undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles4
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 9 février 2009
Hé, les hommes, les vrais, ça joue à 10. Tous les potards à fond, quoi ! Voilà comment commence cet album de Manowar. Ca met tout de suite dans le bain. Et si vous connaissez le cultissime film parodique "This Is Spinal Tap", ça vous rappellera cette scène où le guitariste explique qu'il a gradué son ampli jusqu'à 11, comme ça, il joue plus fort que les autres. Si c'est pas du Manowar dans le texte, ça !

Bon mais trève de moqueries car ce "Sign Of The Hammer" est à ranger parmi les meilleurs albums des futurs "Kings Of Metal". Parce que, si ce "All Men Play On Ten" qui constitue le hors-d'oeuvre n'est pas l'un des meilleurs morceaux du combo (tout en étant tout à fait respectable, ceci dit), il n'en est pas de même de la suite. Oui, la suite du menu est copieuse.
"Animals", tout d'abord, où Manowar, après un premier titre bien lourd, prend un rythme accéléré. La basse de Joey DeMaio, très présente tout au long de l'album, devient dingue. Eric Adams pousse des cris de déments, rejoint par tout le groupe pour le refrain. La fin du morceau est vraiment furieuse.
Viennent ensuite "Thor (The Powerhead)" et "Mountains", deux magnifiques morceaux épiques. "Thor", tout d'abord, un des classiques du groupe. Les choeurs qui accompagnent le morceau lui donnent son côté grandiose. "Mountains" commence comme une ballade, une pointe de synthé vient même créer une ambiance apaisante mais le rythme monte bien vite puis redescend, comme sur des montagnes russes. Eric Adams nous montre encore qu'il est au top de sa forme et délivre une de ses plus belles prestations de l'album.
"Sign Of The Hammer", morceau énergique qui file bien la pêche et nouvel hymne du groupe qui, joué en concert, permet à tous les "Manowarriors" de faire le signe du marteau bien haut dans le ciel. Encore une belle prestation de Eric Adams (quel cri à la fin) mais on finit par ne plus les compter sur cet album. On enchaîne directement par "The Oath", encore un morceau bien rapide mené par une basse locomotive. Intense !
"Thunder Pick" est la fausse note de l'album. Il en fallait bien une. A l'instar de "Black Arrows" sur "Hail To England", paru quelques mois plus tôt cette même année, cet instrumental insupportable n'apporte vraiment rien... si ce n'est à monsieur DeMaio de flatter son égo en faisant une démonstration de ses capacités. Trois minutes trente bien pénibles. Heureusement, grâce à l'invention du CD, on peut zapper et passer au morceau suivant. Et là, on oublie ce faux-pas très vite. "Guyana (Cult Of The Damned)", terrible morceau épique dans la lignée du superbe "Battle Hymn". Ce morceau basé sur le suicide collectif (ou plutôt, devrait-on dire le carnage) de la secte de Jim Jones est tout simplement mon préféré de Manowar. Tout comme l'événement qu'il relate, on passe d'un début assez calme à une suite bien plus agressive et on monte ainsi en intensité tout au long du morceau. Les choeurs découverts sur "Thor" réapparaissent au refrain. Le solo de Ross The Boss est génial. Sans compter qu'il s'agit d'un morceau où l'on ne retrouve pas du "Metal", "Steel", "Sword", "Fight" et "God" toutes les dix secondes. Manowar n'était pas encore tombé dans tous ces clichés qui allaient devenir systématiques par la suite.

Un petit mot sur la pochette qui, si elle est vraiment à part dans l'iconographie manowarienne dominée par les guerriers bobybuildés, ne fait pas preuve d'un très bon goût. En effet, le choix des couleurs et de l'agencement du logo rappellent un autre symbole de sinistre mémoire qui nous ramènent aux heures les plus sombres du XXème siècle en Europe. Définitivement, Manowar, ce sont quand même les champions du mauvais goût !

"Sign Of The Hammer" est un album que je range parmi les trois meilleurs albums de Manowar. Il contient d'excellents titres et, à part l'instrumental, n'en contient pas de médiocre. Chose assez rare.
Allez, tous ensemble : on ferme le poing, on le brandit en l'air et on attrape son poignet avec l'autre main en hurlant "Sign Of The Hammer" !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2009
4éme album de Manowar,et quel bel album!!!!!!!!!!!
Sortie de cet opus en 1984,et en concurrence avec (Judas:defenders of the faith),(Maiden:powerslave)et(Saxon:crusader)etc........!!!!
Il faut bien le reconnaître,"Sign of the hammer",mérite amplement sa place auprès de ces autres albums pré-cités!!!!!!!!!!!
8 titres,et 8 titres géniaux!!!!
Un petit coup de coeur,pour"Mountains","Sign of the hammer"et le superbe"Guyana(cult of the damned)!!!!!!!!
Au niveau de cette édition,un petit bémol,l'absence de livret,dommage!!!!!!!
Allez à plus!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 janvier 2013
Bien qu'ayant 50 ans passés, j'ai découvert le groupe Manowar dernièrement et j'ai trouvé ça excellent musicalement.
J'ai écouté les albums Gods of war et Warriors of the World et du coup j'ai décidé de me procurer leurs premiers albums sur Amazon pour compléter ma cd-thèque.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2003
"All Men Play On Ten"
"Thor"
"Guyana (Cult Of The Damned)"
"Animal"
faut-il en rajouter? c'est superbe... à en pleurer... les petits jeunes peuvent en prendre de la graine
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)