undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:12,56 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 mai 2008
Comme tous les amoureux de Dylan et du disque le savent, live at the Royal Albert Hall a été enregistré, non à Londres, mais à Manchester.

Si la première partie acoustique est de toute beauté, la seconde présente un the Band tel un cheval lancé dans un far west en feu pour accompagner les textes hallucinants de beauté/vérité de Dylan. Il en ressort de cette association une violence absolue. A chaque vers le groupe semble jouer sa vie. Un an auparavant the Hawks et Dylan semblait encore un peu maladroit ensemble (cf. Live at Newport), en 1966, l'association est inouïe. Robbie du Band répond aux cris de rage de Dylan par des larsens. Les talons des boots anglaises battent les planches de la scène avec colère et provocation dans une couleur d'un rouge à rendre "Sympathy For The Devil" en comptine pour enfant.

Les images du concert sont toutes aussi précieuses. Le film de 2007 "I'm Not There" présente des réinterprétations de ce fameux soir, mais surtout le pirate "Eat the document" reproduit un montage de Bob Dylan himself sur la base des images de D.A. Pennebaker (le réalisateur de "Don't Look Back"). La version de "Like A Rolling Stone" restaurée figure en version complète dans les bonus du documentaire de Scorcese "No Direction Home".

Une partie de la légende se situe dans un fameux échange avant que Dylan & the Band débute une version déchirante de Like A Rolling Stone :
Un spectateur : "Judas!". Clameur du public.
Dylan marque un silence : "I Don't Believe You!". Un autre silence : "You're a liar!".
Tout est dit. Non, car "I Don't Believe You" est une chanson de Dylan sur un amour désabusé. Dylan est en monologue constant. Il se fout d'un public conservateur choqué. Le dialogue n'existe pas, le train peut continuer à toute allure à brûler la chandelle de l'existence, non par un bout, mais par le centre.
11 commentaire|16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juillet 2015
incontournable pour tout dylanophile, à écouter en boucle pour se replonger dans ces années où la musique des jeunes et devenue la musique du futur en attendant le no future
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles