undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

En octobre 1997, Martha Argerich réenregistre l'un des Concertos les plus emblématiques de son répertoire : le 3ème de Prokofiev, dont la captation de 1967 avec Claudio Abbado trône toujous au sommet de la discographie (avec le Concerto de Ravel qui lui était alors accouplé). Une seconde version plus mature, au son plus dense et aussi plus subtil, avec toujours cette vélocité, mais aussi ce volcanisme et cette félinité si caractéristiques. Comme pour les Concertos de Chopin qu'elle enregistrera l'année suivante, l'argentine est soutenue ici avec complicité par un excellent orchestre de Montréal et un très attentif Charles Dutoit (lequel fut, rappelons-le, le second mari d'une Argerich trentenaire).
Deux semaines plus tôt était enregistré le 3ème concerto de Bartok, avec son dénuement pianistique anti-virtuose, poussant Argerich à livrer une prestation encore plus hors norme qu'à l'accoutumée, détachée des intentions placées dans l'oeuvre par la plupart des pianistes, et réussissant à dompter son éclatante virtuosité naturelle par un exceptionnel contrôle du son. Dutoit y livre un accompagnement soigné, même s'il n'est pas certain qu'il accompagne vraiment Argerich dans sa bulle bartokienne. Capté en même temps que ce Bartok, le 1er Concerto de Prokofiev offre à ce disque une bien belle et fougueuse entrée en matière.
Au total un album remarquable, un de plus pour la lionne du clavier, dont la discographie est parsemée de références.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bien que Martha Argerich soit sans doute la pianiste la plus adulée au monde, dire quelque chose d'un de ses disques, c'est devoir répondre à des questions simples : est-ce que c'est aussi bien qu'on pouvait l'espérer, et qu'est-ce que cela apporte étant donné que les trois oeuvres ici enregistrées l'ont déjà été, et fort bien, par des gens dont le talent n'est pas mince.

Un intérêt de ce disque est de permettre d'entendre comment Argerich aborde le 1er concerto de Prokofiev, qu'elle n'avait jamais gravé et qui semble fait pour elle. On peut dire qu'elle est ici digne de sa réputation, et que les mouvements 1 et 3 font des étincelles. Deux remarques, tout de même : le mouvement central est rendu par elle, avec un début très retenu, de manière très langoureuse, très Rachmaninov, et Prokofiev, on le sait, détestait la musique de Rachmaninov : même si c'est une conception qui est très bien défendue, on peut donc la discuter. Sviatoslav Richter et Karel Ancerl, dans leur disque SupraphonTchaikovski - Prokofiev - Bach : Concertos pour piano n° 1, se laissent beaucoup moins aller, et leur approche toute en vivacité, candide dans le mouvement médian, est beaucoup plus proche de l'esprit de l'oeuvre et du style de Prokofiev, le pianiste (pour l'entendre:Prokofiev Joue Prokofiev). Puisqu'on parle des chefs, Dutoit est élégant, et réussit pas mal de choses, mais le côté implacable de l'enchaînement des trois mouvements n'est tout de même pas rendu avec la même évidence qu'avec Ancerl, qui règle une mécanique de précision de la première à la dernière note.

Parmi les versions récentes de ce premier Concerto, citons celle de Lise de la SalleShostakovich, Liszt, Prokofiev - Piano Concertos No.1, qui lui donne avec beaucoup d'art un parfum ravélien, et Prokofiev aimait Ravel.

Le 3e concerto de Bartok est difficile à réussir. Argerich y est plus variée qu'Ashkenazy (avec Solti)Coffret 2 CD Classique : Bartok - Concertos pour piano et pour violon, sa sonorité est bien plus intéressante que celle d'Hélène Grimaud (avec Boulez)Bartok : les Concertos pour pianos. Mais l'oeuvre est jouée par Argerich comme un concerto post-romantique, ce qu'elle n'est pas, concerto dans lequel le soliste devrait s'imposer. Si on écoute la merveilleuse Edith Farnadi avec Hermann ScherchenLiszt, Bartok, Rachmaninov, Geza Anda avec FricsayBartok : les Concertos pour piano n° 1, 2 et 3, et récemment Jean-Efflam Bavouzet avec Gianandrea NosedaBartok : Les Concertos pour piano, inattendu, chacun, à sa façon, rend mieux la simplicité de ton, le charme d'Europe centrale et la saveur propre à cette oeuvre énigmatique et lumineuse.

Pour le troisième concerto de Prokofiev, Argerich a déjà montré avec Abbado qu'elle en est une interprète de premier planProkofiev : Concerto pour piano n° 3 - Ravel : Concerto en sol. Ceci dit, on ne peut pas oublier par exemple le météore William Kapell, qui l'a gravé avec Dorati en 1949 et dont il subsiste également un concert avec Stokowski de la même année Kapell Plays Brahms concerto 1 & Prokofiev concerto 3(Music and Arts). Dans le présent enregistrement, la pianiste argentine se montre vraiment très impressionnante, et des trois concertos, c'est aussi celui où la réalisation orchestrale est la meilleure. Aussi, c'est là que l'affiche tient le mieux, et le plus constamment, ses promesses.

En résumé : pour le Troisième concerto, oui bien sûr, et pour les deux autres oeuvres, ne pas oublier que le monde est vaste, riche de sa diversité, et que les repères les plus évidents sont ailleurs.
22 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2015
J'apprécie tout particulièrement l'éclectisme des oeuvres rassemblées qui donnent une très belle image de ce que Martha Argerich a fait dans son répertoire pianistique.
La prise de son est différente d'une oeuvre à l'autre mais reste, compte tenu de son age très agréable à écouter. A comparer avec son interprétation avec Claudio Abbado pour apprécier la richesse des différences entre ces deux version du 3ème concerto de Prokofiev.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2011
Interprétations exceptionnelles des 3° de Bartok et de Prokofiev ! Grâce à la technique fulgurante d'Argerich et aux
sonorités somptueuses du symphonique de Montréal (meilleur orchestre français ?)inutile de chercher mieux ailleurs !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2013
Le contenu du CD est superbe Argerich....Dutoit.... ! C'est une version qui restera dans l'énorme discographie.
J'ai néanmoins une critique qui est rédhibitoire pour les 2 CD que j'ai commandé et qui dysfonctionnaient :en effet
ils accrochaient dès la plage 1 à la 46ème seconde. Rien de visible sur ou sous le CD, pas de chocs ou de rayures...Donc méfiance sur la série vendue sur le site.
Je présume ne pas être seul dans ce cas et que le site saura remédier à ce problème.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)