undrgrnd Cliquez ici Toys KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles11
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
10
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:5,06 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 janvier 2004
On ne présente plus le film correspondant. La musique est un pur délice, quoique subtilement différente de celle du film lui-même; certains morceaux semblent sublimés par la voix de Paul Williams, réorchestrés pour le disque. Tous les protagonistes sont là, leurs chansons aussi: Winslow Leach, Beef, les Juicy Fruits, Phoenix et bien entendu Swan. Dommage qu'il manque quelques morceaux entendus dans le film et dont l'absence créé une curieuse sensation d'inachevé. A écouter, à réécouter tard le soir, dans le noir.
33 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 octobre 2008
Swan... Il n'a pas d'autre nom... Son passé est un mystère... Son oeuvre déjà une légende... Il a produit son premier disque d'or à 14 ans. Depuis, il en a tant remportés qu'il a tenté de les déposer à Fort Knox. Il a introduit le blues en Angleterre... et Liverpool en Amérique. Il a réconcilié le folk et le rock. Son groupe, les Juicy fruits, a créé de toute pièce la mode rétro. À présent, il cherche une musique interplanétaire qui inaugurera son Xanadu, son Disneyland, le Paradise, le super palais du rock. Ce film est l'histoire de cette quête, de cette musique, de l'homme qui la créa, de la fille qui la chanta, du monstre qui la vola...

En s'intéressant autant à l'image qu'à la musique durant toute son aeuvre, Brian De Palma a toujours collaboré avec les plus grands compositeurs. Ainsi, lorsqu'il décide de s'engager dans la réalisation de son psychédélique et fulgurant Phantom of the Paradise, si ses premiers choix se portent plus favorablement vers les Rolling Stones ou les Who pour en assurer la partition, c'est sur Paul Williams, alors sous contrat chez A&M, que le cinéaste pose l'objectif de sa caméra pour la mise en scène de sa musique. Tragédie rock usant du prétexte de stigmatiser la toute puissance d'une industrie du disque pour mieux faire la critique d'une société de consommation en pleine déliquescence, ce Fantôme de l'Opéra est également un film en hommage à toutes les références classiques qui feront le ciment de la filmographie de son auteur. Reprenant plus ou moins la trame du livre du romancier Gaston Leroux, le mythe de Faust et le portrait d'un Dorian Gray vitriolé, De Palma nous entraine dans un monde dérangeant soutenu par une bande originale inspirée.

Métaphorique, jouant sur un kaléidoscope de références, dont les plus lisibles restent Hitchcock et l'expressionisme allemand, Phantom of the Paradise est une chirurgie de l'âme qui nous propulse dans un monde dans lequel, passé et modernisme se croisent, se confondent, jusqu'à se consumer dans des extases mélodiques plus originales les unes que les autres. Officiant en second à la barre du vaisseau Phantom et monstrueux dans le rôle de Swan, Paul Williams s'inscrit parfaitement dans la démarche artistique du cinéaste. Ainsi, comme s'il ne suffisait pas de nous maintenir sous l'emprise des mouvements de caméra de De Palma, c'est avec une certaine délectation que le compositeur nous entraîne dans les filets d'un piège musical, dont on peine à s'extraire une fois le film terminé. En effet, si on y trouve tous les éléments de provocation, comme de décadence, issus du mouvement Glam Rock, ce sont les composantes classiques, pop et romantiques qui confèrent à l'ensemble son caractère universel.

Son diégétique, fruits acidulés ou acoustiques, si à l'évidence ce conte musical est unique en son genre, le puzzle sonore qui en habille le scénario l'est également. Parfaite vitrine de ce qui se faisait de mieux à l'époque, si la totalité des chansons nous ramène à ce qui fit la flamboyance des années 70, certains titres n'hésitent pas à affirmer leur consanguinité avec les Beach Boys, Bowie, Roxy Music et Kiss. Cependant, là où cette bande originale nous surprend le plus, c'est évidemment lorsqu'elle s'accorde quelques instants de sensibilité absolue. En la matière, Old Souls, chanté sur la pointe des mots par une Jessica Harper toute en nuances, reste comme un des moments les plus poignants de cet opéra rock. En fait, qu'elle nous renverse par ses excès ou qu'elle nous prenne en otage par l'émotion, chaque séquence ne s'accorde aucune limitation, dès lors qu'il s'agit de nous transporter vers une destination inconnue. Variée, ampoulée, ne se refusant aucune circonstance mélodramatique atténuante, cette musique de film supporte particulièrement bien le sous titre : d'aventure intemporelle.
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2004
Cette musique représente les moments forts du film, et nous transporte dans un autre monde à une autre époque.
Les morceaux de Paul WILLIAMS ont été composés en 1975 mais pourrait tout à fait avoir été écrit hier.
Les chanteurs ont tous des voix incroyables. La musique, elle, est simplement magnifique.
En écoutant ce CD, on est entraîné dans un tourbillon rock qui nous fait oublier tout le reste.
UN PETIT JOYAU MUSICAL.
A écouter sans modération.
PS : le film est lui aussi exellent !!!!!
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2013
Je ne reviendrai pas sur le film qui a été vu et revus un nombre appréciable de fois par ses fans pour en revenir sur la bande annonce qui varie constamment sur le tempo des chansons du film. On passe du rock pseudo rétro des Juicy Fruits "Goodbye Eddie Goodbye" à une savoureuse parodie des Beach Boys avec Ulphostery qui est lui-même une déconstruction volontairement vulgaire et abrutissante du thème de Faust qui le précède en allant jusqu'à deux incroyables morceaux de hard rock quasi symphoniques (Somebody Super Like You et Life At Last) avant de retomber dans le sublimement tendre "Old Soul" interprété par Jessica Harper. On aura aussi droit à une autre version de Faust plus longue et sublimement orchestrale chanté Par Paul Williams lui-même qui conclue aussi le disque avec le titre final du film "The Hell of It" qui se termine par une superbe partition jouée au piano bastringue conférant un côté rétro des plus parodiques. Car, et c'est là le seul défaut de ce disque, nous n'avons que les chansons du film et pas les incroyables musiques d'orchestration qui donne au film de de Palma son côté incroyablement kitsch (je pense à la musique de la chambre à groupies, aux sonorités des plus orientales qui ensuite passe à une parodie des tochatas de Bach lorsque Swan apparaît la toute première fois tel un Méphistophélès superstar ou bien à l'ahurissant thème final du mariage de Swan qui dégénère en jeu de massacre d'où seule Phoenix ressortira vivante, mais psychologiquement brisée à jamais et promise à l'enfer à son insu, Swan lui ayant fait signé un pacte avec le diable dont elle n'a pas compris le sens le tout se finissant sur une sublime partition avec piano et orchestre, sublimant ainsi ce qu'aurait dû être la version originale de Faust vu par le Fantôme du Paradis, le trop naïf Winslow Leach.

Amen
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2011
Un coup de genie..pour l'apprecier toutefois il est mieux avoir vu le film de Brian De Palma,riche d'images et d'idees originales lui aussi. Les annees 70 auront ete tormentes par les ideologies,mais le niveau des intelligences etait superieure..en voici une demonstration! Et quelle magie la voix de jessica Harper, et que drama celle de Paul Williams..et la drolerie de la constrction de Beef en superstar comme nouveau Frankenstein canore!achetez le pour la musique geniale et achetez aussi le dvd,ils resteront dans votre vie comme une ile d' intelligence et d'esperance pour les etres humaines!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2006
petite injustice, hélas bien fréquente dans le monde du rock!!!!
c'est vrai qu 'au dela de sa participation au fil phamtoms of the paradise paul williams reste ignoré, malgrés la qualité de sa musique honteusement ignoré par l amateur! sa production ne s 'arête pas a cette b o, pop musique arrangée avec goût (beadh boys, r'n roll, comedie musicale) pour l enluminure baroque et chantilly pop;;; je le placerai à côté des tout premier paul mc cartney!!!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2013
Ce film est un chef d'oeuvre! Alors la musique dans un film musicale enorme, ne peut etre
que super (like you)! Merci pour Paul Williams pour ce morceau de l'histoire du rock!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2014
Je suis ravie de retrouver la musique de ce film des annees 70 aux frontieres de la folie pour certains morceaux. L'histoire de Faust melee a celle du fantome de l'opera.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2015
Quel plaisir de retrouver toute la BO du film. A l'écoute de chaque chanson, on se remémore le film. Magnifiques mélodies et super voix pour Phoenix.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2014
toute ma jeunesse revisitée, un pur moment de bonheur en réécoutant cette B.O. on connait toute les paroles, on peut chanter à tue-tête. Bref PARFAIT
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)