undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:8,24 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 juillet 2009
L'année 1957 est fertile en rencontres jazzistiques initiées par le producteur du label Verve, Norman Granz. Après "Coleman Hawkins Encounters Ben Webster", il réunit les mêmes complices pour leur faire enregistrer "Souville". Ben Webster est de nouveau accompagné d'Oscar Peterson au piano, Herb Ellis à la guitare, Ray Brown à la basse et Stan Levey à la batterie (à la place d'Alvin Stoller). Les deux premiers morceaux, "Soulville" et "Late Date" sont deux blues signés Ben Webster, les cinq autres des ballades très mélancoliques. La réédition en CD ajoute trois morceaux supplémentaires qui se rappellent le boogie woogie où Ben Webster remplace Oscar Peterson au piano (l'instrument sur lequel il commença à jouer avant d'opter pour le saxophone ténor). Dans tous les titres, Ben Webster laisse ses complices s'exprimer : Oscar Peterson et Herb Ellis se lancent dans de trop courts solos, soutenus par une rythmique impeccable. Un jazz qui n'a rien de révolutionnaire mais, interprété par de tels musiciens, il se laisse écouter avec un plaisir sans cesse renouvelé.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce disque fait partie des nombreuses rencontres que Norman Granz, le patron de Verve, organisa entre une flopée de jazzmen que l'on aurait pas imaginé jouer ensemble (Ben et Gerry Mulligan par exemple).
Ici les musiciens se connaissent bien, Oscar Peterson au piano, Herb Hellis à la guitare, et Ray Brown à la basse, seul le batteur Stan Levey nous avait plus habitué à accompagner Stan Getz.
Pas de grosse surprises sur ce disque mais aucun moment faible, de "Soulville" à "Late Date" (tous deux signés Webster) en passant pas "Makin' Whoopee", nos joyeux compères font preuve d'une cohésion et d'une joie de jouer communicative.
Pas un seul instant on ne s'ennuie à écouter les envolées majestueuses de Ben Webster et l'accompagnement sans faille de ses complices.
Du jazz très "haut de gamme", très facile d'accès, avec une forte influence de Duke Ellington mais qui réserve toujours des surprises.
Les trois derniers titres qui nous montrent un Ben Webster pianiste sont à ce titre étonnants.
Un disque pour les néophytes, ceux à qui Archie Sheep et Ornette Coleman font peur, et pour les amateurs de jazz "classique" à déguster comme une bonne bière au coin du feu.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2016
Un album de jazz magnifique découvert par hasard ... un grand moment de plaisir avec un Ben Webster au top !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2013
Soulville , une collection incontournable pour ceux qui aiment le jazz de cette période , c'est un super disque !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2006
C'est vraiment le top du sax ténor... l'album soulville et une promenade dans les années 50... un vrai film... bravo Ben.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

45,02 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)