undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

  • Fugazi
  • Commentaires client

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 2 septembre 2011
Je viens de lire quelques un des commentaires précédents qui décrivent parfaitement bien ce très bel album. De ce fait je ne ferai pas de descriptif titre par titre (l'exercice n'apporterait rien de plus). Cependant je veux souligner la qualité, le charisme du chanteur exceptionnel qu'est Fish, sa voix tantôt agressive, tantôt suave dispose d'une palette permettant de traduire une multitude d'émotions qui renforcent celles dégagées par les textes et la musique.
C'est réellement une très belle alchimie qui n'est pas donnée à tout le monde (il s'en faut de beaucoup) et qui s'ajoute à la qualité de chaque musicien pour en faire un groupe d'exception.
A ses débuts Marillion a longtemps été comparé à Genesis (période Peter Gabriel), influence assumée par le groupe, mais qui souhaitait néanmoins être reconnu pour ses propres qualités, et elles ne manquent pas assurément. Cet objectif est atteint ici.
Mes instants favoris (ce n'est pas exclusif, juste informatif) sont "Assassing" et "Fugazi" qui illustrent bien la palette émotionnelle de Fish.
Cet album est un grand moment de la carrière de Marillion, qui en compte un paquet (toutes périodes confondues).
A conseiller vivement aux amateurs du genre
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2001
Par rapport à son prédécesseur, « Fugazi » montre une plus grande richesse musicale et une plus grande diversité d'ambiances et de rythmes, ce qui en fait un meilleur album. Il est cependant plus agressif et plus difficile à écouter que « Script... ». L'aspect progressif atteint son paroxysme dans cet album (« Assassing », « She chameleon »). Plus jamais Marillion ne fera un album de ce genre ! Les titres phares sont « Fugazi » et « Assassing », mais les autres sont tous bons également. Un album à posséder pour les fans de prog'.
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 septembre 2007
A la vue de cette superbe et terrifiante illustration qui orne la pochette de ce deuxième album de MARILLION, on peut aisément entre apercevoir le contenu de celui ci. C'est tout à la fois noir, sombre, mélancolique et torturé, tout en étant rempli d'une fougue et d'un souffle puissamment orchestré, ou viennent se mêler, ça et là, quelques très belles éclaircies. Voilà incontestablement ce qui donne à cet album un vrai relief et une très forte personnalité.
Déjà il y a ce changement de Batteur. Dès son morceau d'ouverture, sur une grosse frappe et une tournerie batterie des plus tribale, on sait que MARILLION vient de durcir le ton. Les rythmiques empruntes aisément au Hard Rock de l'époque, et ce premier titre est une réussite intégrale. Viens ensuite "PUNCH&JUDY". Un titre plus direct que son prédécesseur et qui enfonce le clou de fort belle manière. "JIGSAW", à l'atmosphère vraiment planante, s'avère une vraie réussite également, du fait de son refrain entêtant et de la filiation d'avec le guitariste du Floyd (toujours évidente) lors du chorus guitare du brillant Steve Rothery. La suite ne faiblie pas, malgré la première moitié de "EMERALD LIES" un peu indigeste et seul petit bémol du disque. Puis arrive "SHE CAMELEON" et son clavier morbide et funéraire à souhait... Assurément le morceau le plus noir de l'album. Là encore, le chorus de guitare nous emmène très loin. "INCUBUS" est la pièce maîtresse de ce disque. Du haut de ces 8 minutes, elle redéfinit à elle seule ce que veut dire, pour MARILLION, musique progressive... Superbe !
Enfin, et pour clore cet album, c'est le rageur et épique morceau à tiroirs "FUGAZI" qui finit de nous achever de façon magistrale.

MARILLION fait un pas de géant avec ce disque, et FISH, son charismatique chanteur, est à n'en pas douter, le fils, peut être caché, de l'ange Gabriel (pour le meilleur bien entendu). 18,5/20
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2009
J'avais découvert - sans le savoir - Marillion au début des années 80 après avoir enregistré Emerald Lies (parmi d'autres) dans une émission rock de radio. J'avais été époustouflé par la voix rageuse et si particulière de Fish et par cette alternance entre propos quasi scandés agressifs et les moments émotionnels presque implorants.
C'est bien plus tard, après avoir fait la rencontre de Misplaced puis de Script (je n'ai pas respecté l'ordre, désolé) que je me suis offert Fugazi en cassette. Parmi les titres, à noter un très inquiétant et rythmé Assassing, un sublime Jigsaw, un langoureux et malsain Incubus et un vindicatif Fugazi. La palette musicale nous propose des ambiances tantôt dérangeantes, tantôt endiablées, tantôt déchirantes. Fugazi est infiniment plus complet (plus cohérent ?) et varié que Script. Un deuxième opus poursuivant la construction solide d'un groupe prometteur, avec une identité propre.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2011
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MAI 1984 N° 190 Page 85
2° Album 1984 33T Réf : EMI Pathé 2400851
Le hasard sait être savoureux. Pour moi, l'album le plus marquant de ce mois d'avril est sans conteste le second 33 tours de Marillion. Quand on sait que le leader de ce groupe a justement choisi le pseudonyme de Fish, on ne peut que se délecter de la coïncidence. D'autant que Marillion garde encore un côté "poisson d'avril", tant il continue à sonner plus que Genesis, source inépuisable de blind fold tests à émotions.
Mais laissons-là ce qui n'est qu'anecdote. Il faut en finir une bonne fois avec ce malentendu Marillion/Genesis, car il empêche de s'apercevoir clairement que Marillion est incontestablement l'une des révélations les plus marquantes de la nouvelle scène anglaise, un groupe de première grandeur , un futur géant. Si le label du groupe avait trouvé bon de coller sur la pochette un sticker précisant : "Ceci est un chef d'oeuvre", personne n'aurait pu l'attaquer pour publicité mensongère, car c'en est un, un gros, un vrai, le genre de disque qui s'écoute comme on regarde la grande Pyramide. Que vaut alors, face à cela, le petit débat mesquin sur les influences de Marillion ?
Bon, il est dans la lignée de Genesis, mais aucun des albums de la Genèse ne sonne vraiment comme celui-ci. Mieux, aucun groupe ne sonne comme Marillion sait le faire. N'est ce pas là, au contraire, l'originalité absolue ? Quant à Fish, disons tout simplement qu'il est le troisième sommet d'un triangle équilatéral (royal) dont les deux autres seraient, à égalité, Peter Gabriel et Peter Hammill (auquel il est fait plus qu'allusion sur la pochette). En fait, Marillion est la synthèse parfaite de quinze ans de rock anglais, une sorte d'aboutissement total, et si l'on trouve à l'oeuvre maints ingrédients de la progressive (Genesis, Van Der Graaf, Crimson), on y sent tout aussi présents la vigueur du hard et l'esprit de la new wave.
Marillion est un groupe infiniment complet, qui couvre avec aisance toutes les catégories du rock, et les transcendes grâce à ses musiciens-orfèvres (notamment Steve Rothary et Mark Kelly, impeccable joailliers du son)et à la personnalité exceptionnelle de son chanteur, ce fantastique Fish qui vous fait vous surprendre au moindre de ses mots, qui sert de sa voix comme du plus fou des synthétiseurs, qui l'orchestre, la multiplie tout au long de vocaux théâtraux bourrés de vie et d'énergie.
L'on comprend alors que les lecteurs de Sounds aient élu un tel groupe comme leur préféré, "Fugazi" ne fera encore que renforcer leur admiration et la nôtre, tant il complète et renforce idéalement les tableaux baroques de
"Script For A Jester's Tear", par une série de chansons d'une intensité peu commune, faites de millions de mélodies, de trouvailles, de séquences qui font du moindre instant un évènement.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album est dans la même veine, voire complémentaire au premier album Script For A Jester's Tear. Il est différent mais toujours aussi bon. À partir de cet album, c'est l'excellent batteur Ian Mosley qui remplace définitivement Mick Pointer à la batterie.
Mick Pointer va fonder, lui, son propre groupe, l'excellent : Arena...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)