undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:14,96 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce disque Live paru en 1998, enregistré à Dallas en 1968, est le chaînon manquant entre le Live at the Appolo de 1967 et le Live à l' Olympia de 1970. L' orchestre est ici extraordinaire servie par une magnifique prise de son. Le drumming inspiré de Clyde Stubblefield est un régal tout au long du disque. On arrive presque à imaginer les pas de danse de JB.
Le son du groupe est proche de celui de l' Apollo 1967 mais les arrangements sont plus modernes. Le Funk est en train de naître. L' intermède orchestral mené par Maceo Parker au ténor puis à la voix est une magnifique démonstration de la qualité de l' orchestre.
La deuxième partie du concert est d' une intensité extraordinaire avec une superbe version longue de "Cold Sweat". Avec "There was A Time", on est plongé dans le Hard Funk. Puis, JB nous emmène dans un medley de ballades où sa voix fait des merveilles. Un des plus grands moments de JB chanteur que j' ai entendu.
Avant le virage Hard Funk avec les furieux frères Collins, JB atteint ici un sommet tant sur le plan orchestral que vocal.
Et si ce Live resté longtemps inédit était son meilleur ?
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2009
Un concert incendiaire, d'une énergie folle. 1968, le funk est déjà là. Proche dans le son et le répertoire du Live at the Apollo 1967, paru en édition Deluxe 2CD. Essentiel, comme la plupart des disques de JAMES BROWN. Et quand le boss prend un break, Maceo Parker se fait maître de cérémonie le temps d'un long "Tighten Up" au groove implacable.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 21 janvier 2013
Jusque là, la référence demeurait le Live At The Appollo volume 2, concert de 67. Historique mais celui-ci est encore meilleur. Jamais édité avant, il ne comporte aucune faiblesse, aucun temps mort, et s'écoute du début à la fin comme dans un rêve. Inédit avant sa sortie en 98, ce live propose un concert brûlant, incroyable d'énergie et de modernité encore aujourd'hui, et pour cause: enregistré à Dallas par une chaude, dans tous les sens du terme, soirée d'août 68. Le James Brown Show a atteint à l'époque un réel degré de perfection et livre une prestation parfaitement maitrisée bien qu'hyper groovy. Le son claque, Brown est au sommet et l'orchetre est chirurgical. Obligatoire pour qui veut le vrai truc. Très très chaud.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)