undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici nav_ss16 Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 juillet 2008
Wolfheart! Mon premier album de Moonspell (et le seul pour l'instant, honte à moi!!). Pour moi, c'est bien plus qu'un simple album de gothique, je le ressens plus comme une invitation à un voyage sur les terres natales de nos portugais de Moonspell. Une histoire personnelle que chacun peut se faire...

Voyez donc, cela commence par "Wolfshade" : par une lourde soirée nous voilà embarqués dans une sombre forêt du Moyen-Âge. Ce premier titre est tout de suite prenant, avec un passage acoustique superbe et un solo grandiloquent. "Loves Crimes" et "Of Dream And Drama", deux titres bien gothiques, la voix féminine du premier, l'intro noire à souhait du deuxième en font deux morceaux imparables. Mais la nuit s'intensifie, la lune se dévoile à travers les nuages, c'est "Lua D'Inverno", instrumentale simple qui nous permet une pause. Le décor tombe, on arrive en plein dans une fête de village. Fernando nous chante alors en portugais "Trebaruna".

Mais cela ne dure qu'un temps, car déjà les ténèbres retombent, "Vampiria" arrive. C'est certainement un des plus beaux titres de Moonspell, tout en ambiance et montée en puissance terrible. La guitare finit par nous violenter au terme d'un long supplice, les cloches retentissent et un cri vient sceller la fin du morceau. "An Erotic Alchemy" est un titre rythmiquement plus vif, aux accents symphoniques avec un clavier très présent, et un break annonciateur du solo de Mantus absolument dantesque. Enfin, "Alma Mater" arrive, et rase tout sur son passage, le final est ahurissant, comme si notre aventure prenait fin de la manière la plus tragique qui soit. On se réveille finalement de ce mauvais cauchemar au village, avec Ataegina, et on rejoint le conteur Langsuyar au coin du feu, prêt à nous narrer une nouvelle fois ce voyage.

Cet album est d'autant plus prenant grâce aux instruments. La basse parfaite, la batterie qui use à fond de longs roulements sur ses fûts et de grosse caisse, les claviers ambiancés et les guitares à la disto pure et aux riffs très heavy. Les solos, jamais démonstratifs, cherchent plus la mélodie et s'allie à l'ambiance. Mais plus que tout, c'est Fernando Ribeiro qui rend cet album unique. Le bougre possède un chant calme et récitatif, qui se mue à sa volonté en hurlement inhumain. Les paroles sont plutôt recherchées et occupent une place non négligeable dans la qualité de ce disque. Ainsi, "An Erotic Alchemy" est basé sur un dialogue de tristement célèbre marquis De Sade. Quelques morceaux sont en portugais, comme "Trebaruna", "Ataegina" et le refrain d'"Alma Mater".

L'édition 2cd anniversaire est vraiment magnifique. Elle reprend la pochette originale dans une couleur bleue océan, et reste splendide. Le livret est très soignée, bien dans le tripe de l'album. On a aussi un cd bonus, un live qui reprend tous les titres de l'album sauf "Ataegina", mais la qualité sonore, plus proche d'un bootleg soigné que d'un live normal, empêche de profiter pleinement de l'ambiance du concert.

Bon pas la peine de vous faire un dessin, cet album est particulier pour moi, et j'adore me l'écouter lors de mes soirées. Un voyage gratuit, un dépaysement total ?? Pas pour tout le monde c'est sûr, mais pour qui tombe sous le charme des portugais, la magie risque bien de rendre ce disque merveilleux... 5/5 pour Wolfheart, ce subtile mélange de gothique, black folk et heavy.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La carrière très évolutive de Moonspell a démarré dans le death... et a tendance a y retourner en 2008 ! Et au passage, le groupe a élargi son style jusqu'au très cool "Butterfly effect". Cette évolution est quasi identique à celle de Paradise Lost, qui a débuté dans le death, et qui retourne maintenant vers un style noir et plus proche de leurs débuts, après avoir étendu leur style jusqu'à un "Host" très zen, mais néammoins très bon. Je compare donc ce "Wolfheart" au "Icon" de P. Lost, car encore très ancré dans leurs amours death des débuts, un gros virage a été amorcé et des mélodies imparrables ont déjà pris le pas sur les chants guturaux et autres blast beats. On évolue donc dans un mélange de gothic et de folk façon celtique (les petits airs de flûte - ou biniou - imparrables !) bâti sur des rythmiques mid-tempo ou plus rapides avec une hargne animale. "Trebaruna", "Erotic Alchemy", "...Of Dream and Drama (Midnight Ride)", "Alma Mater" et "Ataegina" sont autant de bombes atomiques qui vous enfoncent 6 pieds sous terre avec riffs monstrueux et gros murs de guitares totalement jubilatoires. Sombre, sorcier et grandiose, "Wolfheart" est truffé de pépites incontournables dans la disco féconde du groupe portugais. Quelle baffe mes aieux !!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2007
Avec ce premier album "longue durée", Moonspell propose un black metal teinté de gothique (ou l'inverse) qui traumatisera plus d'un amateur de musique sombre ! Violent et épique, ce CD met surtout en avant une voix unique, beaucoup copiée par la suite, mais jamais égalée : celle de Fernando Ribeiro (alias Langsuyar). Aussi à l'aise dans la litanie gothique (voix ultra grave, d'une profondeur impressionnante) que dans les aboiements sauvages (l'intro du disque!!!), le maître n'est pas pourtant pas encore au top de ses possibilités : accent portugais marqué, effets "exagérés"... Mais c'est un premier album, et toute l'énergie juvénile qui s'en dégage fait, en grande partie, son charme !

Les compos ne sont pas en reste ! Tous les titres, ou presque, sont des classiques, et on ne s'ennuie pas devant la variété proposée : c'est très heavy ("Wolfshade", "Love crimes"), gothique jusqu'à l'extrême ("Vampiria", marqué par le "Dracula" de Coppola, que le chanteur imite à merveille - frissons garantis), quasi hard rock comme un Deep Purple passé en 78 tours ("Midnight ride"), black accrocheur ("Alma mater", le glorieux classique des concerts du groupe), etc. Quelques interludes nous ramènent au passé "folk" du groupe : "Lua d'inverno" et "Tenebraruna", déclamé en portugais. Mais là où le premier mini-CD, "Under the Moonspell", pêchait par une ambition démesurée, hors de portée de musiciens débutants, la musique se fait plus simple... et gagne diablement (facile, mais j'ai pas pu m'en empêcher...) en efficacité.

Alors voilà, ce n'est pas parfait, mais je ne crois pas qu'on ait fait mieux dans le style depuis, ou au moins aussi original! Fans de gothique, de black, ou simplement de metal, précipitez-vous sur cet album hors du commun!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 février 2003
Le Gothique-Métal contient, sans aucun doutes énormément de groupes se ressemblant plus les uns que les autres, et tournent dans le vulguère rapidement. Or, Moonspell existe. mais ... Qu'est ce que Wolfheart, cet album ? sans acun doute le meilleur album goth metal qui existe. Pourquoi ? c'est bien simple ! Déja, les paroles. ha ! Et oui, mesdames et messieurs, les paroles sont excellentes, cherchées, poétiques, érotiques violentes, bref, que du bon ! La musique ? Assez simple mais redoutablement efficace. Les voix ? Langsuyar, le chanteur a la voix parfaite -_- Bon, tout ça, m'direz vous ça reste classique ? Eh bien non, car Wolfheart est très varié !!! Leur plus belle chanson, Vampiria a evidemment de tres belles paroles, mais c un chef d'oeuvre, tres gothique, , les accords ne sont pas sans rappeller un petit côté transylvanien :) musique douce, avant evidemment d'exploser, bien synchronisée avec le texte. Et Alma Mater, paroles simples mais réalistes et honnètement imrpessionantes, ou love crimes , docue aux paroles particulièrement fournies, douce et sauvage a la fois ! Enfin, Wolfheart, c'est que du bonheur :)
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La carrière très évolutive de Moonspell a démarré dans le death... et a tendance a y retourner en 2008 ! Et au passage, le groupe a élargi son style jusqu'au très cool "Butterfly effect". Cette évolution est quasi identique à celle de Paradise Lost, qui a débuté dans le death, et qui retourne maintenant vers un style noir et plus proche de leurs débuts, après avoir étendu leur style jusqu'à un "Host" très zen, mais néammoins très bon. Je compare donc ce "Wolfheart" au "Icon" de P. Lost, car encore très ancré dans leurs amours death des débuts, un gros virage a été amorcé et des mélodies imparrables ont déjà pris le pas sur les chants guturaux et autres blast beats. On évolue donc dans un mélange de gothic et de folk façon celtique (les petits airs de flûte - ou biniou - imparrables !) bâti sur des rythmiques mid-tempo ou plus rapides avec une hargne animale. "Trebaruna", "Erotic Alchemy", "...Of Dream and Drama (Midnight Ride)", "Alma Mater" et "Ataegina" sont autant de bombes atomiques qui vous enfoncent 6 pieds sous terre avec riffs monstrueux et gros murs de guitares totalement jubilatoires. Sombre, sorcier et grandiose, "Wolfheart" est truffé de pépites incontournables dans la disco féconde du groupe portugais. Quelle baffe mes aieux !!!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,24 €
15,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)