undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:23,70 €+ 2,49 € expédition

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il y a des artistes dont la biographie finit par envahir tout, comme le mauvais lierre. Il y aurait pourtant bien autre chose à retenir de Lipatti que la leucémie qui l''a emporté : par exemple, il existe au moins une photographie où on peut voir ses grandes et belles mains, celles avec lesquelles il jouait avec tant d''énergie et de vitalité. Et surtout, ce disque mérite d''être apprécié pour lui-même : à la centième écoute, la 1ère partita de Bach enregistrée à Genève (le 9 juillet 1950) frappe toujours par sa grâce, son énergie rythmique, la lumière qui en émane, la joie qui s''y exprime. On pense à Spinoza :

Plus une chose a de perfection, plus elle agit et moins elle pâtit, et inversement, plus elle agit, plus elle est parfaite.

Comme son Bach, son Scarlatti et la sonate K. 310 de Mozart, font partie de l''essentiel de ce que Lipatti nous a laissé. Ces enregistrements indémodables ne sont nullement inférieurs, en ce qui concerne Bach et Mozart, aux versions captées en concert au festival de Besançon. Ils ne nous invitent pas à pleurer sur un destin, mais à nous réjouir qu''un tel accomplissement musical ait été possible.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2009
Des oeuvres d'une beauté rare, jouées par un pianiste divin, le pianiste de référence. Le jeu fait totalement oublier la prise de son qui commence à dater... Indispensable!
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2015
Ah, quelle joie d'avoir retrouvé ce Dinu Lipatti ! Ce roi du contrepoint - dans Bach, Scarlatti - (et mort hélas trop jeune, une trentaine d'années ) n'a pas pris une ride. Par son jeu très subtil et éminemment chantant, très inspiré (qu'on soit croyant ou pas...), il surpasse les Gould, Horowitz, Samson François, - du moins dans certains morceaux, comme ici. Il reste un << grand maître >>, sans conteste. A sa mémoire, chapeau bas!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)