undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles11
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
10
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:11,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 5 décembre 2010
Il y a des compositeurs, comme Brahms, vers lesquels on revient toujours. Des oeuvres si riches qu'on ne peut que les aborder sous des angles différents. J'ai entendu cette Quatrième sous la baguette de Furtwangler, Karajan, Wand... mais jamais avec un tel lyrisme et une telle fougue! Voici un enregistrement sublime, une lecture dynamique et lisible dans laquelle apparaissent des détails que jamais je n'avais entendus... A consommer sans modération!!
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2006
Rare dans tous les sens du terme, la discographie de Kleiber nous lègue une interprétation qui dut paraître plus décalée jadis. Le chef tourne ostensiblement le dos à la tradition portée au sublime par Furtwängler : un son dense, une assise forte des graves, une architecture ample de la mélodie, un élargissement des rapports harmoniques et, du point de vue du caractère, une prédilection pour la tragédie sombre d'un Hölderlin. C'est Goethe, plus classique, plus latin aussi, que préfère Kleiber. On a dû se demander plus d'une fois si l'ombre de Toscanini ne pesait pas sur cette interprétation. Kleiber n'est pourtant pas sensible à la motricité du chef italien. La vitalité de cette lecture ne se fonde pas sur l'allure, mais sur une attention très forte portée aux articulations. Aujourd'hui, avec la culture de l'interprétation baroque, nous sommes plus familiers avec ce traitement des micro-structures, des cellules et autres éléments constitutifs. Le second mouvement de la 4e symphonie en est une parfaite démonstration. Loin de la densité sonore des chefs post-romantiques, Kleiber allège la texture de l'orchestre, surtout au niveau des parties d'accompagnement. Rien ne vient se conglomérer à la mélodie. Les parties secondaires se distinguent d'elle et interagissent plus sensiblement. Au lieu d'une convergence des éléments du discours musical, c'est une diffraction cohérente qui se dégage de la vision de Kleiber. On gagne en transparence, en légèreté mais aussi en richesse : la polyphonie est plus "lisible". Dans le final, ce culte de l'articulation rend le cheminement des trente variations plus explicite. Les chocs organisés par Brahms entre certaines variations sont encore plus mis en valeur.

Certes, il y a, comme souvent chez Kleiber, quelques tics de maniérisme, de ceux qui nous font sursauter à l'instant même, nous ravissent dans un premier temps par leur originalité et dont l'intérêt à la réflexion finit par retomber... comme ces contrechants subitement mis en avant, qui nous feraient accroire que nous ignorions des pans de la partition et qui ne sont que des petits rictus.

S'il est un regret véritablement valable, ce serait celui de l'absence d'un ton tragique et désespéré. Kleiber n'est pas volage, bien sûr ! Mais le rejet de la densité sonore et de son assise grave nous prive du pathétique qui fait partie, malgré tout, de l'identité brahmsienne. Cela peut venir de l'image sonore, cela vient plus sûrement de l'absence de toute sensibilité développée au niveau du phrasé à grande échelle. La structure en arche (le fameux "Bogen" allemand) a du mal à surgir, tant l'articulation minimaliste la fragmente au préalable. Plus d'une progression en palier, progression tonale ou mélodique selon le cas, n'est pas "conduite". Kleiber fait trop confiance aux seules notes de musique. Il ne met pas en évidence la stratégie discursive de Brahms. Cette tension architectonique détient un rôle fondateur dans la tonalité tragique de l'univers brahmsien. Kleiber en avait décidé autrement.

On ne pensera pas forcément à Kleiber pour le séjour en île déserte, mais son leg s'impose à nous comme évidence précieuse.
22 commentaires|29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2010
Personnellement je ne reproche pas à DGG un minutage (39') que l'on peut considérer comme minimaliste : le contenu de ce CD est tellement éblouissant ! Il est vrai que Carlos Kleiber tourne le dos à une certaine tradition allemande d'interprétation de Brahms, une tradition de puissance, sombre, dramatique voire tragique ... Non, ici, Kleiber nous fait part d'une vision beaucoup plus lumineuse et sereine, optimiste et pleine d'allant. On peut (peut-être même doit-on ?) aimer ces deux visions de ce chef d'œuvre absolu qu'est la 4ème Symphonie de Brahms. C'est mon cas. Ici l'Orchestre Philharmonique de Vienne est "à la manœuvre" : il laisse le Maestro les guider à sa guise, plus peut-être que n'auraient pu le faire les musiciens du Philharmonique de Berlin ...
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
BRAHMS (1833-1897) 4é Symphonie/Carlos Kleiber.
C’est à la quatrième que va ma préférence des quatre symphonies de Brahms.
Une œuvre tourmentée, assez rude par moment avec des hauts et des bas dans les sentiments exprimés.
C’est là la richesse de cette œuvre magnifiée par un Carlos Kleiber stupéfiant et perfectionniste dans l’âme. Il nous enflamme, nous émeut dans cette fulgurante symphonie, notamment dans le dernier mouvement allegro energico e passionato.
Ce fut la dernière œuvre orchestrale composée par Brahms de1884 à 1885, et le paisible second mouvement andante moderato est comme un testament celui de la paix retrouvée.
Une œuvre majeure bouleversante.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2016
Passionnant, malgré un prise de son datée (transcription d'un vinyle? pas terrible dans le dernier mouvenent): l'osmose entre l'oeuvre, le chef et l'orchestre fait la force de cet enregistrement. Sans effets appuyés et dans le respect de l'oeuvre, il y a de nombreux passages où l'on sent le chef litttéralement tirer le son des cordes ou des vents de l'orchestre, comme s'il jouait de l'orchestre comme d'un instrument. On repense inévitablement à l'étonnant personnage qu'était Carlos Kleiber... qui avait notamment refusé d'être nommé à la tête du Philarmonique de Berlin !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2008
Kleiber une fois de plus nous livre une interpretation de haute volée.
Pas de pathos mais une intensité extreme et une maitrise parfaite de l'orchestre.
Les instruments sont superbes et l'enregistrement de qualité.
Rien qu'un grand moment.
Quant à DGG, 0 pointé:39mn sur un CD, c'est lamentable...
55 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 septembre 2015
Une très grande symphonie pour un immmense chef d'orchestre, au summum de son art. Tout l'orchestre vibre émotionnellement comme un seul artiste, sous la baguette du maestro. Bref, un chef d'oeuvre.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 janvier 2016
Une version référence pour cette symphonie de Brahms... comme à peu près tout ce que dirige Carlos Kleiber. Absolument Fabuleux
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2015
Un choc! J'ai des frissons à chaque fois que je l'écoute. Une merveille! Et dire que je n'aimais pas Brahms avant...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2011
difficile de qualifier cette oeuvre sans utiliser des superlatifs. Ce CD est en effet très enthousiasmant, légèreté, puissance, précision de chaque groupe d'instruments, tout est net, chaque détail musical est mis en relief.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus