undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Chet Baker Quartet Feat. Russ Freeman
Format: CDModifier
Prix:16,51 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Merveilleux Pierre de Chocqueuse, ce grand critique de jazz (amateur et passionné ce qui n'est pas toujours le cas) avait l'art et la manière de vous donner envie d'écouter ce disque en quelques phrases courtes mais non dénuées de poésie (voir à ce sujet celle qu'Amazon a choisi pour le disque de "Lee Konitz/Warne Marsch chez Atlantic Jazz).
Mais revenons à cet album, ici chez Pacific Jazz, le label qui aura vu passer tout le ghotta du jazz de la côte ouest.
Magistralement accompagné par Leroy Vinneyar à la basse, Shelly Manne aux drums et par le pianiste Russ Freeman, c'est un tout jeune Chet Baker qui fait ici ses premiers pas.
Dans les premiers morceaux, la trompette est fragile, la technique réduite (de toutes façons, comme Miles, Chet n'a jamais été un virtuose), mais on sent une fragilité et une présence qui en feront la star qu'il deviendra plusieurs années plus tard.
Pour ceux que le son aggressif de certains trompettistes de cette époque hérissait, Baker était le pendant parfait avec cette sonorité velouté et diaphane, cette mesure dans chaque note.
Le virtuose Russ Freeman (émule de Bud Powell, comme ses contemporains Al Haig ou Lou Levey) nous offre un accompagnement de choix, vu la différence de technique entre les deux musiciens, on se demande parfois qui accompagne qui, mais (comme le dit Pierre de Choqueuse) dans les dernières sessions, on sent un Chet plus affirmé, la sonorité est plus ferme, et il peut dialoguer (presque) d'égal à égal avec ses prestigieux ainés, car n'oublions pas la rythmique sans cesse en mouvement de Leroy Vinneyar et de Mister Shelly Manne.
Des débuts prometeurs qui aboutiront aux ultra connus "Chet" chez Prestige, "Chet in New York" ou "Pictures of Health" avec Art Pepper.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Ce CD fait partie des quelques curiosités du Chet Baker avant qu'il passe au vocal. Ce n'est pas un grand technicien mais un excellent trompettiste. Le morceau d'ouverture est une leçon de swing !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus