaux, le faisant passer, le long de ses 20 minutes qui en paraissent à peine 5, par tous les états : tempête sonique, riffs cinglants, déluge de feedback, parfaite ritournelle pop, comme un résumé de l'ensemble de leur carrière, depuis leurs débuts fracassants jusqu'à leur maturité nouvelle.

Une parfaite conclusion à un excellent album, qui éloigne Sonic Youth des rivages balisés du rock indépendant/alternatif pour les emmener un peu plus loin dans leurs explorations jusqu'au chef d'oeuvre expérimental et tourmenté que sera son successeur, A Thousand Leaves.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un jour, j'ai décidé d'aller voir du côté de chez Sonic Youth, et je suis tombé sur cet album, qui était le tout nouveau du groupe en cette année 1995... Un groupe qui avait tous ses chefs-d'oeuvres derrière lui déjà à cette époque ("Goo", "Dirty", "Evol", "Sister", "Daydream Nation"), mais qui allait en produire encore au moins un, ce "Washing Machine" donc.
Un album sidérant autant que séduisant, et très démocratique en plus (dans le sens parité homme/femme) : en effet, un titre sur deux est chanté par Thurston Moore (homme), l'autre par Kim Gordon (femme)...
SY est au rock (indé) ce que Berg/Webern/Schönberg ou encore John Cage (piano préparé là, guitares préparées ici) ont été à la musique post-romantique puis contemporaine en leur temps, c'est-à-dire un scandale sonore, en même temps qu'une totale remise en cause des règles existantes (quoique moins avant-gardiste que le célèbre trio viennois cité plus haut), avec mélange de mélodies pop, de dissonances et de recherches sonores hallucinantes.
En vinyle, c'était un double album; en compact-disc, c'est plus d'une heure de musique qui est comme un long trip aventureux et acide dont on a jamais envie de revenir.
Un des tout meilleurs albums de l'une des formations les plus intéressantes du rock moderne et actuel : incontournable comme un continent inconnu aux limites indéterminées et en expansion perpétuelle, inévitable comme une rencontre du Xième type sur une route perdue alors que l'on cherche un introuvable raccourci, rencontre bouleversante que l'on désirait tant qu'elle a finit par arriver, avec une entité au langage inconnu mais fascinant.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2005
Enorme... comment décrire cet album autrement ?
Le premier que j'ai écouté de Sonic Youth, ce qui m'a évidemment ammené à écouter tous les autres... Je n'aime pas le coté "fan" mais la musique de ce groupe est addictive, elle s'insinue en vous jusqu'à devenir une part de vous même (The diamond sea évidemment)
La progression des morceaux, les ambiances allant de l'apaisement à la folie pure, font de cet album un momument !
Le titre éponyme, washing machine, avec sa fin en spirale qui retourne le cerveau, Skip tracer qui est pour moi indissociable de diamond sea, sorte de prélude à ce morceau incroyable, ou encore l'ambiance glauque de Little trouble girl et la légérté absolue de Unwind... Décidemment 10 ans après, ce disque reste une référence absolue pour moi... Attention cependant, le caractère très marqué de cette musique peut rendre les autres groupes un peu "fades"...
Sonic reste un groupe de scène, n'oubliez pas d'aller les voir...
0Commentaire10 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2003
Fan de Sonic Youth depuis de très nombreuses années, je crois que jamais ce groupe n'aura repoussé aussi loin les limites de l'audace sonore. "Diamond Sea" clôture de manière tonitruante, presque biblique, cet opus inclassable....
Un de mes albums-culte !
5 étoiles puisqu'il s'agit du maximum autorisé.
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2014
Après la déferlante Goo et Dirty et le retour aux sources du sous-estimé Experimental..., Sonic Youth se retire à la campagne et peaufine cette machine à laver. Album plus intimiste et nonchalant, aux guitares plus coulantes et aux morceaux s'étirant, il entame une période plus Post Rock, souvent boudé par les fans des disques précédents. Même si on décèle des longueurs et des passages faibles, Washing Machine reste un bon album de Noise Rock à la Sonic Youth, en mode repos sous la véranda, avec ces grands moments. Et en guise de final, un morceau ultime de 20 minutes qui montre tout le savoir-faire du groupe avec ses riffs excellents et sa mélodie entêtante. Une ballade sous la chaleur écrasante avant d’apercevoir la beauté de l’océan tel un diamant !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2004
C'est avec cet album que j'ai découvert l'univers de sonic. Dès lors, impossible de m'en défaire. Peut-être pas le meilleur (face aux monuments "Evol", "Sister", "daydream nation") mais pourtant, tout y est. Le bruit, les mélodies splendides (The diamond sea, encore et encore), et cette construction sonore si chère à sonic youth. Depuis, les portes du paradis se sont ouvertes (My bloody valentine, pavement, Blonde redhead, Hood, Joan of arc,... pour ne citer qu'eux). Attention tout de même, tout cela peut paraître un peu... déconcertant pour le néophite.
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2002
Les amateurs de Sonic Youth comprendront ce que signifie excellent pour un album de ces Artistes.
0Commentaire4 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

24,99 €
8,24 €
6,99 €
20,00 €