Commentaires en ligne


13 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une pure merveille...
S'il y a un album de Scorpions qu'il faut avoir dans sa discothèque c'est bien celui-ci et non pas Wind Of Change! Très peu connu malheureusement il reste un des plus beau albums rock des années 70, profitant pleinement de l'ambiance flamenco de l'époque (je pense à Spanish Caravan des Doors par exemple, ou encore à Carlos...
Publié le 7 février 2002 par Swa

versus
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "Fly To The Rainbow" : Scorpions 's Coming !
"Fly To The Rainbow" (arrivé en '74), peut-être considéré comme le véritable point de départ de la carrière des Scorpions, même si le groupe a déjà publié un 33 tours deux ans auparavant.
Le groupe avait carrément splitté à l'issue d'une tournée Germanique (en ouverture des...
Publié il y a 18 mois par Voodoo.


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

25 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une pure merveille..., 7 février 2002
Par 
Swa (Strasbourg, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
S'il y a un album de Scorpions qu'il faut avoir dans sa discothèque c'est bien celui-ci et non pas Wind Of Change! Très peu connu malheureusement il reste un des plus beau albums rock des années 70, profitant pleinement de l'ambiance flamenco de l'époque (je pense à Spanish Caravan des Doors par exemple, ou encore à Carlos Santana).
Les guitares pleurent des arpèges aériens et la voix de Klaus Meine nous transporte au dessus des nuages, dans un somptueux vol vers l'arc-en-ciel...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sur la bonne voie ..., 8 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
Ce deuxieme album (1974) qui est aussi autoproduit, est une vrai réussite, creatif et mélodieux.

Ce qui me frappe, c'est que j'ai rencontrer plusieur fois des gens qui mon dit l'affectionner particulièrement. Et c'est vrai que cette album ne laisse pas indifferent, du nerveux "speedy's comming" jusqu'aux sublime et assez long "fly to the raimbow". Seul la ballade "fly people fly" est un peu monotone mais quelle plaisir d'ecouter ce disque encore maintenant !!!

Sans conteste, un de mes préféres de la periode 70's.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "Fly To The Rainbow" : Scorpions 's Coming !, 20 avril 2013
Par 
Voodoo. (in the south of witches valley.) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
"Fly To The Rainbow" (arrivé en '74), peut-être considéré comme le véritable point de départ de la carrière des Scorpions, même si le groupe a déjà publié un 33 tours deux ans auparavant.
Le groupe avait carrément splitté à l'issue d'une tournée Germanique (en ouverture des shows des Anglais de UFO), qui en perdant Bernie Marsden (leur lead guitar), piquèrent alors Michael Schenker à des Scorpions laissé en piteux état. Après quelques semaines de flottements, les persévérants Rudolf Schenker et Klaus Meine vont relancer le groupe. Le binôme va s'associer avec un trio du nom de Down Road (où officiait un remarquable lead guitar), ce fameux Ulrich Roth ainsi que Francis Buchholz à la basse et Jürgen Rosenthal à la batterie. Ces (nouveaux) Scorpions vont ainsi produire "Fly To The Rainbow". Il ne s'agit pas encore de hard-rock pur et dur, même si le tandem Schenker/Meine commence à faire des ravages avec l'époustouflant "Speedy's Coming" introductif, où Roth déchire déjà tout avec ses solos endiablés. "They Need A Million" (où Rudolf intervient au chant) et "This Is My Song" montrent un groupe cherchant encore sa voix (entre hard-rock un peu progressif et ballades planantes), comme sur "Fly People Fly" et "Far Away" (composés par le p'tit frère Michael), qui ont des réminiscences de "Lonesome Crow". Rudolf (même s'il est le leader) apparaît assez discret, effacé qu'il est par ce chanteur époustouflant qu'est Klaus Meine et encore plus par cet Uli Jon Roth (petit frère caché de Jimi Hendrix), qui amène souvent seul ses morceaux d’un autre trip (plus épiques et mystiques), comme ce "Drifting Sun" dominé par ses guitares puissantes et possédées. Ses compositions seront souvent chantées ou accompagnées à deux voix (ce qui leur confèrent un cachet vraiment original), les deux lead vocals s'accordant dans un registre complètement différent, avec la voix d'un Roth (grave et caverneuse) et celle d'un Meine (haut perchée). Mais c'est bien avec ses guitares (et ses solos flamboyants) que s'impose cette nouvelle recrue en or. Comme sur le (magnifique) titre éponyme "Fly To The Rainbow" qui débute en acoustique (où c'est Klaus qui interprète les premiers couplets et refrains mélodiques), avant que le morceau ne décolle vers des horizons et des contrées perdues (avec un thème oriental et planant) pour un rendu magique et superbe, où c'est Roth qui interprète ensuite ses textes, avant de faire planer ce titre épique dans une transe obscure (à coups de vibrato et de distorsions hystériques), un voyage sublime.
"Fly To The Rainbow" va d’abord permettre aux Scorpions de tourner intensément en Allemagne (en ouvrant pour des groupes plus renommés), et ainsi se faire remarquer par un certain Dieter Dierks, qui voit en eux un sérieux espoir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST, 27 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MARS 1982 N° 164 Page 46/47
2° Album 1974 33T Réf : RCA PPL.1.40251
...Pris de cour par la défection de Michael, les Scorpions cessèrent d'exister pendant quelques mois, mais dès l'été 1973; ils réapparaissent sous une formation totalement remodelée, seuls les inamovibles Rudolf et Klaus restant du team précédent. En plus d'une section rythmique totalement renouvelée, en personnel comme en esprit (avec l'arrivée de Francis Buchholz, le solide et sympathique bassiste blond, et de Jürgen Rosenthal aux drums), les Scorpions avaient su trouver la perle rare pour remplacer Michael Schenker ; ils avaient, en effet débauché un jeune hystérique du manche du nom d'Ulrich Roth, Uli pour les amis, pur produit moustachu de l'ère psychédélique et hippie, mais surtout hallucinant guitariste, très imprégné de Jimi Hendrix, qui n'allait avoir aucun mal à faire oublier son prédécesseur.
Il faut dire que depuis qu'il est apparu, Roth a toujours fait partie, sans aucune contestation possible, du club très sélect et très fermé des vingt guitaristes les plus doués et les plus inspirés de la planète. En fait, c'est un groupe totalement métamorphosé, beaucoup plus métallique et enflammé, qui apparaît alors. Ce n'est qu'avec cette formation que l'on peut vraiment considérer nos venimeux comme un groupe de hard, et dès le début, un des meilleurs.
Le public allemand est tout secoué de cette transformation et adhère instantanément à ce groupe sévérement plus plombé. Les Scorpions new look décrochent très vite un nouveau contrat avec RCA et enregistrent dans la foulée leur second album "Fly to the rainbow".
Il y a évidemment un monde entre ce disque et "Lonesome crow". "Speedy's coming", le prologue ahuri et échevelé, fait tout de suite comprendre que nos Teutons ont remisé leur attirail d'envoûteurs et ont décidé de faire parler la poudre. Klaus a trouvé sa vraie voix, Rudolf a passé ses riffs à la meule à aiguiser, et il y surtout ce lyrique pyromane de Roth qui enflamme le tout. Certes, "Fly to the rainbow" n'est pas encore du pur Scorpions hard, il s'agit d'un album de transition ; la superbe ballade de "Fly people fly", le crescendo sophistiqué de "Fly to the rainbow" aux atmosphères parfois Pink Flyod, les préludes acoustiques où la voix de Meine monte et s'étire comme celle d'un Anderson dans Yes, tout cela montre que les Scorpions ne sont pas encore de purs fils de l'acier. Mais le reste exulte, vibre et pétille de belle façon. De toute évidence, la part d'Uli Roth dans cette éruption est énorme. Sa guitare pleine de verve et d'emphase, tantôt gouailleuse et agressive, tantôt incroyablement aérienne, transfigurerait, il est vrai, le rock le plus balourd. Mais celui des Scorpions est loin de l'être : Rudolf, passablement aidé par Michael, a pondu ici ses premières grandes oeuvres. Mais l'arc en ciel, c'est cet artiste de la nitroglycérine qu'est Uli. Ceux qui cherchaient le fils caché d'Hendrix venaient enfin de découvrir dans "Drifting Sun" , d'ailleurs chanté par Uli lui-même, dont la voix doucement éraillée prendra désormais régulièrement le relais de celle de Klaus , pourtant affirmée, affermie et superbe.
Les choses se mettent dès lors à bouger pour le groupe. Il se voit confier des premières parties conséquentes lors de tournées allemandes de groupes anglais (Edgar Broughton notamment). Un manager luxembourgeois leur ouvre les portes du Benelux et de la France, et ce d'autant qu'ils échangent Rosenthal contre un batteur belge, Rudy Lenners courant 1974. Certes, leurs premières incursions en France, en 1975, sont obscures et faméliques, mais ceux qui les virent alors ne furent plus près de les oublier : Scorpions est de ces groupes qui ne rechignent jamais à faire flamber somptueusement leur rock, ne serait de que pour vingt personnes. Mais il n' y a que ces groupes-là qui y arrivent, croyez-moi. Par contre, en Allemagne, la même année, on commence à comprendre que le poison hard de ces gaillards est plutôt virulent.
C'est d'abord Sweet qui regrette amèrement de les avoir pris en première partie car, passant après nos insatiables dérapeurs, ils ont franchement l'air de ce qu'ils sont, des gros lards. Peu après, au festival de Düsseldorf, nos Scorpions assomment tout le monde sur le coup de 3 du mat', et Ginger Baker alors avec son Airforce ou Savoy Brown, vedettes en titre, prennent un sérieux coup de vieux cette nuit là. Cela finit par mettre la puce à l'oreille à l'autre ingénieur-producteur allemand de renom, le fameux Dieter Dierks, qui décide de produire dans ses studios de Cologne ce petit animal teigneux qui fait peur aux plus gros mammouths. Cette association dure toujours, et son premier fruit est le légendaire, l'indispensable "In Trance", le bien nommé, l'album qui va tout débloquer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magique !!!, 26 novembre 2011
Par 
Bianchimani Michel (le luc , France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
Dire qu'il aura fallu attendre la tournée d'adieu du groupe pour enfin commenter tous ces albums qui ont accompagné ma jeunesse mais aussi ma vie jusqu'à aujourd'hui . Je n'irais pas par 4 chemins pour dire que la période "Uli Jon Roth" est sans conteste pour moi la plus riche musicalement parlant et que ce Fly to the Rainbow est un de mes préférés .Le groupe commence à négocier un virage plus hard rock par rapport au très Psychédélique mais non moins excellent Lonesome Crow mais on sent toujours un certain mysticisme ambiant dans les morceaux et ce n'est bien évidemment pas l'arrivée du maestro six-cordiste au phrasé magique qui risque de le faire disparaître , bien au contraire et pour notre plus grand plaisir. Si l'album compte peu de morceaux , ceux ci ont une durée relativement conséquentes , chose que le groupe commencera à revoir à la baisse dans l'album suivant "In Trance" . Pour se remettre dans le contexte de l'époque bien évidemment , le CD n'existe pas encore et les bons vieux vyniles dépassent rarement les 35 mns , ceci expliquant cela !!
Que dire de plus si ce n'est que rien n'est à jeter sur les 7 compositions magnifiques .Du brûlot "Speedy's coming" qui ouvre l'album sur les chapeaux de roues , en passant par le superbe et rythmé "They need a millions" ,l'étrange "Drifting Sun" ou l'extraordinaire "Fly people fly" , du très mélodique et entraînant "This is my song" ou encore de l'émouvant "Far away" , le groupe offre une riche diversité de sonorités et d'ambiances musicales faisant de cet album une magnifique palette musicale !! Et que dire de l'ultime morceau éponyme qu'est "Fly to the Rainbow" , véritable morceau lyrique d'anthologie de près de 10 mns , un morceau qui touche au grandiose et sans doute une des plus belles compositions du groupe .
Pour conclure , je ne peux que conseiller vivement ce chef d'oeuvre , témoignage poignant des premières piqûres d'un futur géant !!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ecoutez et pleurez!, 9 décembre 2009
Par 
Mogué "Seb" (Lille, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
J'écoute des millions de trucs et je fais raremment un commentaire mais la c'est pas possible... Cet album est trop monstrueux. Je suis un gros gros fan du Scorpions de 70's, j'adore Animal magnetism, Virgin killer, In Transe & Co. Fly to the rainbow est le dernier de cette période que que j'ai découvert. J'étais déjà chaud et mon oreille receptive mais j'ai été retourné par ces morceaux magiques : Speed's coming, Fly people fly, This is my song,... Pas besoin d'analyse profonde de la musique et d'arguments élogienx, je ne dirai qu'une chiose : écoutez et pleurez!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une redécouverte, 19 mars 2009
Par 
F. Stephane (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
Pour moi Scorpions, c'était les 80's.
Découvrir leur discograpgie pré Lovedrive a été un grand choc, et autant l'avouer une grande déception.

Avec le temps et l'ouverture d'esprit, j'ai appris à apprécier cette période et j'ai enfin pu apprécier ce superbe Fly to the Rainbow.
Ambiance 70's à mort, album plutot orienté ballades et influences hispanisantes, pour un résultat envoutant et aérien.

40 minutes de beauté interprétées par des musiciens inspirés et une voix tantôt écorchée, tantôt douce de toute beauté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un des premiers albums, 13 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
Album agreable à l'écoute ,ce n'est pas du niveau de "Lonesome crow" ,mais pas du tout décevant,.
Tous les morceaux de ce CD s'enchainent sans avoir envie d'en sauter un.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les prémices, 25 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
Difficile de penser en écoutant ce disque que Scorpions sera l'un des plus connus dans le monde du Hard Rock (ou non) quelques années plus tard.
En effet, même si l'on perçoit aisément que ce groupe a un fort potentiel et qu'il possède un remarquable chanteur ("Fly people fly"), nous sommes loin d'un album pouvant plaire à un large public.
Bon, pour les fans, tout le monde sait que "Fly to the Rainbow" est le premier avec Uli Jon Roth.
Le précédent, encore plus loin de ce qu'est le groupe aujourd'hui étant avec Michaël Schenker, le frère de Rudolf.
L'album est composé de sept titres, dont la plupart sont assez longs et peuvent donc laisser toute la place au nouveau soliste pour s'exprimer.
Nous sommes donc encore dans l'esprit de morceaux assez planants (à part "Speedy's coming"), qui laisseront la place à des morceaux plus courts et donc plus directs sur le prochain "In trance".
Par conséquent, si "Fly to the rainbow" ne constitue pas le plus évident ou marquant de l'ère Roth, il en demeure pour autant le pont nécessaire à l'évolution du groupe.

Mes titres préférés : "Speedy's coming", "This is my song", "Drifting sun".

Note : 16/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 DIVINES GUITARES..., 8 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fly To The Raimbow (CD)
Ambiance hispano arabisée pour ce cd qui contient seulement 7 titres. Alors on commence par Fly people fly et Far away sur lesquelles les années pèsent , un peu pataudes , peu dégrossies mais qui laissent transparaitre la belle voix de Klaus; on enchaine avec Drifting sun , délire d' Uli (ça me fait un peu penser à Andy des Mitsouko ah ah !!) originale quoi ! Pour le reste , que les choses soient claires : Pas de bataille de guitars heroes ! Michael , Rudolf , Uli , Matthias , je les aime ...TOUS !! Et je pense qu' il n' en fallait pas moins pour servir une voix si exceptionnelle .Donc , pour les 4 restantes : SPEEDY S COMING , THEY NEED A MILLION , THIS IS MY SONG et FLY TO THE RAINBOW les fées Guitare et Melody ont fait plus que se pencher !!! Ah que c' est bon !!!! Mention spéciale pour FLY TO THE RAINBOW :écrite par Michael (...!) ,textes d' Uli , alliant rock et ballade , chantée aèriennement par Klaus , contée de manière fascinante par Uli , batterie et surtout guitares divinissimes : 9 minutes 40 de pur bonheur !!!! Des chansons longues comme ça , on n'en fait plus et c'est bien dommage ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Fly To The Raimbow
Fly To The Raimbow de Scorpions (CD - 1988)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit