undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes cliquez_ici Cloud Drive Photos nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles4
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1982 : Lou Reed ne boit plus, ne se drogue plus, a épousé Silvia Morales et resigné avec RCA, après quelques années d'expérimentations européennes chez Arista. Le disque qui en résulte, The Blue Mask, est aussi recentré que son auteur. Lou Reed a engagé l'ancen guitariste de Richard Hell and the Voidoids, Robert Quine (décédé en 2004). Sa guitare, celle de Reed, une basse, une batterie et la voix de Lou sont tout ce qu'on entend sur ce disque épuré, d'un classicisme absolu trônant au-dessus du temps : on serait bien en peine de lui assigner une date en l'entendant. La netteté du son des guitares et de la batterie ne sont ni des années 70 ni des années 80. L'écriture des chansons montre Lou Reed à son meilleur et Robert Quine suffirait presque à lui seul à faire de The Blue Mask un des meilleurs disques solo de Lou Reed sur le plan musical. Seule ombre au tableau, mais elle est minime, la pochette, la première d'une longue série d'horreurs commises par Silvia, qui recycle celle de Transformer, sorti dix ans plus tôt, à la manière d'un vulgaire bootleg, nous inflige un lettrage hideux, bien de son époque, lui, et fait voisiner un bleu et un magenta qui jurent au plus haut point. Pour le contenu, un des chefs-d'oeuvre de Lou Reed et un des meilleurs disques rock des années 1980.
11 commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 21 février 2011
Faisant suite à deux albums plus expérimentaux (surtout éthyliques !), dont un dernier catastrophique (GROWING UP IN PUBLIC), le Lou noir retourne chez RCA, resserre les boulons et reprend la route du rock qui est le sien. Parallèlement, il a retrouvé l'amour (Sylvia Morales, responsable du recyclage de la pochette de TRANSFORMER pour celui-ci) et la quiétude devenue sienne va nous rendre la nôtre face à sa discographie !
Suites d'accords simples, instrumentation à l'os, textes énervés mais sensibles… C'est sûr, nous retrouvons l'ex-leader du Velvet Underground dans les oripeaux qui ont fait sa gloire. Mais outre l'habillage, c'est la qualité retrouvée des morceaux qui ont popularisé cet album en 1982 : violence latente et contenue (mais oppressante) à la Velvet (THE GUN), descriptions inouïes (les crises d'angoisse de WAVES OF FEAR, chef-d'oeuvre du disque), métal jouissif en fusion (THE BLUE MASK, sur lequel Lou Reed retrouve un plaisir de jouer que l'on n’avait plus entendu depuis des lustres), et folk urbain avec le touchant THE HEROINE où, accompagné de sa seule guitare électrique, il retrouve toute sa veine (oups !) narrative. En bref, un vrai bon album du prince noir de New York, qui va ainsi doucement entamer la période du succès qui sera le sien durant toutes les années 80.
Tops : WAVES OF FEAR, THE GUN, THE BLUE MASK, MY HOUSE, THE HEROINE, AVERAGE GUY
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mars 2006
Après avoir longtemps souffert de l'héroïne, Lou Reed est de retour avec un album destructeur, dont la pochette elle-même indique qu'il rompt avec le passé. La chanson titre, sorte de bouillonante tornade masoschiste est sans doute la chanson la plus perverse et douloureuse que j'aie entendue: Reed décrit un homme se faisant torturer avec humour noir et cynisme cruel. Mais cet homme, c'est sûrement lui. A cette chanson impressionante viennent s'ajouter des petites perles aux paroles poétiques et grinçantes: "Women", "The Gun", "The Heroine", etc. Un bel album, peut-être le dernier chef d'oeuvre du Lou.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2014
lou a beau avoir laissé avec les seventies une partie importante de son aura, il a encore parfois de forts beaux restes...et il démontre ici qu'il a encore pas mal de choses à dire.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)