Commentaires en ligne


6 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une rythmique de rêve
Le sous-estimé Hank Mobley signe avec "Soul Station" un magnifique album. Le fait qu'il ne soit pas un grand innovateur, à une époque où émerge John Coltrane et Ornette Coleman, est probablement une raison de ce manque de reconnaissance.

La section rythmique qui accompagne Mobley a de quoi ranimer un mort... Wynton Kelly, Paul...
Publié le 27 avril 2011 par Thierry

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 meublé à la gare...
Dans quelques gares, il y a comme ça des rendez-vous manqués. Un constat simple et implacable: l'on a raté le train et l'on est resté sur le quai. L'on nourrit alors l'espoir d'attraper le prochain. Malheureusement, il ne prendra pas la même direction... Bon, désolé, les amateurs, si vous passez par là, ne prenez surtout pas mon...
Publié le 8 février 2011 par oiseau de nuit


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une rythmique de rêve, 27 avril 2011
Par 
Thierry (Suisse) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Station (RVG Edition) (CD)
Le sous-estimé Hank Mobley signe avec "Soul Station" un magnifique album. Le fait qu'il ne soit pas un grand innovateur, à une époque où émerge John Coltrane et Ornette Coleman, est probablement une raison de ce manque de reconnaissance.

La section rythmique qui accompagne Mobley a de quoi ranimer un mort... Wynton Kelly, Paul Chambers et Art Blakey (en forme olympique), impossible de faire mieux à cette époque ! Elle soutient, accompagne, souligne, ponctue, prolonge les solos du sax ténor, solos qui sont de très grande tenue et toujours justes.
Wynton Kelly est très en verve dans ses solos également, c'est un des disque où il excelle le plus de mon point de vue.

On pourrait se dire qu'il s'agit d'un disque de Hard Bop de plus de cette époque qui en compte tant, mais ce serait une erreur de faire l'impasse sur une telle réussite.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un régal Soul -Jazz !, 27 décembre 2004
Par 
frenchjazzfan (Lyon, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Station (RVG Edition) (CD)
Le chef d'oeuvre du Soul-Jazz en quartet.
En effet, parmi les grands albums du label "Blue Note", le quartet est rarement mis en valeur.
"Moanin'" présente le quintet des Jazz Messengers, "Blue Train" est l'oeuvre d'un sextet etc...
C'est ainsi le premier album de Hank Mobley où il n'est épaulé par aucun autre instrument à vent.
Les arrangements gagnent en simplicité pour laisser toute la place aux solistes.
Cette formation réduite permet de mettre en valeur le talent de Hank mais aussi la fabuleuse section rythmique emmené par un grand Art Blakey.
Vivement recommandé à tous les amoureux du Jazz 50's !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Soulfull Mr Mobley !!, 14 décembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Station (RVG Edition) (CD)
Hank Mobley,un des ténors sous estimés de l'histoire du jazz ici en trés grande forme,inspiré,swingant et mélodieux,accompagné par une section rythmique de rêve (Winton Kelly, Paul Chambers et Art Blakey)dans un répertoire d'originaux du leader et de deux standarts ...un hard bop fortement teinté d'accents bluesy !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 meublé à la gare..., 8 février 2011
Par 
oiseau de nuit "oiseau de nuit" (Quelque part dans le Sud Ouest...) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Station (RVG Edition) (CD)
Dans quelques gares, il y a comme ça des rendez-vous manqués. Un constat simple et implacable: l'on a raté le train et l'on est resté sur le quai. L'on nourrit alors l'espoir d'attraper le prochain. Malheureusement, il ne prendra pas la même direction... Bon, désolé, les amateurs, si vous passez par là, ne prenez surtout pas mon texte au sérieux. Parce qu'en terme de jazz, rien n'est sérieux. Rappelons-le, cette musique est l'une des plus belles farces jamais inventées au XXème siècle. Mais quelle p... de farce! C'est l'un des plus formidables pieds de nez au conformisme, aux règles et au qu'en dira-t-on. Seulement voilà, dans le genre conformisme, le label Blue Note ne s'est pas gêné lui non plus. Il suffisait de repérer Art Blakey et Paul Chambers, traînant dans un coin de studio, pour enchaîner une session sur l'autre. Pour une année (cette session date de février 1960), on ne compte pas moins de cent galettes, dont beaucoup ont été enregistrées le même jour ou le lendemain. Pour en avoir le coeur net, je me suis donc repassé ce disque de Hank Mobley qui fait figure d'objet intouchable dans le milieu jazzistique. Et pour cause, l'on tient là l'une des pierres de touche du hard-bop. L'une de ses bornes, si vous préférez...

Dans ce quartette efficace, rien n'est laissé au hasard. Techniquement, c'est parfait. Sur le plan rythmique et harmonique, rien à dire, c'est de l'or en barre. Sauf que là, les musiciens ne prennent pas le temps de "souffler un peu" (l'on tient ici une sorte de "blowing session"). Blue Note était une grosse machine qui enregistrait à tour de bras. Bref, ici, j'y ressens plus la performance au bout des doigts que la sincérité et l'histoire d'un vécu... Dommage... Bob Blumenthal, qui signe les notes de pochette pour la présente réédition, a beau rappeler que c'est la session la plus réussie du saxophoniste, rien n'y fait, je dois faire partie de ces blasés du jazz... Faut dire que cet album n'a pas radicalement changé la donne sur un plan strictement musical. Bref, entendez par là qu'il n'a rien de révolutionnaire. Dans le hard-bop pur et dur, l'on trouvera des sessions bien plus enthousiasmantes (Moanin' d'Art Blakey ou encore Somethin' Else de Cannonball Adderley). Disons seulement que Soul Station est une galette sympa que l'on fera découvrir aux néophytes désireux d'en découdre un peu avec le jazz... L'enregistrement ne dure que quarante minutes (minutage idéal). Six thèmes (entre cinq et neuf minutes chacun) et le tour est joué. Deux standards (le magnifique "If I should Lose You" de L. Robin et "Remember" d'Irving Berlin). Pour le reste, on parlera de compositions personnelles, toutes signées du saxophoniste.

Avec "Remember", le ton est donné. Tout est millimétré. D'ailleurs, le côté imprévisible est assez limité. Avec "This I Dig For You", propulsé par un pianiste jamais pris en défaut (Wynton Kelly en personne), le saxophoniste propose des notes chaudes, bien senties. Le son du ténor, s'il est loin d'être original (pour l'originalité, que l'on songe plutôt à Lester Young, Sonny Rollins ou encore John Coltrane...), n'en demeure pas moins chaleureux. Cette session qui ne se veut en aucun cas prétentieuse est, on l'aura compris, loin d'être mauvaise. C'est même très bon. Les amateurs de jazz purs et durs adoreront. Y a du swing et puis du blues, "les principaux ingrédients", pour reprendre une expression de Shirley Horn. Tenez, prenez par exemple, cette super compo, "Dig Dis", même si c'est très cool, y a une nonchalance propre au sax de Mobley (je dois dire qu'avec ce morceau, j'étais prêt à remonter la note à quatre petites étoiles), Art Blakey digresse, propose un solo assez surprenant. "Split Feelin'" est une chouette compo de Mobley. Le thème démarre sur les ostinatos de Kelly, ostinatos qui reviendront tout au long du thème, pour mieux chauffer le sax de Mobley. La rythmique assure à max. Que je te donne la fessée, bébé! Oh la-la, ces claquement d'Art Blakey, ils ont quelque chose de foncièrement érotique... Bref, on tient là un thème archi-sensuel. "Soul Station", le thème éponyme, sert admirablement ce qu'on appelle le blues et le groove. La nonchalance est là encore de mise. Le problème, du moins pour moi, c'est que le thème s'étire à n'en plus finir. Peu de surprises, finalement. Enfin, quand l'album se termine avec "If I Should Lose You", malgré l'intérêt du morceau, l'on ressent trop le disque de commande, et pas vraiment du plaisir... Au final, peu d'émotions. Le train de Mobley m'aurait-il laissé sur le quai?

_________________________________________________________________________
PS. Aussi, avec ces RVG series, le son est comme étouffé... C'est peut-être pour cette raison, aussi, que je n'ai pas pleinement apprécié ce disque qui reste malgré tout un très bon moment de jazz...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 En voiture !, 7 septembre 2012
Par 
Darko "From Hell !" (Bretagne - France depuis 1492) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Station (RVG Edition) (CD)
Il s'agit là encore d'une production Rudy Van Gelder pour le label Blue Note. Issu d'une session en quartet du 7 février 1960, l'album propose 6 titres, dont 4 compositions de Hank Mobley, sur lesquels on reconnait bien le jeu sautillant de Chambers à la basse et celui versatile d'Art Blakey à la batterie, mettant en valeur le chant feutré, tout en nuances, de leur leader au sax ténor . Mention spéciale pour le pianiste, Wynton, Kelly dont les interventions illuminent littéralement plusieurs titres du disque ("remember", "dig dis", "split feeling's", "soul station" )

Rétrospectivement, Il faut bien reconnaitre, qu'au regard de sa production (au moins une dizaine d'albums de haute tenue entre 1957 et 1967), Hank Mobley souffre d'un déficit de reconnaissance plutôt injuste, victime d'un jeu peut-être trop subtil à l'heure du Hard Bop triomphant....Et même s'il n'atteint pas les sommets de plusieurs de ses contemporains, Hank Mobley mérite qu'on le sorte d'une pénombre dans laquelle il reste cantonné depuis trop longtemps...

En définitive, du Hard Bop plutôt soft pour un album vraiment attachant !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Grande époque, 12 décembre 2011
Par 
loboblanco (Bordeaux) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Station (RVG Edition) (CD)
Grande époque d'un sax ténor un peu oublié et pourtant très actif dans le sillage des Messengers d'Horace Silver. Remastering superbe des enregistrements "Van Gelder".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Soul Station (RVG Edition)
Soul Station (RVG Edition) de Hank Mobley (CD - 1999)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit