undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,0 sur 5 étoiles1
3,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:22,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Sans doute ce Filmworks fonctionnerait-il mieux avec son support visuel. En l'occurrence, prévue pour le Trespass (Les Pilleurs en VF) de Walter Hill, la musique ici présentée aura été recalée au bénéfice du score composé par Ry Cooder. C'est donc une bande-son sans image qui nous est proposée et, à vrai dire, on imagine mal cette musique à dominante abstraite illustrant le nanar « tous flingues dehors » de Mister Hill. Et on ne parlera même pas des enchainements difficiles avec les hip-hoperies « pour vendre », pas toujours du meilleur tonneau (Ice T est au casting, ceci explique sans doute cela), que la production a eu la « bonne idée » d'insuffler à la BOF (d'autant plus bof que le score de Cooder, pas extraordinaire mais pas indigne, n'y est pas même repris).

Mais bref, revenons à nos moutons et à ce qui aurait donc dû être le score de ce Trespass vite oublié. Et donc, Zorn s'y lâche ! Et l'auditeur gagnera à en faire autant s'il veut « rentrer dans la combine » car, enfin, le caractère souvent bruitif, percussif ou minimaliste et rarement mélodique de ces sons n'est pas exactement le lot quotidien du mélomane. Des textures grinçantes et éthérées d'une Intro jouant sur l'ambiance plus que sur l'harmonie aux rugissements cacophoniques d'I Stole from Jesus Christ, l'auditeur est d'emblée plongé dans l'abstraction comme ce sera souvent le cas par la suite. C'est heureux, quelques passages plus mélodiques (un Main Title, qui sent le désert et la poussière, où Ribot tâte du banjo par exemple) mais c'est l'exception dans une BOF taquinant plus volonté l'ambient glauque et destructuré que le contrepoint savant qui fonctionne à dose homéopathique (voir l'excellent Rattlesnakes for Sergio Leone, pour s'en convaincre) mais est « un peu beaucoup » à encaisser dans son entièreté. Ceci dit, on s'imagine bien, roulant paresseusement sur un Highway arizonienne, vivre un trip easy-riderien au son de ces étranges vignettes. Pas sûr qu'on en ressorte indemne, cependant.

Pas la plus intéressante des sorties de la série des Filmworks, ce second volume sera avant tout à réserver aux complétistes de la chose zornienne et à ceux que les aventures soniques hors du commun n'effraient pas.

Personnel:
- Anthony Coleman: piano préparé, claviers
- Carol Emanuel: harpe
- Andy Haas: didjeridu
- Jim Pugliese: percussions
- Cyro Baptista: percussions
- Marc Ribot: guitare, banjo
- David Shea: platines, échantillonnage
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)