undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles27
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 septembre 2005
Enfin une reedition qui apporte quelque chose
Coup de chance elle concerne un des plus grand disques de tous les temps.
On a le droit à des prises alternatives et des morceaux inédits d'une qualité sonore exeptionelle.
Les stooges avaient à peine 20 ans .Iggy était leur leader (pour la scene et la violence cela aide) Ils inventaient le punk tout en le mixant avec coltrane et un zest de guitare FUZZ.
On a plus jamais entendu un truc pareil par la suite (ron asheton ne tenait plus la guitare sur l'album raw power).
A l'époque iggy disait qu'il ne voyait que deux groupes leur étant supérieur: les stones et les doors . Le pire c'est qu'il était modeste.
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2005
Voilà un des LP les plus fondamentaux de toute l'histoire du rock! 10 ans avant les punks, Iggy Pop et ses potes Ashetons savaient déjà que trop réfléchir quand on fait du rock ne mène à rien! Voilà un disque qui a des tripes, du feeling et de l'inventivité! Ici pas de mélodies accrocheuses mais pourtant chaque note est mémorable! Quelle pêche! Les Stooges ne copiaient personne et... personne n'a acheté le disque à l'époque! Mais aujourd'hui celui qui n'a pas "Funhouse" dans sa collection ne peut pas prétendre aimer le rock... Un classique, toujours inimitable.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2008
Fun House, beaucoup plus abouti que le premier album des Stooges, est une descente dans les enfers du rock inégalée depuis...

Les morceaux se suivent dans une logique implaquable et la tension grimpe en crescendo jusqu'à un final qui ne sera pas du gout de tout le monde!
Absolument rien n'est à jeter dans cet album rock aussi épuré que violent!
Voila des gens plein de talent, car outre la voix d'Iggy ici à son sommet, on remarque la maturité du jeu de batterie de Scott Asheton (aussi subtil qu'essentiel), l'avalanche de déflagrations sonores que nous inflige son frère Ron à la guitarre et bien sur les lignes de basses folles et improvisées de Dave Alexander (paix à son ame).
Et quand le saxo arrive, il s'impose comme une seconde guitarre, n'altérant en rien le son Punk du groupe (car les Stooges sont les premiers punks!).
Un disque déchirant et obsédant dont on ne ressort pas indemne.

simon BRETEAU
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2005
Il y a deux genre de rockers : ceux qui connaissent The Stooges et ceux qui ne connaissent pas The Stooges. Pour ceux qui connaissent (et je veux dire par là "apprécient ce groupe à sa juste valeur"), c'est LE groupe de rock ultime, quintessence de tous les fantasmes rock & roll possibles et imaginables : une bande de teignes qui remettent les pendules à l'heure en quelques morceaux.

Implacables, indiscutables, inimitables = THE STOOGES.

Fun House, donc : "Down on the Street" et tout est dit. Le son, le rythme, la voix, et cette chose qui ne s'achête pas, qui ne se vend pas, qui ne peut être forcée : l'ATTITUDE !!! Et ça continue, titre après titre, jusqu'à l'Apocalypse final.
On se pince : non je n'ai pas rêvé, ça existe bien, c'est du réel, ils l'ont fait.
Ecoutez "Down on the Street", "Dirt" ou "1970" : it doesn't get better than this !!!
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 octobre 2004
C'est un disque qui sort des tripes, un anthrax qui vous explose à la figure. Un inaccessible rêve de tout musicien de rock'n'roll ! Il vous faut l'écouter à fond comme tout disque des Stooges et ne plus penser à rien, ne plus commenter et ouvrir grand ses oreilles. Et après le k.o. ce sera la descente difficile et probablement l'addiction. On ne se remet jamais vraiment de Funhouse.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 août 2005
Attention chef d'oeuvre..Les Stooges au sommet de leur forme , de défonce , de sexe et de rock'n'roll..Iggy au bord de la folie ..Les titres sont enregistré en prise live :pas de mixage foireux don gullacci le bassiste des Kingsmen est au manette (il aura popularisé Louie louie) Iggy est un fan..Pas de grand tube ici, ils sont pas là pour faire de l'argent mais pour rentrer dans l'histoire mais un des plus grand album conceptuel de l'histoire du rock..(l'album s'écoute d'une seule traite ..cette version deux cds est intéréssante: une version de down on the street notammant avec un orgue (un clin d'oeil aux doors dont iggy disait s'inspirer)et des versions rallongées pour planer un peu plus..merci Rhino
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 18 novembre 2011
CD de rock ultime ultra violent, la voix la guitare la rythmique tout y est pour en faire un disque parfait
Des riffs d'enfer avec toujours une base du blues un guitariste survitaminé faisant toutes les parties de guitare et qui fait sonner sa Les Paul comme s'il y en avait mille
"In Rock" de Deep purple, "Nevermind The Bollock" des Sex Pistols et "Kick Out The Jams" des MC5 sortent du même moule
Dirt est tout bonnement génial voila un blues comme Led Zep en faisait dans son premier album
Et pour ne pas gâcher le plaisir en plus ce cette édition 2 CD j'ai aussi "The Complete Fun House Sessions" coffret de 7 CD (encore meilleur)
Que dire de plus à part bonne écoute, attention les oreilles et les tympans à écouter à faire péter les enceintes
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 mai 2001
Tous les fans d'Iggy Pop vous le diront, "Funhouse" est indiscutablement un des meilleurs albums que vous écouterez dans votre vie ! A condition bien sûr de ne pas avoir peur du Rock ! Certains titres comme TV EYE, DIRT et DOWN ON THE STREETS sont rentrés dans les classiques, si bien qu'Iggy les joue encore sur scène en 2001 ! Et on en redemande. Inutile de parler davantage de cet album tant il est parfait ! Achetez le vite et vous comprendrez !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Fun House est un album flamboyant, enfin surtout les couleurs de sa pochette qui rappellent les beaux couchers de soleil des fameux posters muraux des années 70.

Etonnamment, pour un album faisant partie du panthéon personnel de Philippe Manoeuvre, il est encore assez écoutable. Mais au niveau sauvagerie, si on le compare au "In Rock" de Deep Purple sorti la même année, Fun House fait un peu réunion de dames patronnesses (légèrement déjantées, j'en conviens).

Ron Asheton assure bien à la guitare (beau son bien hargneux dans "Dirt") même si ses riffs ne lui vaudront pas le prix nobel de l'originalité. Iggy Pop, mariage contre nature de Mick Jagger et de Jim Morrison, a de beaux moments, mais est un peu trop maniéré à la longue (on retrouvera son influence, à la limite du plagiat, chez Jim Kerr de Simple Minds).

Niveau rythmique, hormis dans "Down On The Street", basse et batterie rament pas mal, c'est lent (rampant diront les fans de l'Iguane), lourdeau et donc pas très groovy. Les morceaux avec le sax sont plus empruntés au 21st Schizoid Man de Crimson (mais sans l'urgence et la folie) qu'à l'oeuvre de John Coltrane.

Certains ont dit que si les Stooges avaient eu un manager de la trempe de Peter Grant, ils auraient pu égaler Led Zeppelin... on ne relèvera pas, par pure charité chrétienne!

Fun House est un album mythique qui n'a pas rencontré son public à sa sortie, mais qui est devenu le Saint-Graal, la pierre de Scone, du mouvement punk, c'est dire son importance.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REVISEURSle 29 janvier 2011
Jamais un disque n'a été aussi "électrique" par le son, l'esprit et les compositions.
En pleine crise du tournant des seventies, James Osterberg (aka Iggy Pop) et ses comparses ont - avec leur deuxième album - dressé un effroyable état des lieux d'une société de violence, engluée dans une guerre meurtrière au Vietnam et des émeutes raciales dans les ghettos de ses mégalopoles.
Pour les Stooges, rien n'a pourtant été véritablement prémédité, ils étaient juste là quand Altamont a sonné le glas des utopies libertaires et quand les drogues dures se sont mises à décimer la faune de Haight-Ashbury.
Le Summer of Love avait suffisamment agonisé dans des remugles commerciaux. R.I.P.
Bienvenue dans la Maison du Rire...
Depuis les premières mesure du premier morceau - "Down on the Street" ("En-bas dans la rue") - cet album est d'une brutalité féroce, comme on n'en avait jamais entendue jusqu'alors, même du côté du MC5.
La batterie est robotique, la basse binaire et écrasante, tandis que la guitare incendiaire du regretté Ron Asheton lacère l'atmosphère de ses hululements suraigus.
Et puis il y a la voix.
Iggy est au sommet de sa phase chanteur psychotique prêt à tout pour démolir un univers d'ennui dans lequel il refuse de végéter. La bouche déformée par la haine et la gorge irritée par la colle, il crache ses paroles comme des incantations sataniques.
Et quand au début du monstrueux hymne paranoïaque "TV Eye" - sans doute le sommet de ce disque - il se met à hurler à pleins poumons "Looooooord!", c'est moins pour implorer la clémence divine, que pour invoquer la fin des temps.
"Fun House" n'est sans doute pas le premier album "punk" de l'histoire, le premier Stooges pourrait revendiquer ce titre (ou alors le MC5, ou les Fugs, ou...).
Mais c'est certainement l'album qui a eu le plus d'influence sur le rock agressif, de 1970 à nos jours. On peut en entendre des échos aussi bien chez les Pistols, que chez les Guns ou Nirvana. En fait, n'importe quel groupe qui revendique un tant soit peu l'intention de cisailler le crâne de ses fans doit forcément quelque chose au gang de Ann Arbor.
Et réjouissons-nous ! Par la grâce d'un remastering intelligent, ce disque a conservé un son très actuel, avec, par exemple, un son de basse monolithique sur le proto-blues "Dirt", morceau génial qui terminait la face une du vinyle d'origine.
A noter que la « face deux », après un rugissant "1970 (I Feel Allright)" s'achève elle sur un long délire free rock avec un saxo coltranien qui renforce encore l'ambiance apocalyptique de ce chef-d'oeuvre absolu du rock américain. Jusqu'à l'ultime seconde, jamais les Stooges ne desserrent leur étreinte.
Peu de temps prés avoir enregistré cet album, Dave Alexander, le bassiste, devait mourir d'une overdose.
Iggy, quant à lui, allait plonger dans une période sombre qui le verrait produire encore un album gigantesque - "Raw Power" - avant de mener une carrière constellée de nombreux "bas" et de quelques "hauts".
Mais, ne prêtez pas attention au papy ridé et souriant qu'il est devenu aujourd'hui.
En 1970, Iggy était un adolescent stupide bourré de testostérone, un rocker reptilien absolument implacable dont le nom restera à jamais inscrit sur la pierre tombale de l'ère Nixon.
Et c'est pour ça qu'on l'aime.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)