undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:14,75 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 juin 2013
Aaah l'époque du hair metal! Non mais regardez moi ces looks sur la pochette! Heureusement que le ridicule ne tue pas!
En revanche, au niveau musical, ce 1er essai a plutôt bien vieilli avec les hymnes teenagers que sont "Cry tough", "Look what the cat dragged in" ou l'énorme "Talk dirty to me".
Trop souvent accusé de passer plus de temps à se pomponner qu'à composer, POISON montre qu'il sait écrire de bonnes chansons ("I won't forget you"), efficaces et fun.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juin 2007
POISON va etre le groupe a l'origine de la vague glam/sleaze rock aux USA. Signé par un label indépendant le groupe sera trés vite récupéré par une major. Leur succés sur qui personne ne comptait va en faire un groupe phare. Le son du disque est un peu daté (manque de relief), mais la qualité des compos fait le reste. Les rythmiques sont nickels et les refrains imparrables:"cry tough", "i want action", "talk dirty to me" et la superbe ballade "i won't forget you" seront tous des hits. C.C DEVILLE, BRET MICHAELS and Co s'en donne a coeur joie. Un trés bon moment

************UN DISQUE DE SLEAZE ROCK COMME IL N Y EN A PLUS***************
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2015
L’aventure débuta en Pennsylvanie, à Mechanicsburg plus exactement. C’est en 1983 que le groupe SPECTRES formé de Bret MICHAELS (chant) et Rikki ROCKETT (batterie) est né. Puis les deux énergumènes s’allièrent alors aux dénommés Bobby Dall (basse) et à un guitariste du nom de Matt Smith pour former un nouveau groupe du nom de PARIS en 1984. Alors groupe essentiellement de reprises, PARIS joua dans nombres de bars locaux et se créa une petite fan base locale. Sans réelles possibilités d’évolutions, le groupe décida de migrer vers la ville qui faisait fantasmer tout les musicos de l’époque, j’ai nommé L.A. La ville où il fallait être, la ville où il fallait être vu, la ville de tous les rêves et de toutes les possibilités avec ces A&R de toutes les Majors écumant les bars du Sunset Strip afin de dénicher de nouveaux talents. En effet, la vague Glam Metal commence à battre son plein (depuis l’immense succès du « Metal Health » de QUIET RIOT et la monté en puissance de certains groupe comme MÖTLEY CRÜE ou TWISTED SISTER). Ainsi, chaque maison de disque cherche de jeunes poulains sur lesquels miser afin d’afficher un nouveau disque d’Or ou de Platine en leurs murs.
Toujours dénommé PARIS le groupe se mit à arborer des tenues pour le moins chatoyantes où foulards colorés se battent avec un maquillage appuyé afin de verser dans une androgynie post NEW YORK DOLLS. C’est sous l’influence de leur Manager que le groupe passa dans les bars du Sunset Strip tout en l’inondant, ainsi que ces rues adjacentes, de nombres de Flyers colorés. Flyers qui furent réellement une publicité facile, peu onéreuse et très prisée des groupes de l’époque. Ayant plus ou moins passé un contrat avec le Troubadour (bar où un petit groupe du nom de GUNS ‘N’ ROSES fit son premier concert fort maquillé pour être dans la veine Glam de l’époque), ils y jouèrent de façon assidu. Le groupe changea rapidement son nom en POISON. De plus, le guitariste devenu papa retourna dans sa Pennsylvanie natale. POISON fit alors une audition afin de recruter leur nouveau roi de la six cordes… c’est là que le New Yorkais d’origine C.C. DEVILLE se pointa. Bluffant le groupe, il se retrouva en pôle position pour le poste, ex-æquo avec un certain SLASH. Mais la réticence de ce dernier à adopter le look flashy de POISON l’empêchera d’avoir le poste.
Rapidement, le groupe tourna sous son nouveau nom et obtint un contrat avec le label indépendant Enigma Records (POISON restera la plus grosse vente du label). Ce que peu de personnes savent c’est qu’Enigma, alors gros label indépendant, voulait signer un autre groupe du nom de SWEET SAVAGE (de Houston, Texas) et qui avait déjà un Ep à son actif vendu à plusieurs dizaines d’exemplaires. Mais les 2 frères fondateurs du groupe refusèrent l’offre car trop focalisés sur les Major Company. Ce fut leur plus grosse erreur car leur groupe ne signa aucun autre contrat et aux vus de la carrière de POISON, ils reconnaissent aujourd’hui leur aveuglement car Enigma périclita rapidement et fut racheter par la Major EMI.
Enregistré en seulement 12 jours pour un montant de 23 000 USD « Look What the Cat Dragged In » fut produit par l’excellent Ric BROWDE (NO SHAME, FASTER PUSSYCAT, KILL FOR THRILLS…)
L’album se vendit en 1 an à 2 millions d’exemplaires et atteint aujourd’hui les 4 millions. Tout en ayant une pochette entrée dans l’histoire du mouvement Glam Metal où rivalisent maquillages ultra féminin, boas de plumes, bracelets scintillants…

« Cry Tough » ouvre le bal avec cette typique rythmique de Rikki ROCKETT et un solo limpide de C.C. On est à coup sur un morceau bien Glam ou le refrain vous happe immédiatement.
Le deuxième brulot de l’album est le très bon « I Want Action » morceau hyper Glam où, une fois encore, le refrain fait mouche.
Suit une magnifique ballade où C.C. bourré de feeling nous distille des solos dont il a secret. Certes moins techniques que certains, il a par contre un feeling remarquable pour exprimer ses sentiments avec sa guitare. Bien loin de certain « shredder » prétentieux ! ! !
« Play Dirty » semble fortement influencé par un autre groupe ultra maquillé : je veux bien sur parler de KISS.
Le titre éponyme de l’album a presque un coté un tantinet Heavy avec la guitare agressive de maitre C.C. et fait penser a certains morceaux de groupes comme ODIN, NINJA…

S’ensuit pour moi, le hit ultime de l’album avec cette somptueuse rythmique de guitare que C.C. apportera sur un plateau et jouera lors de l’audition… titre fédérateur tout le temps quasiment chanté en duo. Morceau qui fut un des plus gros succès de POISON et permit au groupe de gagner ces lettres de noblesses dans son style musical. J’ai nommé l’excellentissime « Talk Dirty to Me »
« Want Some, Need Some » est un morceau assez classique du groupe auquel il manque un petit quelque chose pour lui permettre d’émerger de l’album.
« Blame it on You » est certainement un des morceaux les plus agressif de l’album.
Le titre suivant, « #1 Bad Boy » est un bon titre Glam dans l’esprit qui claque bien avec tous les ingrédients du genre.
Pour finir, « Let Me Go to the Show » narre les problèmes existentiels des Kids… on sent les prémices d’un titre comme « Your Mama Won’t Dance » basé un peu sur le même type de rythmique.

Un album devenu mythique… et une des pierres angulaires du mouvement, qui au vue de ses ventes, amplifia grandement la quête de nouveau groupe par les A&R de toutes les maisons de disques. Et c’est, n’en déplaise à certain, grâce a eux que furent signer une partie de la meute suivante… à posséder d’urgence pour celles et ceux qui n’aurait pas cet album dans leur discothèque.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)