undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Baby cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,2 sur 5 étoiles15
3,2 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 2 septembre 2009
-Comment prendre cet album ?
-Comment le classer ?
-Est-ce vraiment du Scorpions ?
-Pourquoi la pochette ne représente-t-elle que trois membres sur les cinq que compte le groupe ?
-Pourquoi, avec le pédigré qui était le sien, Scorpions a-t-il opté (osé) pour une telle orientation ?
Un élément (important) de réponse a été apporté par un Amazoniac: "Eye to eye" devait initialement être le premier album solo de Klaus Meine (le chanteur). Mais la maison de disque... Et patati et patata.
-Pourquoi alors avoir placé Rudolph Schenker ( l'un des guitaristes) au centre de la pochette ?
Bref ! A l'aube de ce nouveau millénaire, Scorpions semble bien perdu et nous avec. En 1999, voilà peut être ce que l'on pourrait qualifier de "dernier point commun" entre le groupe et son Fan base.

Ne tournons pas autour du pot. "Eye to eye" ne peut être qualifié, estampillé, labelisé sous l'appelation que celle de "Scorpions".
Est-ce à dire que, parce que l'on n'y retrouve pas (ou si peu) ses marques, "Eye to eye" soit automatiquement à ranger dans la catégorie des albums dit "de M...." ? Pour moi non.
Certes, la première chose qui choc c'est évidemment l'option du son effectué sur la batterie. Qu'est ce que ça sonne boite à rythme !! C'est pourtant bien James Kottak qui cogne. Et si les rythmes qu'il insuffle son plus variés que jamais, dieu que tout cela sonne "carton pâte" !
Difficile également de reconnaitre le jeu de Mathias Jabs. Pourtant, reconnaissons que le guitariste ose proposer de nouvelles choses et que la plus part de ses interventions sont particulièrement inspirées.
De son côté, on peut aussi se demander ce que Schenker est venu faire dans cette drôle d'aventure. Klaus Meine quant à lui s'essai à de nouveaux registres vocaux, parfois avec un certain succès et parfois... (tenterait-il, dans sa démarche, de ce prendre pour Freddy à la place de Mercury ?).

"Eye to eye" est donc loin d'être inintéressant, puisqu'il demeure d'abord un disque d'expérimentation. Par conséquent, il arrive (quand je l'écoute) qu'il me plaise assez, à cause justement de sa singularité, et puis parfois c'est tout l'inverse qui se produit, il m'agace et m'horripile au plus haut point.

Etrange album que celui là dont on ne sait en définitif pas trop quoi en penser. A vous d'en décider !!
1111 commentaires3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1999 avant le clash du nouveau millénaire, les Scorpions se lâchent mettant à rude épreuve leurs fans, avec cette fois un album électro/hard.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, cet album surprenant peut s'avérer (au moins à 50%) convaincant, mais peut aussi repousser toujours plus définitivement les moins convertis. Reste que la patte Scorpions est bien présente, et que l'on ne peut se tromper sur l'origine du produit. Avant tout il faut reconnaître que la production y est excellente, et que les instruments sonnent. Les morceaux les plus énergiques (bien que minoritaires), sont réellement inspirés, mais leur impact avec ces breaks modernes sont indéniablement diminués. Ainsi "Mysterious" qui déboîte (à rythme) avec deux secondes de gros riffs aussitôt cassé par un beat techno, surprend. C'est la première composition signée par Ralph Rieckermann (avec Rudolf et Matthias), sa basse rebondit, la batterie cogne sec, les guitares dépotent et Matthias balance (comme tout au long du skeud) des solos énergiques. Encore plus intriguant "To Be No.1" évoquerait Prince, un titre de Matthias qui n'empêche pas le soliste de se lâcher encore une fois à la voice box. Mais tous ces titres arrangés par le producteur Peter Wolf, comme "Du Bist So Schmutzig" (leur premier titre interprété en Allemand, où James Kottak le nouveau batteur déclame des couplets en mode rappeur), ou "Aleyah" qui est assez énorme, possèdent des breaks et des sons électro. "Mind Like A Tree" avec ses énormes riffs aurait pu devenir un killer, mais les idées du producteur empêcheront le titre de survivre, passé cet album bien difficile à défendre. N'empêche que ce morceau s'impose comme la réussite de l'album. Voilà une partie d'album surprenante (mais inspirée), mais il y a aussi de nombreux titres qui ne passeront pas à la postérité. "Obsession", "10 Light Years Away", "Eye To Eye", "What U Give U Get Back", "A Moment In A Million Years" (des ballades), passent bien tranquillement, comme "Yellow Butterfly" ou "Skywriter" mais sans faire de nuages, et sans apporter grand chose non plus. "Freshly Squeezed" et "Priscilla" sont plus vigoureux, mais toujours avec ces rythmes propres à l'album qui donnent aussi une impression de gâchis, même si l'on peut saluer l'audace du groupe qui a pris de gros risques.
Cet "Eye II Eye" est l'album le plus déconcertant de Scorpions très audacieux. De bonnes idées subsistent, et les titres les plus rentre dedans (qu'il serait intéressant d'écouter en mode démo), auraient mérité une survie à un album descendu à sa sortie. Ce qui fait que les Scorpions vont devoir se reprendre dare-dare.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2013
Paru après un "Pure instinct" (assez inspiré mais vraiment trop soft), "Eye II eye" est une énorme prise de risque.
Scorpions décidant en effet d'ajouter une pointe de modernisme dans ses compositions, avec en sus il faut bien le dire une production excellente.
Quelques touches électro apparaissent en effet ci et là pour un résultat pas toujours convaincant, mais louable quant au fait d'avoir essayer.
Mais franchement ce n'est pas ce qui dérange le plus tant certaines compositions passent plutôt bien, "To be N°1" est assez sympa", et les semi-ballades "10 light years away" ou "Eye to eye" sont réussies.
Par contre, l'auditeur ne peut rester que dubitatif devant d'autres morceaux, euh comment dire ... dans l'ère du temps mais complètement dénués de supplément d'âme.
Pour exemple en priorité ce titre en allemand "Du bist so schmutzig" assez horrible, ce "Priscilla" pénible et encore un "Aleyah" qui laisse pour le moins perplexe ...
"Eye II eye" aurait pu être plus digeste en enlevant ces trois titres franchement mauvais, seuls auraient suffi pour le modernisme "Yellow butterfly" ou encore "Freshly squeezed" qui, sans être indispensables ne sont pas complètement inintéressants.
Enfin heureusement l'album se conclut par une merveille qu'est le slow triste mais émouvant "A moment in a million years" ayant mérité d'ailleurs un aussi large succès que "Winds of change" ou "Still loving you".
En conclusion, "Eye II eye" n'est pas si mauvais que ça mais le fait de posséder des très bons titres au côté d'autres, indignes pour un groupe de cette trempe, lui apporte une appréciation générale trop moyenne.
Le gros problème étant finalement sûrement plus dû au manque d'inspiration des certains titres que dans leur modernité.
"Eye II eye" fut d'ailleurs un tel échec que Scorpions se dira revenir aux sources avec le prochain "Unbreakable".

Mes titres préférés : "A moment in a million years", "Eye to eye", "10 light years away".

Note : 12/20
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le 14ème album des Scorpions est dans les bacs en 1999. Se voulant encore plus abordable que Pure Instinct, le groupe veut élargir son public mais en y insérant des boites à rythme et en peaufinant sa musique au point de la rendre synthétique, Klaus Meine et sa bande s’éloigne à grands pas de leur hard-rock percutant qui a fait leur succès dans les années 70 et 80. Personnellement, j’ai décroché depuis Blackout sorti en 1982 même si dans les albums suivants, on discerne quelques compositions intéressantes. Eye II Eye est plombé de ballades léchées à l’extrême, le titre « Obsession » par exemple qui lorgne vers l’harmonie de Queen, et si on peut apprécier « Freshly Squeezed » et « Mysterious » assez novateurs, le reste me laisse indifférent. Quand on pense que le potentiel des deux guitaristes Rudolph Schenker et Matthias Jabbs est sous employé à ce point ! alors qu’ils sont capables du meilleur en riffs et solos d’enfer ! quel gâchis… Voilà un album au gros son, techniquement parfait dans la production mais d’une froideur et d’une redondance agaçantes. Tiens, du coup je m’en vais écouter Virgin Killer et les délires d’Uli Jon Roth.
(14 titres / 62mn)
11 commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2015
Comme je l'ai lu ici ce cd aurait dû être le cd solo de Klaus, dont acte. Du coup je comprends beaucoup mieux la démarche du groupe mais pas celle de la maison de disques !! le pognon !!. Que dire ? que quand même à l'époque je l'avais complètement rejeté mais là en 2015 soit 15 ans après je le trouve pas trop mal, écoutable et bien sympa avec des perles comme Mysterious, Eye to Eye, Skywriter, Aleyah.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2016
le second plus mauvais album de Scorpions avec leur 1er !!! Il n'y a absolument rien de hard-rockdans cet album , même pas de rock , une daube interstélaire!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2009
Je m'étais bien décidé à la défoncer cet album !
Une pochette pourrie, un virage à moitié électro, et un souvenir de la galette totalement désastreux. On peut dire que j'avais préparé l'artillerie lourde...
Par acquis de conscience, vu que contrairement aux autres albums des allemands je le connais assez peu, je l'ai réécouté.

D'où mon titre : ha ben tiens ça alors !
Je ne le trouve pas mauvais du tout !
Attention, ça ne me fait pas crier au génie non plus, d'ailleurs ça commence avec un Klaus qui m'énerve ce qui ne m'était jamais arrivé je crois bien.
Mais le premier titre s'écoute bien. Mince, le deuxième est une jolie ballade...Et ça s'égrenne comme ça avec même quelques moments de grace, comme la magnifique "a moment in a million years".

Bon, il y a pas mal de trucs énervants, de sonorités bontempi ou de "yeah yeah yeah" un peu gnangnan. Mais le sens de la composition est là, et le sentiment général est au final loin d'être désastreux.

Je tire la note vers le bas, parceque quand même, 4 etoiles et quelques c'est abusé selon moi, mais entre un Pure Instinct classique mais mou et sans génie, je préfère encore la prise de risque, même si celle ci se révèle parfois un peu casse gueule.

2,5 / 5 pour album de Scorpions, 3 voire plus si l'on ne considère pas sa provenance.
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2013
je suis ouvert d esprit je posséde plus de 2000 cd s originaux et méme si le hard rock est ma musique de predilection il m arrive d ecouter de la pop ou de l electro.je detaillerai pas les titres de cet album qui n a vraiment rien a voir avec du scorpions déjas le precedant pure instinct etait mou trop typé west coast m ai la si celà devais etre un album solo de meine il aurait mieux valu que shenckher ne soit pas impliqué dans ce projet.autand j ai apprécié un album comme turbo de judas priest et c est bien que des groupes tentent d evoluer contrairement a des maiden ou acdc qui sortent toujours les mémes albums là le son de scorpions est completement denaturé heureusement le groupe a rectifié le tir sur les 3 suivants.je mettrais 2 etoile car cet album n est pas totalement nul et par respect a cet immense groupe m ai sa fais quand méme tache dans une carriere par ailleur exemplaire
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2010
Et je ne suis pas fan , j'ai juste l'amour de Scorpions ! Que leur reproche t on ? D'avoir utilisé des sons electros en vogue en 99 et alors ? La faculté d' adaptation est signe d' intelligence ! Et ce qui importe , c' est que ça reste du Scorpions parfaitement identifiable !Bon , c' est vrai que sur la première moitiè du cd , à part Mysterius et 10 lights years away , on s' endort un peu; Mais à partir de Skywriter Klaus Meine sort sa voix et le tout est inventif et que dire de YELLOW BUTTERFLY sinon qu'il est exceptionnel et éblouissant !! Freshly squeezed ( faux airs de reggae) et Aleyah sont supers aussi et la ballade (textes pour les fans , au piano) A moment in a million years est très touchante... non , vraiment mal aimé ce cd...
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juillet 2014
Il est vrai que ce disque contient du heavy metal et des balades mais j'ai l'impression qu'on a changé tout le groupe tant c'est loin de leurs maileurs albums
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles