undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

La direction survoltée de Dorati exacerbe les contrastes de "L'Oiseau de feu" sans dissiper la séduction orientaliste qui baigne le conte.

Les couleurs vives de l'orchestre, l'esprit toujours en alerte du chef hongrois et la dextérité de sa battue scrutent avec une acuité incomparable les dissonances de la partition et laissent loin derrière les interprétations impressionnistes qui paraissent en comparaison bien fades.

C'est sans doute le plus grand mérite de Dorati de porter l'oeuvre à son point d'incandescence sans jamais s'en servir comme faire-valoir. Qui d'autre que lui pourrait embraser la "danse de Kastcheï" avec autant de brio et de maîtrise ?

Dans le "Chant du Rossignol", Dorati est plus à son affaire dans la description trépidante de la Cour impériale que dans le jeu subtil du rossignol mécanique : absolue rigueur rythmique, geste raide et cinglant entraînent le Symphonique de Londres, aux couleurs plus crues que jamais, dans une lecture à la fois pointilliste et bruitiste qui parvient à maintenir de bout en bout suspense et tension.

Deux versions au sommet de la discographie !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2015
fabuleuse prise de son, on a pas invente grand chose depuis; cela laisse un peu songeur quand au progres realises depuis,
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2003
Parmi les gravures existants de cette oeuvre, cette ci est sans doute un sommet.Le programme est genereux et les complements interessants.Malgré les tempos trop soutenus, Dorati parvient a mettre en relief le moindre detail de l'oeuvre .Quant a la prise de son ( dans le final des annés 50, debut des anées 60 ) c'ést trés bon ( un peu de souffle, mais...)et on souhaiterai trouver cette qualité dans les oeuvres actuelles.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus