undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

4
4,3 sur 5 étoiles
Failures For Gods
Format: CDModifier
Prix:10,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 9 juillet 2013
Immolation : n.f. Une immolation est un sacrifice généralement religieux, ou holocauste. Par extension, « immolation » est devenu synonyme de « tuerie » ou « massacre » de victimes sans défense.
Voilà, même le dictionnaire le dit. Immolation, c'est une tuerie et les victimes sans défense, c'est nous, les pauvres auditeurs que nous sommes.

Immolation, cette légende du Death Metal américain, a pourtant connu un démarrage difficile. Leur premier album paraît en 1991 alors que le groupe existait depuis déjà cinq ans. Puis il a fallu encore attendre cinq ans pour voir débouler le second album, "Here In After". Il faut dire qu'entre temps Immolation a fait les frais du nettoyage au kärcher des groupes Death Metal sur le label Roadrunner. Celui-ci avait décidé, dans le milieu des années 90, de cibler ses efforts sur quelques gros groupes extrêmes comme Fear Factory ou Machine Head et a viré une bonne partie de son catalogue Death Metal, dont Immolation faisait partie.
Si bien qu'en 1999, après treize ans d'existence, ce n'est que le troisième album du groupe qui nous est offert, le second à paraître sur Metal Blade, intitulé "Failures For Gods". Mais avec ce nouvel album, Immolation semble avoir envie de rattraper le temps perdu. Il ne va pas falloir longtemps à Immolation pour rappeler à tout le monde quelle machine de guerre il est.

Premièrement, le son est massif. Il est le fruit du travail de Paul Orofino, producteur que Immolation ne va plus lâcher à partir de cet album.
"Failures For Gods" est tout simplement une pièce maîtresse du genre. Le groupe nous inflige huit pièces monstrueuses d'un Death Metal de boucher. "Once Ordained", "No Jesus No Best", "Failures For Gods"... les trois premiers morceaux de cet album vous clouent au sol... et ce n'est qu'avec les dernières notes plaintives de "The Devil I Know" que vous vous relèverez.
Le groupe voit l'arrivée d'un nouveau batteur pour l'occasion, Alex Hernandez. Celui-ci s'acquitte de sa tâche à la perfection. La rythmique est impressionnante, sans faille. Impressionnante, c'est aussi le terme concernant la voix de Ross Dolan. Celui-ci semble aller puiser au plus profond de son être pour sortir des sons gutturaux pareils. Et bien sûr, on retiendra le travail des deux guitaristes, Robert Vigna et Thomas Wilkinson à travers leurs solos, leurs riffs torturés et leurs rythmiques implacables. La mélodie s'immisce de temps en temps comme sur le final de "The Devil I Know", qui ponctue cet album de la plus belle des façons. Immolation montre sa maîtrise parfaite d'un Death Metal à la fois sombre, violent et carrément blasphématoire. Car du côté des paroles, Immolation ne fait pas semblant. C'est anti-chrétien au dernier degré. On n'est pas dans le trip satanique rigolo, ici c'est du sérieux. Extraits choisis : "Reach and take the hand of god, for everything he touches is turned into s***" ("God Made Filth") ; "Can you hear us... Death to Jesus" ("No Jesus, No Beast") ; "Through us his war is won, victorious over God and his son, persuasive and dominant his presence shall break the strongest of wills" ("The Devil I Know"). Le célèbre PMRC américain a bondi sur des groupes pour moins que ça...
Pour couronner le tout, on notera le très bel artwork signé Andreas Marschall (dont les plus avertis auront reconnu la patte). Il réalise ici, à mon avis en tout cas, une de ses plus belles oeuvres (si ce n'est la plus belle) pour le groupe.

"Failures For Gods" est l'album qui a élevé Immolation au rang des meilleurs groupes de Death Metal. Une valeur sûre qui continue aujourd'hui à nous sortir des albums toujours aussi bons (il n'y a qu'à écouter le petit dernier, Kingdom of Conspiracy pour s'en convaincre) et qui n'a surtout jamais publié un album décevant. La marque des grands.

Retrouvez cette chronique sur le site "auxportesdumetal.com" dans la rubrique "back to the past".
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
pour ma part , j'ai découvert Immolation avec cet album dégotté dans les bacs occasion des vendeurs de disques du metal market du festival graspop, en 2000 pour être précis!
je dois dire que je me suis laissé guider par la réputation du groupe, les nombreuses chronoques élogieuses que j'ai lues et surtout pour la magnifique pochette!
je me suis dit que si je ne devais pas aimer, je l'aurais offert à un pote fan de grind qui trouve ridicules et débiles tout les satanistes dans le metal!
mais là, je suis tombé sur le cul à la première écoute: ce disque m'a envouté littéralement par son ambiance malsaine et grandiose. je me suis procuré par la suite les albums précédents et j'ai achté tout les suivants à leur sortie, et même si "failures for gods" n'est pas du pur Immolation pur jus, il ne dépareille pas dans la discographie du groupe (dont je conseille aussi "here in after" et "close a world below").
si "failures for gods" est plus speed et plus "clair" que les autres albums, cela le rend plus accessible sans que le groupe se trahisse pour autant, et il permet à la discographie des new yorkais de respirer.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je n'arrive pas à me remettre des albums d'Immolation, particulièrement des premiers dont ce "Failures for Gods", sorti en 1999 avec un son plus brouillon que jamais, un tempo assez lent, des riffs old school, alors qu'à cette époque la transition se faisait vers un Death Metal de plus en plus rapide, technique, au son de plus en plus clair, puissant, ce souvent au détriment des ambiances occultes et malsaines cultivées par les pionniers du genre.
Pour ça, cet album constitue un véritable pied de nez, car rappelons qu'Immolation avait été très peu prolifique dans les années 90 avec seulement trois albums en plus de dix ans d'existence.

Et au lieu de changer leur fusil d'épaule, ils s'obstinent à livrer le même death metal maléfique et blasphématoire, aux harmoniques dissonantes dont ils abusent presque autant qu'un Zakk Wylde mais au service d'une atmosphère qu'eux seuls parviennent à créer, aidés par le guttural unique de Ross Dolan et le matraquage chaotique d'Alex Hernandez, fraîchement recruté et qui restera pour l'album suivant également au même titre que le second guitariste Thomas Wilkinson.

Rythmiques alambiquées, harmonies dérangeantes, paroles ouvertement anticléricales sans être pour autant satanistes et exprimées avec une certaine finesse que l'on ne retrouve pas souvent dans le genre, le tout agrémenté d'une illustration sublime signée par l'habituel Andreas Marschall, ce "Failure..." regorge de titres cultes: "No Jesus, no Beast" au refrain toujours apprécié en concert, la pièce maîtresse éponyme aux riffs incroyablement poignants, le doomesque "Unsaved", sont déjà des raisons suffisantes pour se procurer ce joyau de death intemporel.

En parlant de production, on notera qu'il s'agit de leur première collaboration avec Paul Orofino avec lequel ils travaillent encore pour un rendu différent à chaque album. Du grand art!

Douze ans après, Immolation a laissé la même empreinte indélébile dans l'histoire du metal extrême par sa ténacité, sa personnalité et son style inimitable, son parcours jalonné d'albums tous plus cultes les uns que les autres, "Failures for Gods" ne faisant indéniablement pas exception.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 octobre 2003
Trop vite semble être la critique la plus juste pour évaluer ce 3° album d'Immolation : le tempo est trop rapide et trop linéaire pour retrouver l'immolation que l'on aime : lourd, puissant, extreme et blasphématoire. Ici, le son enregistré parait faible comparé à tous les autres albums : passés et futurs. Cela dit, il reste recommandable, notamment pour les adeptes du black metal, habitués des enregistremesnt supersoniques. Bien, sans plus.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Close To A World Below
Close To A World Below de Immolation (CD - 2008)