Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Retraité de la Police, 22 juillet 2011
Par 
philb - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
Chanteur et bassiste du groupe Police (phénomène reggae-punk de la fin des seventies), Sting décide de poursuivre l'aventure en solo. Deux ans après le dernier tube de Police, la ballade "Every breath you take", voici l'ange blond de retour avec "The dream of the blue turtles", publié en 1985... Un album qui constitue la suite logique de l'aventure Police, si l'on en juge les expériences des derniers disques du trio. Ici, Sting va encore plus loin, en assumant des influences musicales qui dépassent le cadre de la pop music. Pourtant, le titre d'ouverture, "If you love somebody, set them free", premier single extrait, est un morceau offensif qui laisse présager un retour au rock. Le second titre, "Love is the seventh wave", reggae tubesque dans la lignée de Police, nous emmène en terrain connu. Mais dès la troisième plage, Sting tente une incursion réussie vers la musique classique avec "Russians", superbe texte évoquant la guerre froide, porté par une mélodie éblouissante, d'après un thème de Prokofiev. Parmi les meilleures chansons du disque, "Moon over Bourbon street" lorgne vers le jazz, et "We work the black seam" (l'un des sommets de la carrière de Sting), utilise une rythmique africaine, ce qui donne à l'album une variété intéressante. Les textes, engagés, préfigurent l'orientation que prendra le personnage dans les années qui vont suivre, en combattant les injustices comme son collègue Bono (de manière un peu trop voyante et insistante). Avec "The dream of the blue turtles", Sting nous propose un disque qui conjugue ambition et simplicité, dosage idéal qu'il aura du mal à reproduire par la suite, avec l'ennuyeux "Nothing like the sun" (1987) et l'austère "The soul cages" (1991). L'ex-leader de Police s'égarera ensuite dans une variété insipide et consensuelle, avant de se lancer dans des disques difficiles et pas toujours passionants, où il tentera de marier chanson et musique classique. Ce premier album solo constitue à coup sûr la meilleure carte de visite de Sting, artiste incontournable des années 80.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le début de la fin ?, 31 août 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
Cause et conséquences : la carrière subséquente d'un artiste peut-elle (et doit-elle...) influencer la perception qu'on a de ses oeuvres antérieures ? Parlons de Sting, chanteur condamné au ridicule à cause de sa prétention et de son sérieux régulièrement embarrassant. A sa sortie, je me souviens avoir beaucoup aimé ce "Dream of the Blue Turtles", malgré son titre lourdingue, et en dépit des photos ridicules sur la pochette de l'ex-"policeman", encore auréolé du triomphe artistique de "Synchronicity". J'avais vu dans l'orientation mi-jazzy, mi-classique / baroque de l'album une poursuite de la veine expérimentale des dernières années de Police : or, je la perçois plus aujourd'hui comme un premier pas vers l'éternelle recherche par Sting d'un statut de musicien "sérieux", mais aussi comme l'acceptation que, une fois largués ses deux acolytes, "être punks, c'était juste pour faire semblant" ! Et ces envolées moyenâgeuses qui m'avaient intriguées, je les trouve désormais péniblement studieuses, comme un boulet aux pieds de chansons pop qui ont encore, néanmoins, un peu de la grâce légère de Police... Et quand le groupe, exagérément virtuose, qui accompagne Sting, se perd dans des digressions jazz très chics, j'attends que la voix éraillée, encore touchante, du chanteur me ramène pour un temps aux délices de "Reggatta de Blanc". Alors, oui, "The Dream of the Blue Turtles" est bien un album de transition, déjà imparfait, parfois enchanteur, parfois pesant, entre la discographie quasi impeccable d'un grand groupe populaire, et la "carrière" à la dérive d'un artiste pompeux et à bout de souffle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Premier album solo !!, 29 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
Ainsi commence, en 1985 la carrière solo du chanteur du groupe Police récemment séparé. Dès les premières notes, on comprend que Sting veut se détacher du style qui a fait la gloire du groupe et s’affirmer en tant qu’artiste solo. Il obtient un succès immédiat avec le hit « Russians » minimaliste dans sa conception, mais avec lequel il s’offre une tribune politique en pleine guerre froide. Cet album renferme une diversité étonnante tant au niveau instrumental (apport de nombreux instruments tels la clarinette, le saxo) que musical. En effet, les titres se veulent tour à tour entraînants (« If you love… »), à tendance reggae (« Love is the seventh wave »), pop ( « Children’s crusade » et le superbe « Fortress around your heart » que n’aurait pas renié Phil Collins), engagés (« Russians », « We work the black seam » au refrain imparable). Mais la vraie évolution est la tendance jazz et rythmn’blues (« Moon over Boubon street », « Shadows in the rain » et l’instrumental « Dream of the blue turtles ») qui deviendra une orientation majeure de la carrière de Sting. Cet album est donc un album varié mais homogène, malgré quelques lourdeurs (« Consider me gone » notamment). Une très bonne entrée en matière…
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Scoop: Sting solo, c'est meilleur que Police...., 27 janvier 2005
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
....Et pourtant, je considere Police comme le plus grand groupe rock de tout les temps. Mais Sting, des son premier album, va plus loin, beaucoup plus loin. Plus loin que le rock, plus loin que la pop, plus loin que la chanson, et surtout, bien avant qu'il n'ecrive ses meilleurs disques, Sting largue Mick Jagger, Robert Plant, Brian Ferry, Phil Collins et toutes les autres stars de groupe rock qui on essaye de faire quelque chose en solo. A l'exception peut-etre de Peter Gabriel, il prouve qu'il est bien superieur a tous ceux-la. Et de loin.
En clair, ca donne quoi: If you love... est un rythm'n'blues au groove effroyable. Love is the Seventh wave est un hymne reggae-pop ultra-efficace. Tout a ete dit sur Russians. Shadows in the Rain de Police est repris de main de maitre en jazz-rock splendide. l'instrumental Blue Turtles est un jazz Be-bop fort plaisant, et Fortress Around your Heart un hymne pop a l'attrait universel. Le meilleur reste Moon Over Bourbon Street, inspire par Ann Rice et son vampire Louis (pas Lestat, l'autre), une ballade jazz poignante et ambigue, melancolique et grandiose.
Bien sur, reste les defauts d'un nouveau depart: trois lourdeurs tres anglaises dont on aurait pu se passer. Mais au final, on pouvait sentir des 1985 que Sting solo, c'etait la plus grande nouvelle de l'histoire de la pop depuis que John avait rencontre Paul...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Que fait la police ?, 7 novembre 2009
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
Voilà un album que j'avais acheté à l'époque en vinyl. Bcp écouté et donc très usé.IL n'a pas pris une ride et Sting n'a pas fait mieux depuis. Très bon groupe avec les jazzmen de Miles Davis à son retour sur la scène jazz. DEs musiciens jeunes et plein de jus. Un régal. Les compo tiennent la route et ont bien vieilli aussi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Haut les mains ., 22 avril 2008
Par 
Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
Allez savoir pourquoi ! la musique de Sting m'a toujours d'avantage touchée que celle de "The Police" . Allez comprendre aussi ! comment , alors que jusque là le Jazz m'insupportait , Sting soit parvenu à briser à ce point toutes mes certitudes quand à mes préférences musicales . Et c'est bien là tout le talent et toute la réussite de se premier album : Faire tomber les barrières , dépasser les frontières et mélanger les genres , comme le faisait déjà Police dans ce mix diabolique réunissant rythmiques Reggae Punk/Rock . Sauf que pour se nouveau départ , Sting à choisi de mettre à profit son amour de la musique Jazz en la combinant une fois encore à la primalité du Rock . Le pari n'était pas forcement gagné d'avance mais à l'écoute de se premier album il faut se rendre à l'évidence , ce type est un génial "touche à tout" , et ce , malgré l'aspect ultra technique et même parfois un peu pompeux de ses fines lames du Jazz . La démonstration technique ne servant que rarement et efficassement l'univers propre au Rock ( enfin je croyais ... ) , Sting ne semble même pas s'être posée la question . Sans doute parce le Jazz lui donne la possibilité d'aller là ou il veut , avec comme seul mot d'ordre : "qui m'aiment me suivent" . 16/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Culte !!!!!!, 7 avril 2006
Par 
V. Bruno "shakti78" (maurepas) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
"Dream of the blue turtles" est à mon avis le meilleur album de de Sting avec "Nothing like the sun", .
Il contient une reprise de Police ("Shadows in the rain", qui se trouvait sur "ZENYATTA MONDATTA" de 80), et 9 titres inédits. Dont un court instrumental, la chanson-titre, très calypso. Autre titre calypso, "Love is the seventh wave", superbe. 4 tubes : "Russians", inspiré par Prokofiev ; "If you love somebody set them free", sorte de réponse à "Every breathe you take" de Police ("SYNCHRONICITY", 83) ; "We work the black seam", trè engagée contre la pollution ; et la splendeur (ma chanson préférée de Sting) "Fortress around your heart", qui clôt l'album.
43 minutes de pop rock très réussie, assez proche de Police par moments (rien que la reprise de "shadows in the rain"), mais quand même annonciateur du restant de la disco solo de Sting.
CULTE et merveilleusement pop. je vous le dit : le meilleur de Sting.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bourgeons de jazz sur une tige rock, 22 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
C'est à un rêve auquel nous sommes conviés à travers 9 chansons plus un instrumental. Y cohabite un versant jazz et un versant pop-rock, familier aux admirateurs de Police, illustré par le magnifique «Fortress around your heart». Sting a invité des instrumentistes de talent sur le disque, comme le saxophoniste Branford Marsalis. Tout est en place : instrumentation riche (Le son suranné du DX7 fera parfois regretter un vrai piano, surtout sur «Children's crusade»), de belles paroles engagées (sur l'écologie, le nucléaire, l'enfance, etc.) et des solos de sax et de piano bien sentis. Il est plaisant d'écouter plusieurs fois ce disque, on y découvre régulièrement des choses nouvelles. La puissante vindicte anti-militariste « Russians» et son tic-tac ne vous sortirons plus de la tête. «We work the black seam» est pareillement lancinant à souhait. «Consider me gone» est le morceau le plus faible. «Love is the seventh wave» est sans prétention non plus, mais fleure bon le sel marin. Au total, un premier album réussi, sans être parfait.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 excellent album, 26 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
je ne regrette pas cet achat très bon album de musique dans la lignée de son auteur je le recommande à tous
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit