undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles4
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: CD|Modifier
Prix:18,62 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 septembre 2002
Premier album solo du KING de la 4-cordes. Le leader de Level 42 se fait plaisir et on en redemande. Inclus le solo de basse le plus rapide de l'ouest ;-)
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2006
waouw... ou comment faire le tour de tout ce que l'on peut faire avec une basse en 18 minutes (Essential), sans oublier les 4 autres perles du cd
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 3 décembre 2014
Entre les albums de son groupe LEVEL 42 (« Standing in the light » de 1983 et « True colors » de 1984), Mark King son leader, en pleine veine et période créatrice, décide d'enregistrer en 1984 un album « solo » accompagnés de quelques musiciens.
Il s'est entouré de son complice Mike Lindup, de 6 autres musiciens apparaissant tour à tour au gré des compositions, de 3 choristes et y joue de nombreux instruments : outre les différentes basses et au chant bien sûr, il s'est aussi immiscé à la guitare, aux claviers, à la percussions et à la batterie.

Ce disque ayant paru en vinyle en 1984, il respectait la durée standard des faces « de l'époque » et propose 2 ambiances différentes. La « longue » plage A (pour l'époque) de plus de 18', est instrumentale et ne comprend qu'un seul morceau ; la seconde est mixte mais plutôt vocale et davantage diversifiée, comprend 4 plages bien différentes, de 22' environ.

Il y a composé en solo les 2 instrumentaux 1 et 5 - placés de part et d'autre de l'album - 2 autres chansons avec son « vieux » complice Boon « Rowland » Gould pour les paroles - le guitariste de toute la première partie du groupe LEVEL 42 - et repris un standard « réarrangé » pour l'occasion.
Comme il le précise au dos de la pochette, « cet album contient nombre d'idées que j'avais depuis que j'ai commencé à jouer. »

Le long instrumental « The essential » est la somme de sections différentes, mises bout à bout et créant une unité voulue par le musicien. Le titre précise-t-il en filigrane qu'il y a placé nombre d'idées qui lui étaient essentielles, ou qu'il lui était essentiel de s'extirper légèrement de sa qualité de soliste de son groupe, pour réaliser le rêve de s'exprimer plus librement ?
En tout cas, ces changements d'ambiances, allant du plus planant au plus jazzy avec des sons d'harmonica, tendent vers un rythme progressivement très enlevé, où tous les instrumentistes sont brillamment mis à contribution.
On entre directement avec les accords du bassiste, de la batterie et d'une guitare. La caisse y sonne plutôt de manière « claire » ; on entend des cloches aux transitions de sections, des castagnettes juste avant la fin, dans ce réveil lent et puis qui s'en va. Le tout s'écoute vraiment avec plaisir, sans temps morts.
La basse est toujours présente, mais pas « encombrante ». Bien sûr il entame un solo vers 15', mais il a choisi de ne pas focaliser l'instrumentation vers ses basses, et d'offrir un morceau dans la veine des premiers albums de son groupe. On y reconnait « à peine » sa patte, mais il reste très frais et bien diversifié pour ne pas venir lasser l'auditeur.
Est-ce vraiment une composition de Mark King ou comme souvent le fruit d'un travail collectif lors des sessions de répétitions et d'enregistrement ?

Le 2ème morceau (la face « B » de l'époque) s'ouvre par une belle entrée des choeurs, directement avec les accords du bassiste. Il en vient rapidement à chanter et l'on reconnait bien son timbre. La chanson est bien pétillante.
En 3, belle reprise du célèbre titre « I fell free ». On dirait clairement qu'il a délégué à un autre chanteur de la commencer car on ne reconnait pas du tout son timbre. Mais aucun autre nom ne figure au générique. Aussi est-ce bien lui qui s'exprime ? On le perçoit sans nul doute ensuite, lorsqu'il intervient un peu en réponse, en ténor un peu « saturant » dans les aigus, comme souvent. Toute l'animation et l'envolée du rythme est gardée et bien restituée.
La suivante est moins ambitieuse, avec des cuivres ronds, mais une mélodie moins riche et recherchée que la 2ème notamment.
L'album finit par une sorte de « boeuf », une mélodie simple mais qui s'adjoint des envolées de la guitare et des claviers. Seulement un chœur joyeux vient rompre le pur côté instrumental.

Un album vraiment intéressant pour ceux qui s'intéressent à sa signature et son univers. On aurait même voulu qu'il se prolonge. Et aujourd'hui encore, il « tient très bien la route ».
Et il termine : « For the opportunity of making these recordings I am grateful. »
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2013
Que dire... un album pas terrible en fait. Le monsieur joue parfaitement de la basse. On aime son style mais quand ce n'est pas musical, cela reste nul.
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)