undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:19,90 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pour cette escapade dans les méandres de la musique perdue mais pas pour tout le monde, nous reviendrons jusqu'en 1973 pour savourer l'unique album des Américains de Granicus.

Au programme, du hard rock racé et fin qui n'est pas sans rappeler Led Zeppelin tout en gardant, et c'est heureux, sa propre personnalité. Une pincée de psychedelisme et un brin de heavy prog sont venus s'ajouter à la sauce pour épicer convenablement le plat et, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'auditeur se régale !

Alors, qu'a-t'il manqué à Granicus pour décrocher le jackpot qui leur semblait tout promis ? De chance sans aucun doute. Car, enfin, quand on voit le nombre de groupes plus ou moins patauds qui ont réussi, bon-an mal-an, à se faire un nom et qu'on écoute, en 2011, d'illustres inconnus perdus dans les limbes du plus complet anonymat leur damer le pion avec une telle facilité... C'est surprenant.

Et donc, vous qui aimez Uriah Heep, Mountain, Deep Purple, Black Sabbath, Led Zeppelin, etc.; n'hésitez plus, ruez vous sur cet éponyme chef d'oeuvre !

Line-up:
Woody Leffel: acoustic guitars, vocals
Wayne Anderson: lead guitar
Al Pinelli: rhythm guitar
Dale Bedford: bass
Joe Battaglia: drums

Track List:
1. You're in America 4:07
2. Bad Talk 2:49
3. Twilight 3:25
4. Prayer 11:06
5. Cleveland Ohio 3:30
6. Nightmare 8:21
7. When You're Movin 3:19
8. Paradise 7:14
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
vu tous les commentaires élogieux, j'ai plongé : je ne regrette pas. C'est du bon hard US un mix de Led Zeppelin (la voix du chanteur Woody Leffel), de Scorpions , et même d'AC/DC 1ère période. Pas mal du tout donc. Si j'en crois la jaquette, ces types étaient de Cleveland (Ohio), d'ailleurs ils en ont fait un morceau que l'on retrouve en deux versions sur le CD (une courte de 3.29 et une longue de 7.55). J'ai beaucoup apprécié "paradise" et aussi "prayer" (une version studio, une live dans un radio show, toutes deux supérieures à 10 minutes). Bref c'est une découverte pour moi, pourtant çà date de 1973, comme quoi il n'est jamais trop tard... L'album d'origine devait comporter 8 titres, ce CD a 4 bonus + 2 courts interviews.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le monde du rock est ainsi injustement fait que chacun se souvient du Child in Time de Deep Purple, du Since I've Been Loving You du Zeppelin, du Free Bird des Lynyrd Skynyrd mais qui se souvient aujourd'hui du Prayer de Granicus ? Pourtant en matière de titre épique commence doucement à l'acoustique et qui fini 11 minutes plus tard dans un déluge électrique de grattes, de cymbales et de basse en surchauffe, ce titre de l'unique album du groupe a tout pour rivaliser avec les chefs d'œuvres précités.

Pourtant le Zeppelin américain avait tout pour rivaliser avec son grand frère briton. Une voix "a la Plant" en plus étendue encore, une paire de gratteux qui, selon l'expression consacrée, étaient loin d'être manchots, balançant riffs et soli tout aussi zeppelinien sans le coté démonstratif et une rythmique moins pachydermique et éminemment plus groovy que nos anglais plombés. Tous les titres, en effet, marqués au sceau du blues, possèdent un groove propre qui vous fait taper du pied en rythme des la première minute.

Pourquoi donc Granicus est-il tombé dans les oubliettes du rock pour devenir l'un des secrets les mieux gardé du genre, que d'éclairés amateurs se refilent à voix basse. Sans doute parce que trop occupé à tourner depuis 1970 aux 4 coins des USA, à roder son répertoire l'agrémentant de nombreuses reprises de vieux blues étirées, trop occupé donc, l'album ne vit le jour qu'en 1973, soit l'année du 5eme album du Zep, qui avait eu largement le temps de moissonner toutes les oreilles possibles, ne laissant, après son passage, qu'un champ de miettes ruinées pour les autres. La légende veut qu'un second album ait été grave dans la foulée mais ne sortit jamais...si vous arrivez à le trouver un jour...vous savez ou me trouver...
1212 commentaires|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2011
album super de bout en bout.Le titre "prayer" est fantastique.Pas tres loin de led zep.
Un groupe qui m'etait inconnu mais il vaut le
detour
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles