undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CDModifier
Prix:15,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 octobre 2015
Ok, cet album n'est peut être pas le meilleur pour les puristes, ni le plus speed, ce n'est pas non plus le plus "culte", jusque là, tout va bien ... Mais enfin des compo vraiment "heavy", puissantes, avec une bonne prod, la plupart du temps mid-tempo (avec quelque passages Speed de bravoure), des titres qui donnent envie de bouger, d'headbanger, inspirés, qui ne sont pas sans rappeler Wasp voir Megadeth (sur par exemple le titre "the poison", avec au passage un superbe solo qui arrache) et bien sûr Iron Maiden pour certaines mélodies (d'ailleurs, Running Wild, et Running free de Maiden, une coincidence ? Je ne pense pas, car Iron Maiden fait parti des 1ères influences de Running Wild), et on pourrait même dire que Grave Digger n'est pas loin parfois (intro).

A part 1 voir 2 titres un peu moyen (mais bon quand même), tout le reste est excellent, rien à jeter, et franchement, ce n'est peu être pas le meilleur, le plus pure ou le plus culte blablabla, mais c'est celui que je préfère, et de loin, car les 3/4 des titres cognent sec et son bien rentre-dedans (pour du heavy) avec je le redis, un bon son et une bonne prod. Mes albums préférés du père Wolf sont "Black Hand Inn", "Masquerade" et celui ci, "The Rivalry", mais j'aime bien également les albums "Death or Glory", "Pile of Skulls" ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Running Wild a su proposer, tout au long des années 80 et jusqu'au milieu des années 90, des albums de metal allemand assez traditionnels mais globalement réjouissants. Des duos de guitares galopantes, une section rythmique en béton armé, des refrains à reprendre en choeur bien efficaces... la recette fonctionnait bien. Hélas, avec ce dixième essai, pourtant loin d'être honteux, le métal de nos chers pirates teutons a fini par me lasser.

Pourquoi celui-ci plutôt qu'un autre ? Il est vrai qu'on peut se poser la question tant le style du groupe n'a jamais véritablement changé depuis leurs débuts. Oui, mais quand même... dans les années 80, on avait assisté à de vrais progrès d'une production à l'autre, et le cap des 90's avait été plutôt bien négocié avec l'excellent "Black Hand Inn" ou le bastonnant "Masquerade"... Mais cette fois-ci, ça ne marche pas aussi bien. Très bien produit, (encore avec un son de batterie surpuissant... et toujours Jorg Michaël pour la troisième et dernière fois au poste de cogneur), ce "Rivalry" ne propose rien de bien neuf et dure trop longtemps. Avec ses 13 compos et ses (quasiment) 70 minutes de musique au compteur, il n'arrive pas à maintenir tout du long l'excitation suscitée par l'intro "March Of The Final Battle" suivie de l'efficace chanson titre.

Il y a de très bons titres sur cette galette, ce ne sont pas des chansons comme la surspeedée "Adventure Galley", ou les épiques "Ballad Of William Kidd" et "War and Peace" qui me feront mentir. Mais on a rapidement la sensation d'avoir déjà entendu tout cela sur les albums précédents... et parfois en mieux ! Moins concis et agressif que "Masquerade" (1995), pas aussi inspiré (dans sa globalité) que le superbe "Black Hand Inn" (1994), "The Rivalry", malgré d'évidentes qualités, ressemble à une copie carbone des albums précédents. L'effet de surprise et le charme semblent s'être dissipés.

Possédant déjà une bonne demi-douzaine d'albums de Running Wild à l'époque où ce disque a vu le jour (en 1998), j'ai fini par le revendre, ne le trouvant pas foncièrement mauvais, mais ayant réellement du mal à percevoir ce qu'il pouvait apporter de plus à une discographie déjà bien fournie et relativement avare en surprises. J'aime bien Running Wild mais ne suis probablement pas assez fan pour me payer tous leurs disques... les meilleurs me suffisent. C'est exactement le même genre de problématique que l'on peut rencontrer avec des groupes comme AC/DC, Yngwie Malmsteen, Axel Rudi Pell, Motörhead, Grave Digger... Combien de fois êtes-vous prêts à acheter la même chose ? Certes, il n'est pas toujours nécessaire d'être ultra-original pour convaincre, et certains disques s'avèrent extrêmement réjouissants malgré un manque de renouvellement de la part de leurs créateurs... mais "The Rivalry" ne fait, à mon avis, pas partie de ceux-là.
33 commentaires1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 octobre 2009
J'ai ( presque )tout collectionné jusqu'au formidable "Black Hand Inn" , et puis "Masquerade" donnait des signes de faiblesse, qui se confirment sur cet album. Running Wild avait déjà tout dit. Bon sang quelle idée de sortir un album de 68 minutes là où 40 suffisaient ! Il aurait même pu être bon s'ils avaient su se contenter de "The rivalry", "Return of the dragon", "Ballad of william kidd", "Fire & thunder", "War and peace" et 3 ou 4 autres, le reste est du remplissage. Les compos sont bonnes sur les titres longs et emphatiques, le reste c'est du speed/power metal sans imagination. La signature du groupe est toujours présente, c'est autoproduit par ce bon Rock'n'Rolf, le son de caisse claire de Jörg Michael est "Kolossal" ( faut aimer ... ) , mais globalement, ça sentait un peu le sapin. Mon dernier achat de collectionneur concernant cette légende du metal teuton.
0Commentaire0 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

14,94 €
16,23 €