Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La lionne et l'aristocrate, 20 février 2011
Par 
Savinien (Liège, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Sonate pour violoncelle, Polonaise avec violoncelle op. 3 - Schumann : Adagio et Allegro op. 70 (CD)
Chopin a peu écrit en dehors du répertoire pour piano seul; on ne lui connait que cinq pièces de musique de chambre, toutes avec piano. Outre quelques Variations avec flûte et un Trio avec violon et violoncelle, trois pièces se consacrent au violoncelle : un Grand Duo concertant (sur des thèmes de Robert le Diable de Meyerbeer), une Introduction et Polonaise, et enfin une Sonate.

Si le violoncelle a gagné ses lettres de noblesse sous le génie de Beethoven, il est devenu ensuite un instrument majeur de la mouvance romantique. Chopin compose sa sonate pour piano et violoncelle en sol mineur op.65 à l'âge de 35 ans, alors qu'il est devenu le maître total du clavier; ce sera finalement sa dernière oeuvre publiée, en 1847. On retrouve toute sa science symbiotique du piano dans le riche accompagnement de cette sonate, mais le traitement du violoncelle ne démérite pas par rapport au clavier : c'est avec une maîtrise totale des sonorités de l'instrument que le compositeur polonais nous livre des thèmes lyriques, riches et inspirés, réalisant au final une oeuvre devenue un sommet du répertoire.
La polonaise avec violoncelle en ut majeur op.3 fut la première écrite par Chopin, à l'âge de 19 ans (il y ajoutera une Introduction l'année suivante); il dédiera ensuite le genre au piano seul, pour le porter au degré de perfection qui passera à la postérité. Si le compositeur lui-même considérait cette pièce comme mineure, elle n'en fait pas moins montre d'inspiration et, déjà, d'une remarquable science de l'instrument.

Cet enregistrement de mars 1980 réunit deux musiciens d'exception : Martha Argerich et Mstislav Rostropovich. La lionne argentine s'allie avec l'archet aristocratique russe dans une complicité et une complétude parfaite. Une interprétation vivante et spontanée, pleine de caractère et de brio, tour à tour lyrique et exubérante, avec un équilibre absolument parfait entre les instruments.

En complément, l'Adagio et Allegro en la bémol majeur op.70 de Schumann (qui existe aussi en version pour cor et piano), dans une interprétation tout aussi intense.
Et s'il est vrai que le disque est assez court (à peine 46 minutes), il constitue bien entendu une référence évidente...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 deux grands géants, 7 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chopin : Sonate pour violoncelle, Polonaise avec violoncelle op. 3 - Schumann : Adagio et Allegro op. 70 (CD)
Quelle pianiste c'est une oeuvre particulièrement difficile pour le piano que la sonate pour violoncelle et piano de Chopin surtout le premier mouvement que chopin lui-même enlevait.Martha Argerich dit préférer jouer ses 2 concertos plutôt que ce mouvement
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit