Commentaires en ligne


19 évaluations
5 étoiles:
 (14)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 BLACKMORE - DIO - POWELL, LE TRIANGLE DE FEU ! ! !, 22 novembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
Non mais des fois que vous voudriez substituer à ce monument blackmorien un quelconque live d'AC/DC ou de Scorpions, regardez-y à deux fois ! Enfin quoi, tout de même : Blackmore avec ses soli sans autre âge que le sien, sortis tout droit du "Made in Europe" de qui vous savez, oui Blackmore ne s'est pas décarcassé pour que vous laissiez sombrer cet album dans l'oubli. Tout est excellent là-dedans.
Non ! Il y a un seul reproche à émettre : pourquoi n'y a-t-il pas "Black sheep of the family", "Snake Charmer", "Tarot woman" et autre "Stargazer" ? Je dis ça parce que des faces de 13 et 15 minutes sur un vinyle, ça laisse de la place pour quelques brûlots de plus sur un CD. Comparez les 2 versions de "Mistreated", celle-ci et l'autre (de "Made in Europe"). Allez-y, faites avancer la science et dites-moi pourquoi le père Blackmore va pas rechercher Ronnie-James au fond de sa Candide Nuit ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand live, tout simplement, 6 juillet 2011
Par 
STEFAN (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (Album vinyle)
Parti en claquant la porte d'un Deep Purple qui s'orientait trop vers la black music, il n'aura pas fallu longtemps à Ritchie Blackmore pour rebondir avec Rainbow. Pour se faire, il réquisitionnera tout le line-up d'Elf (sauf le guitariste) qu'il virera dès la fin de la tournée du 1er album à l'exception - évidemment ! - de Ronnie James Dio.

C'est donc armé d'un nouvelle formation et prêt au combat que Ritchie sort le second album de son Rainbow bientôt suivi par la sortie qui nous intéresse: On Stage, un double live qui - pour avoir été allègrement retouché en studio (une habitude de l'époque) - conserve un feeling, une puissance et une cohérence tout simplement réjouissants.

Le son est donc bon mais ne serait rien sans la performance combinée des cinq fous furieux qui s'en donnent ici à caeur-joie sur une set-list faisant la part belle à l'improvisation. Ainsi, s'il ne comprend que 6 pistes, cet On Stage affiche tout de même un temps dépassant largement l'heure avec 4 pièces dépassant les 10 minutes. Evidemment, le boss et sa voix tirent plus particulièrement leur épingle du jeu ici. Ritchie parce qu'il est un vrai guitar-hero bourré de feeling capable d'enchainer folk, hard rock, blues sans la moindre hésitation ni faute de gout. Ronnie Dio parce que sa voix d'or se combine parfaitement à cette musique versatile et puissante. Les autres membres, quelque peu réduits au rôle d'accompagnateur, exécutent leur tâche avec précision, professionnalisme et talent mais comment eût-il pu en être autrement avec de telles pointures ?

Certains préfèreront sans doute les quelques "vrais lives" sortis depuis à ce On Stage retouché. Personnellement, je suis extrêmement attaché à cette aeuvre où un grand groupe démontre toutes ses capacités et son immense classe. Indispensable.

(SUR LE "DELUXE")
Un concert en vrai live, sans retouche donc, qu'on peux juger finalement mineures sur la galette d'époque sur la foi de la présente performance. Un vrai live à la source contestée (le cd dit Osaka, les divers sites de référence penchent pour un Budokan). Un seul vrai bonus par rapport à la tracklist de l'On Stage originel, l'accessoire mais sympathique, parce qu'en l'occurrence particulièrement jammy, Do You Close Your Eyes...c'est tout de même peu. Et des versions sensiblement différentes d'autres, aussi, mais pas tant que ça finalement, preuve que le show était alors une machine bien rôdée. Un Deluxe surtout conseillé aux fans, donc.

CREDITS:
Cozy Powell: Drums
Ritchie Blackmore: Guitars
Jimmy Bain: Bass
Tony Carey: Keyboards
Ronnie James Dio: Vocals

CD 1
- On Stage (original)
1. Intro: Over the Rainbow/Kill the King 5:31
2. Man on the Silver Mountain/Blues/Starstruck 11:15
3. Catch the Rainbow 15:36
4. Mistreated 13:07
5. Sixteenth Century Greensleeves 7:37
6. Still I'm Sad 11:05

CD 2
- Bonus: Live in Osaka, 1976
1. Kill The King 5:56
2. Mistreated 12:14
3. Sixteenth Century Greensleeves 8:23
4. Catch The Rainbow 18:15
5. Medley: Man On The Silver Mountain/Blues/Starstruck 16:22
6. Do You Close Your Eyes 10:32
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 essentiel, 1 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
certainement un des lives qui on le plus marqué ma jeunesse.en tous cas celui que j'ai le plus écouté en vinyle avec le made in japan de qui vous savez et aussi l'excellentissime live and dangerous de thin lizzy
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un cousin de Made In Japan !, 10 novembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
A l'époque, Rainbow ne compte que deux albums studios ! On pourrait penser que ce live serait bien maigre ! Et bien non

Le groupe est le même que sur le superbe Rising : Dio au chant, Blackmore à la guitare, Bain à la basse, Carey au clavier et Powell à la batterie !

Le résultat est de taille : un superbe double live

Le seul truc qui déçoit, c'est que il n'y a pas de morceaux de Rising. Juste un court "Sartstruck" dommage !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Pure dose de rock en concert, 2 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
Une véritable leçon de rock "sur scène". Sans se limiter à interpréter des titres de leur répertoire (s'étendant jusqu'à des reprises de Deep Purple), le Rainbow de Ritchie Blackmore propose des versions étendues qui incorporent des boeufs, des structures progressives, et une énergie sans borne. Un cocktail anglais bien dosé et enrichi qui résume toute une époque de rock n roll très talentueuse et aussi inventive lors de l'écriture que sur le devant de la scène. Les musiciens sont tous autant remarquables et divins sur cette galette, à l'image de cette perle qu'est Catch The Rainbow, où chacun des instrumentistes transcende cette version alors que nous assistons à une performance poignante de Ronnie James Dio qui laisse un témoignage unique de son talent reconnu et aujourd'hui regretté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Je dis Môôssieur Blackmore..., 11 mai 2007
Par 
Luc B. - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
Ce Rainbow "On stage" est un très bon album de... Richie Blackmore ! Non pas que le groupe ne soit pas cohérent, ou que les autres musiciens soient en retrait, mais parce que Richie Blackmore possède un tel talent, qu'une fois lâché hors de Deep Purple, on n'entend plus que lui ! Chez DP, il fallait faire avec la voix de Gillan, le clavier de Lord, cela faisait trois solistes dans le groupe. Avec Rainbow, Blackmore se constitue son groupe, dont il est le leader, et le principal animateur. Cet homme là aime jouer de la guitare, et il maîtrise sacrément l'instrument ! D'ailleurs, dans ce disque, les meilleurs passages sont des chorus très lents, presque acoustiques, qu'affectionnent beaucoup Blackmore, des pauses aux ambiances baroques, médiévales ou jazzy, entre deux bombardements de décibels. Le style Blackmore.

A l'époque de la sortie d "On Stage" j'avais été assez frustré de la durée du disque, à peine plus d'une heure, avec en face B et C deux titres de 15 et 13 minutes ! Cela frisait l'escroquerie... Avec cette version CD, le disque n'est pas plus long, mais on n'est plus obligé de changer de face toutes les dix minutes !

"On Stage" aligne six titres assez longs, le très beau "Catch the rainbow" de 15 minutes, "Mistreated" de 13 minutes, un meddley sur "Man on silver mountain" de 11 minutes permettant à Blackmore d'exécuter son classique "blues" qu'il traîne depuis des années sur chaque scène, mais ici dans une version plus longue et plus riche. Ronnie James Dio pousse la vocalise en bon professionnel, sans jamais empiéter sur les solos de l'homme en noir, Cozy Powel frappe ses fûts et sa double grosse caisse avec beaucoup d'énergie, mais sans trop de subtilité, et Tony Carey aux claviers arrive à fourguer deux petits chorus, son rôle étant avant tout dévolu à l'accompagnement, jonglant entre l'orgue hammon et les synthés.

Je ne suis pas sûr que Rainbow reste dans les annales du rock comme un groupe vraiment marquant, soyons objectif... Mais la seule présence de Richie Blackmore fait de ce live un album passionnant, où le guitariste peut enfin donner libre court à son exigence (les solos ne sont pas estampillés "hard"), mélant le style barroque aux riffs de rock, sans jamais céder à l'esbrouffe ou à la démonstration. Du très grand Blackmore !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 l'arc en ciel brille de tous ces feux, 26 mai 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
1 Live arrivant apres les 2 premiers albums studio de Blacmore et dio. Ce live est fabuleux, les versions prennent une autre dimension car blackmore comme au bon vieux temps de Deep purple continue d'improviser et de réorchestré ses compos. Dio chante divinement bien (Mistreated, Still I'm sad). A garder dans les grands live du hard rock .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un must du rock d'une très grande richesse musicale, 2 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
Il s'agit là d'un album indispensable, un de ces albums rares et parfaits à tout point de vue comme seuls les groupes à leur apogée savent en faire. Probablement, de mon humble point de vue, un des dix meilleurs albums du hard-rock anglo-saxon de la période 1970-1980. Il faut dire qu'il y a là un Ritchie Blackmore vraiment en très très grande forme (les solos sont d'une musicalité remarquable et se coulent dans les morceaux à la perfection), capable de passer du son fender archi saturé à un blues rock étonnant. Ajoutons le batteur Cozy Powell, très présent et toujours très bon, Ronnie James Dio à la voix puissante... On peut sans hésiter affirmer que ce disque égale les meilleurs faits par Deep Purple ("Made in Japan" mais pas seulement...), c'est dire !

On touche donc à la perfection avec une grande diversité et un très bon équilibre entre des morceaux rock et d'autres plus ballade ; la prise de son est très bonne pour l'époque. L'album n'a absolument pas pris une ride (jeunes des années 1990 : ne vous fiez surtout pas au look de la pochette évidemment archi-datée) et je l'écoute toujours avec autant de plaisir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 bien que..., 13 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
... bien que 5 étoiles, en fait, c'est peut être beaucoup, en regard du "Munich 77" que je viens de recevoir. Le voilà, l'album live total! Une folie de guitares, le chant de Dio au top, une rhytmique irréprochable, un son impeccable, à accoler au live du même nom, en DVD! Ce concert est gargantuesque, comme on les aime, et du coup, "on stage" parait anémique. Mais j'avais le vynile, alors...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 On Stage vu du siège de Cozy Powell, 16 juin 2010
Par 
DUNCANIDAHO "DUNCANIDAHO" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Stage (CD)
Dans une critique antérieure, un internaute a émis l'avis (respectable) que le jeu de Cozy Powell manquait de finesse...
IL me semble pourtant que dans le domaine du hard rock, Cozy faisait figure de modèle et que son jeu était un des plus complet, Nicko Mc Bain (Maiden) et Dave Lombardo (Slayer) le citant souvent comme exemple.
L'intro de "Kill the King" est déjà un grand moment, et quand Cozy commence à marteller le rythme on se dit que ça va chauffer, et cela chauffe effectivement quand pendant le chorus de Tony Carey (excellent clavièriste) Cozy use de sa double caisse !!
Le break fracassant au milieu de "Catch the Rainbow" est pas mal non plus vous ne trouvez pas ? ah vous avez sursauté la première fois, c'était fait pour ça !
Et le duel que se livrent Ritchie le Ténébreux et Cozy sur "16th Century Greensleeves" vaut le déplacement, Cozy frappe fort, très fort même, en tout cas beaucoup plus que Ian Paice mais il y a toujours un petit plus, le coup de baguettes vengeur sur le charleston à la fin des roulements...
Curieux que si Ritchie a choisi pour son Rainbow fait à sa (dé)mesure, un bassiste (Jimmy Bain) qui est une réplique de Roger Glover, il ait choisi un batteur aux antipodes de son vieux copain Ian Paice.
Mais si vous voulez mon avis, le meilleur reste à venir : sur "Blues" que Blackmore paufinera pendant les dernières années de DP, et qui ici prend sa véritable dimension, Powell fait preuve d'une finesse, d'un sens de la relance jubilatoire, ses petits coups de baguettes, presque un murmure...
Et le final : pendant le solo de Tony Carey sur "Still I'm Sad", même leçon, pas de grands gestes inutiles, juste une frappe nette, précise mais qui claque comme un fouet.
Vous aurez compris que pour moi, Cozy Powell, qui nous a quitté en 1998, était un très grand batteur, l'égal d'un Carmine Appice ou d'un John Bonham, comme Appice il avait un sens inné de la relance, un sens aigu du drame, car un batteur dans un groupe de hard c'est lui qui tient les canons.
De Bonham, Cozy avait en commun une frappe très dure, très rapide et savait se servir d'un charleston malgrè sa double caisse qu'il n'utilisait pas toujours, il n'avait que deux jambes...
Alors malgré les qualités des quatre autres musiciens, et je reste un grand fan de Blackmore, il me semble que c'est Cozy Powell qui est la vedette de ce disque, et que si d'autres albums sont également réussis c'est sur celui ci (et les deux qu'il a gravé avec Jeff Beck) que le talent de ce batteur formé à l'école soul de la Tamla Towtown explose le plus.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

On Stage
On Stage de Rainbow (CD - 2012)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit