undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Page One
Format: CDModifier
Prix:8,09 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

19 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 décembre 2005
Quand Blue Note aimait encore le jazz...
Cela commence avec une version carrée de Blue Bossa, thème hyper rabachée mais joué ici par des maîtres... Une leçon de jazz. Ensuite, la perle du dique, un thème de K Dorham: La Mesha (une ballade magnifique). Là, vraiment, Joe Henderson à son sommet, Mc Coy Tynner pal mal non plus. Ce morceau à lui seul justifie l'achat du disque ! Mais la suite n'est pas mal non plus et en particulier Recordame, un thème de Henderson qui fait partie maintenant des "standards".
Un très beau disque avec le son Blue Note des années 60. Un Jazz qui paraît facile (mais qui ne l'est en fait pas) car une telle mise en place et une telle perfection ne peut être atteinte que par des maîtres... Un disque accessible, même pour des non initiés
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Joe Henderson, pas assez estimé, notamment durant la première partie de sa carrière, est pourtant l'un des plus grand Sax Ténor de tous les temps...

Il est en effet doté d'une réelle identité artistique, avec un son d'une texture ample, longue et étale, aisément reconnaissable et parsemé, de ci de là, de magnifiques growls un peu rauques, et savoureux comme des friandises.

Ses premiers enregistrements, dans les années 60, sont empreints d'une forte influence hard-bop. Il enregistre en sideman sur plus d'une vingtaine d'albums du mythique label Blue Note, outre une demi-douzaine en leader cette fois.

Son jeu embrassera ensuite non seulement le be-bop, le R&B ou la latin-music, mais aussi l'Avant-garde Jazz.

Il connait un regain d'intérêt à compter des années 90 avec : Lush Life, So Near, So Far, Double Rainbow et Porgy & Bess, et rend son dernier growl en 2001.

Premier album de Joe, en 1963, Page One n'a rien d'un premier album : pas de facilité ni manque de profondeur. McCoy Tyner (non cité sur la pochette) y est sans doute pour quelque chose, Kenny Dorham aussi.
La mise en place y est quasi parfaite et la maitrise étonnante pour un premier album.
Et ce son gorgé et envoutant...
Magistral.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 janvier 2011
Premier feuillet d'une carrière qui sera riche en enregistrements de qualité, "Page One", qui date de 1963, reste une référence du jazz hard-bop, où Joe Henderson, le "petit géant du ténor", dans l'ombre de Rollins ou Coltrane, distile déjà son timbre chaleureux, sa souplesse d'attaque et son phrasé d'une grande précision, au ténor. Il est accompagné par le trompettiste et futur complice Kenny Dorham, le pianiste prometteur McCoy Tyner, séduisant dans le tortueux "Homestretch", puis Butch Warren à la basse et le fameux Pete LaRoca à la batterie. Un enregistrement aux multiples influences latines qui inclut l'immortel "Blue bossa", composé par Dorham, devenu un des grands standards du jazz avec la fameuse impro de Joe Henderson largement reprise depuis dans les écoles de musique, et qui vous prend directement les trippes. Dorham et McCoy Tyner relancent régulièrement le set par de superbes improvisations en particulier sur un autre standard de la bossa nova, d'une beauté mélodique extrême "Recorda Me". Un disque avec le son Blue Note des années soixantes qui vaut par la cohésion du jeu de tous les protagonistes...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il vous est sans doute arrivé d'apercevoir la pochette de ce disque sur l'affiche du festival Blue Note, lequel s'est tenu un peu partout en France l'année dernière, vers la fin du mois de mars. Sur l'affiche, un jeune homme décontracté, portant de grosses bésicles, les jambes entrecroisées, il est appuyé nonchalamment contre un mur. Le bonhomme est élégant : il porte aussi cravate et sa veste laisse entrevoir une belle chemise blanche. Enfin, l'on devine qu'il s'agit d'un musicien, et plus précisément d'un saxophoniste : ne tient-il pas d'une main leste la housse de son saxophone? La photo de Francis Wolff a fait le tour du monde. Le disque aussi. Le musicien sur la photo, c'est Joe Henderson (1937-2001), l'un des plus grands saxophonistes ténor de la deuxième moitié du XXème siècle. Et ce disque est le premier qu'il ait enregistré en tant que leadeur après des débuts remarqués quelques mois plus tôt dans cette galette savoureuse, Una Mas (one more time). Autant le dire de suite : ce Page One est un premier coup d'essai réussi. Je dirai même que pour un premier coup d'essai, c'est plutôt un chef-d'oeuvre... D'y revenir cette nuit m'apporte une paix et une joie ineffable.

Pour la circonstance, le saxophoniste est entouré de son ancien employeur, Kenny Dorham (trompette), mais aussi de McCoy Tyner (le pianiste de John Coltrane), et d'une paire rythmique composée de Butch Warren (contrebasse) et Pete La Roca (batterie). La cohésion de ce quintette tout acoustique est à ce point savoureuse. Les compositions sont toutes du saxophoniste. Elles sont de toute beauté (notamment La Mesha, cette balade s'incarne en chef-d'oeuvre absolu, inoubliable, écoutez-la une fois, vous ne l'oublierez plus, elle fera partie de votre vie, à jamais). L'auditeur attentif sent qu'il tient là un musicien penseur. Joe Henderson avait sa propre sonorité. Sous le label Blue Note (1963-1966), il ne cessera de la développer, apportant au jazz ses lettres de noblesse. Composé de six titres (Blue Bossa, La Mesha, Homestretch, Recordame, Jinrikisha, Out of the Night), Page One obtient un minutage parfait (près de 45 minutes). Par ailleurs, son travail sur les harmonies et les arrangements est d'une finesse remarquable : équilibre des formes, thèmes mélodiques tantôt revigorants tantôt nostalgiques.

Basés sur des rythmes souples et efficaces, les pièces retenues sont non seulement accessibles mais d'une beauté qui laisse pantois. Et puis, que dire du style de Joe? Les sonorités de son saxophone ténor sont vraiment à part. Son phrasé, son univers, sa musique est déjà "in & out", autrement dit entre expression tonale et atonale. Sauf qu'ici, on est encore plus dans le tonal que l'inverse. Aussi, cette session studio gravée en juin 1963 rappelle l'engouement du monde musical pour la Bossa Nova (Stan Getz et Joao Gilberto faisaient alors un tabac à la même époque...). Plus qu'un premier essai, donc, un disque qui est devenu un classique du jazz hardbop. Recorda Me deviendra un standard repris par les plus grands (les pianistes Tommy Flanagan, Hank Jones, Tete Montolio, le vibraphoniste Bobby Hutcherson et même le saxophoniste de la scène free Anthony Braxton). Verdict : plus de quarante ans après sa publication, Page One s'incarne comme un disque incontournable, parfait pour s'initier au jazz et aux sonorités "Blue Note". Pas besoin d'être connaisseur en la matière. Juste avoir une certaine disponibilité pour savourer. Si on aime la Musique, et les premières fois, on ne manquera pas cet opus essentiel.
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 30 mars 2006
Mon disque préféré de Joe Henderson.
Le disque ne contient que des classiques avec des solistes au sommet de leur art, en particulier Henderson et Kenny Dorham.
La présence du formidable batteur Pete La Roca est une raison de plus d' acheter ce magnifique disque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 avril 2002
Laissez-vous charmer par ces morceaux superbes. moins délirant qu'In and out, moins free jazz que sur d'autres albums, Henderson joue ici la carte de la fougue délicate; c'est racé mais en même temps doux et suave... Une sorte de maléfice qui vous encsorcelle tranquillement...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Cool Struttin'
Cool Struttin' de Sonny Clark (CD - 1999)

Inner Urge
Inner Urge de Joe Henderson (CD - 2004)

The Sidewinder
The Sidewinder de Lee Morgan (CD - 1999)