undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:31,14 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"Köhntarkösz" est le quatrième album de Magma; il forme avec "K.A." et "Emëhntëth-Rê" (dont l'enregistrement complet s'est fait bien des années après la composition ou l'ébauche de composition, avec certaines parties qui se retrouvèrent intégrées à des albums sans rapport avec le concept original) un tryptique dont l'histoire est directement inspirée par la mythologie égyptienne.
En compact-disc, les deux parties du morceau "Köhntarkösz" (d'une durée chacune de un quart d'heure environ) se retrouvent l'une à la suite de l'autre, alors qu'en vinyl, chacun des deux titres courts terminant le CD concluaient chacune de deux faces. Ces deux morceaux sont d'ailleurs loin d'être anecdotiques, même s'ils n'ont rien à voir avec l'histoire de Köhntarkösz; "Ork Alarm" relate la guerre que doivent se livrer le peuple "Zeuhl" et celui de Ork qui marche contre lui, les gens de Ork étant constitués d'une matière indescriptible, matière qui est aux machines ce que les machines sont pour les hommes (notes de pochette). Les voix graves et martiales ainsi que le rythme mécanique illustrent bien l'aspect guerrier de cette pièce aussi frappante que concentrée.
"Coltrane Sündïa" est un hommage sans paroles à la mémoire de John Coltrane. On connaît le culte que voue depuis toujours Christian Vander au légendaire saxophoniste. Ce morceau montre une autre facette de Magma et plus spécialement de C. Vander, qui sait aussi composer de la musique calme et profonde, recueillie et sublime, en l'occurence. Un aspect de sa musique que l'on retrouve d'ailleurs dans plusieurs autres albums de Magma ("Attahk", "Kobaia") ainsi que dans le projet "Offering". Une guitare électrique limpide chante le thème principal, accompagnée d'un piano enchanteur. Après la clarté lunaire et blafarde de "Köhntarkösz" et le soleil rouge sombre de "Ork Alarm", on a l'impression de flotter sur un liquide éclaboussé d'or, celui du disque solaire à son zénith...
La première partie de "Köhntarkösz" (le titre) est sous-titrée "Entering the tomb of Emëhntëth-Rê". Elle raconte comment un homme appelé Köhntarkösz découvre le tombeau d'un ancien maître égyptien du nom d'Emëhntëth-Rê, puis pénètre à l'intérieur. Cette première partie est lente, contrairement à la seconde qui est rapide. Les sonorités sont exceptionnelles, l'orgue aigû qui joue le rôle d'instrument soliste, soutenu par le piano, la basse omniprésente et grondante ainsi que la batterie de CV toujours extrêmement présente et expressive, les voix incantatoires ou chuchotantes, des voix féminines, dont la principale est celle de Stella Vander. Un des morceaux les plus marquants et originaux de toute l'oeuvre de Christian Vander, baignant tout du long dans une atmosphère trouble, étouffante, mystérieuse. A la fin, une drôle de sonnerie se fait entendre, et la musique s'éteint sur des choeurs aériens et sur des notes de piano jouées dans les aigus. Ce passage en particulier fait beaucoup penser aux "Noces" de Stravinski. La seconde partie démarre de la même manière que la première s'est terminée, mais le piano électrique a remplacé le piano classique; rapidement, le climat devient onirique, indécis, avec des voix éthérées (la musique des anges), puis peu à peu la rythmique s'accélère. La suite est une sorte de course échevelée et répétitive (on peut penser cette fois à Carl Orff et à son "Carmina Burana"), dominée par la guitare électrique tournoyante de Brian Godding et les choeurs qui semblent ne jamais reprendre leur souffle, entonnant indéfiniment la même syllabe, puis quelque chose qui ressemble à "Kobaia", des voix comme en transe, qui se fondent parmi les autres instruments.
Une voix masculine (celle de Klaus Blasquiz ?) entame ensuite une sorte d'incantation très rapide à mi-chemin entre parlé et chanté. Cette deuxième partie relate comment Köhntarkösz est en train de vivre une expérience mystique au cours de laquelle la vie de Emëhntëth-Rê lui est révélée... Après s'être évanoui, il rêve des secrets sur l'immortalité que le maître égyptien avait percé. Le tempo ralentit enfin, et la seconde partie de "Köhntarkösz" se termine ponctuée de "Oms" dans les graves, comme une ultime prière de reconnaissance et de dévotion envers l'Absolu...
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2002
Une atmosphere obscure, angoissante, presque étouffante... Des rythmes lancinants qui semblent chargés d'une froide et menaçante détermination nous entrainent dans un tourbillon de mondes infernaux et souterrains, les voix du choeur semblent se muer en chants de fantomes au fond d'un antique tombeau...Une atmosphere mysterieuse de cauchemard puissamment expressive qui se denouera comme souvent chez Magma dans une explosion de transe et d'énergie cataclysmique...Dantesque, indicible, Lovecraftien, innomable, Fabuleux !!!!
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2014
Bonne édition de Jazz Village, vinyle silencieux, le mastering est correct sans être exceptionnel. C'est déjà bien de pouvoir retrouver ce genre d'album en vinyle. On peut télécharger l'album en version numérique PCM, fichiers .wav; c'est bien mieux que les mp3 habituels. Une bonne formule.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pas encore de commentaires pour cet album de Magma ?! C'est pour moi avec MDK le meilleur de Magma. La partie 2 est oppressante à souhait !

du grand art !

Pour ceux qui ne connaissent pas Magma, ce n'est certe pas vraiment une musique très accessible au premier abord et assez déconcertante !
Difficile de comparer Magma à quoi que ce soit;

c'est un peu du rock progressif mélangé à du stravinsky et sous grosse influence Jazz à la coltrane et je ne sais quoi d'autres ! Assez noire, très riche musicalement et complètement déjanté !

A voir particulièrement en concert
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2015
mon album préféré de Magma avec MDK
nous pénétrons dans la Grande Pyramide
cet album aux harmonies etranges nous plonge dans le contre temps
rythmique ...il nous de la force
n'est pas sombre comme un album de Ferré ...mais fort et lumineux
mystique ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2015
un des premiers albums de Magma, qui va d'une part rafraichir les mémoires des Anciens et d'autre part activer celles des Novices !
un album pour initiés aha aha ah !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

27,40 €