undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

25 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce coffret Rachmaninov s'apparente pour moi plutôt à un coffre aux trésors. Il contient ses trois symphonies et trois de ses poèmes symphoniques : Danses Symphoniques, l'Île aux Morts et les Cloches. Un coffret d'une richesse musicale immense par la qualité et aussi par la quantité puisque chacun des trois disques dépasse les 75 minutes...

Le fiasco de la première symphonie est incompréhensible, mais ce n'est pas la première fois que le public ou les critiques se trompent sur une œuvre. Après ce désastre, elle ne fut plus jouée du vivant du compositeur. Celui-ci ne fit d'ailleurs pas imprimer la partition. Ce n'est que quelques années plus tard que la partie orchestrale fut retrouvée. Cette œuvre très mouvementée est d'une variété surprenante. Elle exploite des thèmes traditionnels, recèle des épisodes plus dansants, fait entendre des richesses mélodiques et des passages bouillonnants et exaltants. Quelle traversée ! L'orchestration très fouillée atteint par moments une puissance qui vous soulève littéralement, comme à la fin du dernier mouvement où les déferlements qui se suivent vous laissent peu de temps pour reprendre votre souffle. La dernière minute avec ses six notes répétées huit fois crée un effet véritablement hypnotique. Une symphonie phénoménale, qui hisse la musique et les instruments vers une jubilation irrésistible.

La deuxième symphonie ne se présente plus. Certains lui reprochent son caractère nostalgique voire sentimental, mais il ne faut pas limiter cette œuvre à son fameux 3ème mouvement, même s'il constitue une des plus belles pages du compositeur. Les passages puissants sont nombreux et si le côté mélodique voire chantant est important, les développements orageux ne manquent pas. Énergie, fête et nostalgie se succèdent dans cette œuvre majeure composée durant une période très féconde de la vie de Rachmaninov.

La troisième, en trois mouvements, vous emporte dès le début du 1er mouvement. Un thème très mélodieux vous emmène comme le ferait une vague, et on se surprend à suivre le mouvement de la tête. Ce thème, le deuxième de la symphonie, est splendide. Il reviendra d'ailleurs plus loin, ainsi qu'une profusion d'autres toujours richement orchestrés. A mon sens la plus « visuelle » des trois, avec des passages dans des lieux tranquilles ou tourmentés, majestueux ou plus nostalgiques. On ressent parfois une certaine empathie avec d'autres compositeurs par des traits orchestraux, des atmosphères. A la croisée de plusieurs époques, de plusieurs pays, le message de Rachmaninov est, dans cette symphonie, d'une grande universalité.

Les Danses Symphoniques (au nombre de trois), sont très vivantes comme il se doit. Ce ne sont pas des œuvres majeures, mais elles ne sont en rien à négliger. D'un accès plus immédiat, ces trois pièces constituent une sorte d'intermède à ne pas confondre avec des œuvres creuses ou de remplissage. Vous serez plus conviés au ballet que sur la place d'un village pour une ronde populaire tant les ambiances sont multiples et propres à évoquer des scènes grandioses. Et parfois, vous verrez simplement danser vos souvenirs, aidé en cela par des airs nostalgiques venus de loin. Des danses sur des musiques aussi aptes à vous bousculer qu'à faire naître des images...

L'Île des Morts est une pièce d'importance (plus de 20 minutes), mais c'est surtout par son contenu qu'elle impressionne. L'ampleur et la majesté la caractérisent. L'orchestration est plus globale en ce sens que les instruments jouent plus à l'unisson et donc sans se détacher les uns des autres, ce qui n'empêche des passages plus aérés. Les percussions sont plus fondues mais très puissantes par moments. Une oeuvre grave et solennelle, mais qui, malgré son nom n'est ni sombre ni lugubre.

Les Cloches enfin, une symphonie avec chœurs. Quatre mouvements pour nous parler des grelots des traîneaux, des cloches d'or du mariage, des hurlements de la cloche d'alarme et enfin de celle du glas funèbre (le texte en plusieurs langues se trouve dans le livret). Magnifiquement orchestrées avec de superbes présences de chœurs, ces pièces nous convient à des ambiances très diverses. On va de l'opéra aux grands hymnes en passant par la magie de voix plus aériennes. Remarquable !

Un mot sur la qualité technique également. Tout simplement stupéfiante. Du tout grand Decca. Un espace sonore très ample dans lequel les instruments sont positionnés à la perfection, des timbres parfaits, une précision impressionnante dans les plans sonores. La dynamique est immense avec des cuivres éclatants, des percussions d'une puissance renversante et des moments très confidentiels où l'un ou l'autre instrument joue très bas dans un silence « vivant ». Une jubilation pour l'oreille et un défi pour l'installation.
Un très grand orchestre dirigé par un chef au sommet de son art, un chef qui détaille ces partitions avec une précision confondante.
Un coffre aux trésors, une somme phénoménale pour une somme dérisoire. L'occasion de connaître davantage un des compositeurs majeurs du siècle passé, un musicien qui avec ou sans piano est d'une générosité musicale sans limite et doté d'une capacité de composition qui semble sans limites.
2020 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je n'ai découvert Rachmaninov que tardivement parce que je le croyais facile et de mauvais goût. J'avais tort. Ses œuvres symphoniques (non seulement les 3 symphonies, mais aussi les Danses symphoniques, L'île des morts et Les cloches) sont puissantes, émouvantes, d'un lyrisme souvent poignant et elles sont beaucoup plus modernes que ce qu'on pourrait penser.

À la tête d'un Concertgebouw Orchestra éblouissant d'ivresse sonore, Vladimir Ashkenazy a gravé des interprétations de référence magnifiées par une excellente prise de son. Je possède aussi les enregistrements de Mariss Jansons, qui sont très beaux, mais ceux-ci sont encore plus enivrants.
99 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 septembre 2013
malgré le peu de choix disponible de ces symphonies, cette version est excellente
et...un enregistrement DECCA, parfait comme d'habitude
à écouter!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 juillet 2014
Remarquable coffret, à mon avis indissociable de celui de l'enregistrement de l'intégrale de l'oeuvre pour piano par le même interprète. Une prise de son Decca, c'est tout dire, et un Concertgebouw flamboyant !
Je serai bref : à acheter sans la moindre hésitation.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
une magnifique interprétation puissante, russe
une deuxième symphonie particulièrement réussie, avec un mouvement lent bouleversant
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
que l'on connaisse ou non, Ashkenazy est l'un des meilleurs interprètes de Rachmaninov.
c'est envoutant... planant...

ça vaut un pink floyd.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé