undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Live at Max's Kansas City
Format: CDModifier
Prix:187,50 €+2,49 €expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 septembre 2009
Disque de contrebande dont le prix établi de manière hystérique semble destiné à faire croire à un chef d'oeuvre oublié . Avant d'être détourné des étals des marchands , sans doute pour cause de mévente , il est réapparu il y a 20 ans comme une sorte de Graal pogotique ...
Je me souviens l'avoir acheté ( en vinyle ! faites une offre ... ) sous l'injonction d'un terrifiant vendeur de disques qui mesurait plus de 2 mètres et qui avait l'étonnante manie de mimer avec les mains toutes les parties de guitares qui jaillissaient de son antique platine ... et toutes les 20 secondes , y compris quand il se croyait seul , il disait « non mais t'entends ce truc ? » ... Alors par peur , par complaisance , volonté d'adhérer à sa mystique , mais aussi pour lui montrer que sous mes mèches banalement brunes et tombantes , j'étais une vraie punk , je l'ai acheté ( assez cher déjà à l'époque ) et j'ai dû l'écouter deux fois avant de l'oublier parce que franchement , à l'époque , je ne le trouvais pas terrible ... pas assez furieux par rapport aux Gun Club , Poison 13 , Sham 69 ou X que j'écoutais alors !
J'ai un peu revu mon jugement à la hausse récemment , mais je préviens quand même que ce live est destiné uniquement aux gentils gogos romantiques de la cause rock and roll qui voient ( encore maintenant ) en Johnny Thunders la quintessence du bad boy immatriculé keupon . Donc , les autres , inutile de l'acheter : malgré son prix , il n'a franchement aucun intérêt musical . C'est simplement une question de foi : il faut être fan comme moi anciennement des New York Dolls , amoureuse nécrophile de Thunders ( ? ) et , plus incompréhensiblement encore , intéressée par la carrière ( ??? ) des Heartbreakers ( qui , je le clame bien fort , ne souffrent qu'en notoriété de la comparaison homonymique avec la bande de Tom Petty ) pour s'estimer heureuse d'être à la tête de ce petit brûlot sympathique . Cela dit , vous pouvez le voler ...
Je ne vais pas me fatiguer , comme tous les zélateurs de Thunders , à retracer le trajet de cet autre Johnny un peu maudit : il est de ces légendes dont l'histoire ne se raconte plus . Et puis , ceux qui ont atterri sur ce com sont forcément au courant du bonhomme que c'était et connaissent les chansons qu'il aimait chanter : parfois quelques bijoux , comme ici « London Boys » ou la reprise « Do You Love Me » qu'il se décide à brailler après un vague et long dialogue avec le public qui hurle des « rock and roll » furibards et nettement menaçants . Punk attitude en plein , l'endroit s'y prête ( Max's ) et retrouvailles réussies après une vadrouille et un split en Angleterre ... ils jouent à peu près bien , ce qui est toujours légèrement décevant , pour des punks . C'est un bon disque de rock and roll , presque à l'ancienne ( il date de 79 ) , pour moi aussi estimable que L.A.M.F ou même So Alone qui était plus « sauvage » en apparence me semble - t - il , mais en fait trop maîtrisé à mon goût . Moins punk dans l'esprit que celui - ci ...
Guitariste excellent dans ce qu'il a à faire ( épaulé ici par Walter Lure ) mais chanteur exécrable à la voix parfois très haut perchée , Johnny Thunders est resté toute sa vie une petite frappe du Queens avec des goûts de midinette . Ses véritables influences sont à chercher du côté du blues bien sûr , Link Wray et Chuck Berry , mais aussi des Ronettes , des Shangri - las ( il a repris « Great Big Kiss » ) et de ... Mickael Jackson ... dont il jalousait tout à la fois la musique , le succés sans doute , et , le port ostensible et assumé de socquettes blanches , attributs vestimentaires qui , il est vrai , ne vont pas à tout le monde ... Loin de n'être qu'un punk à l'univers restreint , Thunders a même fait un disque ( Hurt Me , pas très bon ) à guitares sèches comme tout bon fan de Dylan un tant soit peu conséquent avec l'histoire musicale de son pays , qui se respecte ...
Si mes souvenirs sont bons , je n'ai jamais vu Johnny Thunders ( qui était un vrai punk au sens américain du mot ) se croire obligé d'arborer une quelconque crête . Trop dandy pour ça , il a par exemple au dos de ce skeud , un look de Pacino gitan halluciné . Les cheveux coupés mais pas trop , rappellent avec nostalgie la belle tignasse qui atteignit parfois des longueurs équatoriales , lorsqu'il rivalisait , du temps des Dolls , sur le plan capillaire avec l'érotomane David Johansen . Ici , il n'a pas cette concurrence : il est beau et les autres sont moches .
1313 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Live at Max's Kansas City Vol
Live at Max's Kansas City Vol de The Heartbreakers (Album vinyle - 2015)

L.A.M.F. - Definitive Edition
L.A.M.F. - Definitive Edition de Heartbreakers (CD - 2013)