Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lester en janvier 1956, 29 novembre 2009
Par 
Philiplo (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jazz Giants '56 (CD)
Nous sommes le 12 janvier 1956 et Lester Young grave cet album en compagnie de deux autres excellents souffleurs : le tromboniste Vic Dickenson et le trompettiste Roy Eldridge. La rythmique est assurée par Teddy Wilson au piano et des hommes du Count : Freddie Green à la guitare, Gene Ramey à la basse et Jo Jones à la batterie.
Lester, Teddy Wilson, Gene Ramey , Jo Jones ? En 1956? Cela ne vous rappelle rien?
Regardons en détail les pochettes : le 12 janvier Lester grave cet album
et le 13 janvier avec les trois susnommés il enregistre le mythique Pres And Teddy. Deux disques géniaux en 24 h!

Mais revenons à cet album. Premier morceau «I guess I'ill have to change my plan», manquant parfois de souffle chez les trois souffleurs, mais pas de feeling . Si le souffle manque, l'émotion est à fleur de cuivre. Lester fait penser à un chanteur de blues à la voix éraillée qui nous prend aux tripes, nous livre ses fêlures et ses blessures. Le disque a-t-il été enregistré dans l'ordre des titres? J'aurais tendance à le croire. Car leur jeu s'améliore nettement sur « I don't know what time it was », longue ballade de 10 minutes, avec un Roy Eldridge particulièrement inspiré. Puis une composition très swinguante de Lester « Gigantic Blues », le gaillard a encore du jus tout comme Vic Dickenson. Excellent «This year's kisses» avec un Lester langoureux. Un très bon «You can depend on me» pour finir avec une belle entrée en matière de Roy. Lester est inspiré heureux d'être avec des musiciens qu'il apprécie.
Teddy Wilson est comme à son habitude parfait comme le prouve son excellent solo sur le dernier morceau.
Un complément à l'album avec Teddy Wilson enregistré le lendemain, toujours sous la supervision de Norman Granz

PS: Cet album Verve (celui que je chronique) vient d'être réédité par la firme LoneHill jazz sous le titre Jazz Giants'56 avec un morceau supplémentaire en bonus. Mon commentaire se trouvant sous les 2 albums, je ne connais pas la "version" Lonehill
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Jazz Giants '56
Jazz Giants '56 de Lester Young (CD - 1991)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit