undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:21,32 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 janvier 2008
Les enregistrements réalisés par le quintet de Max Roach pour le label EmArcy en compagnie du météore du jazz que fut Clifford Brown sont de véritables trésors. Max Roach (1924-2007),batteur de génie, réussit à transformer cette association en l'une des aventures les plus riches et les plus excitantes de l'histoire du jazz. Assistés de George Morrow,contrebasse, Richie Powell,pianiste et frère de Bud Powell,et Harold Land ou Sonny Rollins,sax ténor, Max et Brownie gravèrent une petite série de chef-d'oeuvres indispensables à tout amateur. Hélas, ce moment de grâce fut de courte durée, s'achevant tragiquement par la mort de Clifford Brown et de Richie Powell dans un accident de voiture en juin 1956. Clifford allait avoir 26 ans.Il disparut à peu près au même âge que Fats Navaro et Booker Little, non sans avoir tout comme eux laissé une empreinte indélébile dans l'histoire du jazz.
Trompettiste bop, Clifford, certes, mais nourri d'influences aussi diverses que celles de Gillespie,d'Armstrong bien sûr,de Roy Eldridge et de Shorty Baker. Le génie de Brownie illumine ce disque précieux, aussi bien sur les tempos rapides ( "sweet Clifford", basé sur les accords de "sweet Georgia brown") que sur les ballades; sa version de "I don't stand a ghost of a chance" est à ranger aux côtés de celle de Billie Holiday, ou encore de la version sublime et désesperée que Lester Young enregistra pour Savoy. Richie Powell, sans atteindre au génie de son frère,est un pianiste fort honorable, que je trouve beaucoup plus intéressant sur les tempos lents ("I'll string along with you"). Le soutien à la contrebasse de George Morrow est sans faille, malgré l'apparente somnolence qui l'envahit sur la très belle photo de pochette. Quant à Max Roach, il appartient au panthéon des illustres batteurs, avec Jo Jones, Blakey, Sidney Catlett,Zutty Singleton,FRank Butler,Elvin Jones,Sam Woodyard et quelques autres. "Mildama" annonce les futures aventures de Roach en compagnie de Booker Little, qui lui faussa compagnie lui aussi à 23 ans,emporté par la maladie."Darn that dream",autre somptueuse ballade si fortement marquée par l'interprétation de Billie Holiday, est dévolu à Harold Land, superbe ténor qui ne connut pas la gloire qu'il eut méritée.Cette musique, enregistrée il y a près de cinquante-quatre ans, à une époque où Charlie Parker était encore en vie, demeure aujourd'hui d'une fraîcheur et d'une invention extraordinaires.La très belle prise de son réalisée par le label EmArcy lui permet de conserver intacte sa jeunesse, pour notre plus grand bonheur.
11 commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

13,53 €
18,90 €
14,70 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)