Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Somptueuses interprétations bartokiennes par Dorati à Detroit, 17 mars 2010
Par 
Mélomaniac (France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bartok : Le Mandarin Merveilleux ; Musique pour cordes, percussion et célesta (CD)
La pochette de couverture (portrait de Lu Chian-Kuei) illustre la première pièce du programme : le "Mandarin Merveilleux". Cette pantomime dansée se situe dans un bouge où trois bandits contraignent une fille au racolage. Impécunieux, les deux premiers clients sont éconduits. Survient alors un dignitaire chinois, d'abord impassible aux charmes de la prostituée, puis qui l'assaille à mesure que s'empresse le désir. Les malfrats tentent de l'assassiner en vain, jusqu'à ce que le mandarin expire enfin après l'assouvissement de l'étreinte.
Avec un argument chorégraphique aussi sulfureux, et une musique oppressante, libidineuse : la première représentation (27 novembre 1926 à Cologne) scandalisa et l'oeuvre fut aussitôt retirée de l'affiche, avant de connaître un succès posthume sur les scènes internationales.

Après Janos Ferencsik, Antal Dorati fut le second à graver le ballet intégral (juillet 1964 pour Mercury) : lecture tranchante et abrupte jusqu'au schématisme, parfois abstraite.
Le présent remake à Detroit profite ici d'une opulente captation par les micros de Colin Moorfoot. Sans escamoter la sauvagerie du tableau introductif (hypnotique évocation de l'univers urbain) ou du barbare fugato scandé par tambours et contrebasses, la transparente écriture bartokienne se revêt ici de la somptueuse parure de l'orchestre américain, en donnant corps à l'aride expressionnisme de ces pages au vitriol.

Semblable confort audiophile pour la "Musique pour cordes, percussion et célesta" : approche dense, touffue mais néanmoins clairement exposée. Même si l'on peut regretter que la baguette du maestro hongrois ne suscite pas toute la tension de l'Andante tranquillo, et enveloppe l'Allegro dans des joutes antiphoniques qui manquent un peu de hargne.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit