undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles16
4,3 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:4,40 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Premier album de BLACKMORE avec JL TURNER, ce disque fût sévèrement critiqué à sa sortie.Exit Cozy Powell, mais Roger Glover et Don Airey restent. Plus de 20 après ce disque est parfaitement audible. Il marquait un profond changement dans la carrière de l'homme en noir : disques plus accessibles, moins gothico-baroques, plus de vraies chansons (d'ailleurs à cette époque RAINBOW commencera à cartonner dans les charts US et europééens avec des singles). Que DIO soit meilleur chanteur ou compositeur, meilleur sur scène, que TURNER celà n'est pas le débat. Tous les disques de RAINBOW sont bons voire excellents. Celui ci contient plusieurs perles qui annonçent les chefs d'oeuvre "Straight beteween the eyes" et "Bent out of Shape", et aussi une bonne dose d'humour (ce qui est plutôt rare chez Blackmore) : la pochette, et les paroles "Can't happen here" prophètiques .... Si vous en voulez plus il vous faudra acheter le superbe "Very Best of Rainbow", qui contient la face B de "Can't happen here" : "Jealous lover". Seule fausse note (mais c'est très personnel), son délire classico-hard, mais on ne se refait pas n'est ce pas Mr Richie ??
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2006
Voici mon disque de chevet depuis 20 ans...et j'exagère à peine, BLACKMORE y a tout mis. Ce disque va influencer une multitude de classico-métalleux, les soli du maître y font beaucoup: un style vient de naître. Il faut dire que le chant de J.L.TURNER fera date et sera souvent imité sans merci, mais sans grand succès non plus pour les usurpateurs. Tout est dit, achetez ce CD et comparez sans crainte avec les productions les plus récentes de HARD épico-classieux...ils ont tout inventé et difficile de faire mieux!
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ronnie James Dio parti vers d'autres cieux (Black Sabbath), son successeur qui n'aura pas convaincu et aura donc été saqué par un Ritchie Blackmore toujours sans pitié, le recrutement d'un vocaliste américain pour ainsi dire inconnu, d'un nouveau batteur aussi suite au départ du surpuissant Cozy Powell, c'est l'état des lieux du chantier Rainbow en ce début des années 80.
Un état des lieux qui confirme la volonté du trio restant et de Ritchie en particulier de poursuivre dans la ligne "hard accrocheur" déjà définie le coup d'avant avec le résultat que l'on sait (un premier tube pour Rainbow avec la reprise du Since You Been Gone d'Argent, une tournée nettement moins réjouissante, aussi), et même d'amplifier la tendance d'une inclinaison encore plus américaine comme c'est évident dès le morceau introductif et single star de l'album, I Surrender, qui grimpera d'ailleurs jusqu'à la 3ème place des charts britanniques et la 19ème de leur équivalent étatsunien.
De fait, c'est un opus éminemment accrocheur dont à accouché la formation de l'ex-guitariste de Deep Purple où les singles fonctionnent, le précité et Can't Happen Here, où les morceaux qui les entourent ont un certain impact et même un impact certain (le puissant Spotlight Kid avec son irrésistible break solo, les solides mid-tempo que sont No Release, Freedom Fighter et Midtown Tunnel Vision), un album où les amateurs de Ritchie le virtuose n'ont pas été oubliés (Maybe Next Time et, surtout, l'adaptation de la neuvième de Beethoven, Difficult to Cure), où même le morceau le plus ouvertement FM jamais écrit par le sieur Blackmore fonctionne au-delà des espérances (Magic). Il faut dire qu'avec une mise en son absolument de son époque fomentée par le pas rancunier Roger Glover (qui s'était quand même fait virer de Deep Purple à cause de Ritchie quelques années plus tôt), l'écrin est idéal pour ce genre de hard rock mélodique et entêtant.
Avec une formation en incessant renouvellement mais un esprit absolument similaire, Rainbow poursuivra deux albums supplémentaires sur la lancée de cet excellente galette... Avec des fortunes diverses et jamais une collection de chansons aussi réussie. Alors, certes, si on préfèrera toujours le Rainbow avec Dio de celui avec Joe Lynn Turner, il ne faut pas pour autant démettre l'ère qui apporta son lot de belles émotions, plus particulièrement sur ce Difficult to Cure bon de bout en bout et, par conséquent, chaudement recommandé aux amateurs du genre.

1. I Surrender 4:01
2. Spotlight Kid 4:54
3. No Release 5:33
4. Magic 4:07
5. Vielleicht Das Nächste Mal (Maybe Next Time) 3:17
6. Can't Happen Here 4:57
7. Freedom Fighter 4:21
8. Midtown Tunnel Vision 4:31
9. Difficult to Cure (Beethoven's Ninth) 5:57

Ritchie Blackmore - guitar
Don Airey - keyboard
Roger Glover - bass, percussion, producer
Joe Lynn Turner - vocals
Bobby Rondinelli - drums
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Avec "Rising" à n'en pas douter.
Comme sur le précité Blackmore s'est entouré d'une équipe de choc, Roger Glover qui a abandonné sa lourde Rickenbaker pour une Vigier et qui du coup a allegé considérablement sa rythmique, Don Airey suremployé car surdoué, Rob Rondinelli (prof de batterie au Music Institute of Technologie de LA), tellement bon qu'on en oublierait presque Cozy et Joe Lynn Turner, fantastique chanteur qui a fait ses gammes en écoutant Phil Moog et Lou Gramm.
Fort de cette quasi "Dream Team", notre homme en noir se sent pousser des ailes et range aux placards ses fumeuses interventions néo classiques (qui ont fait merveille sur "Rising" mais les temps changent) pour nous délivrer des chorus nerveux et tendus, des riffs en cisailles et des coups de médiators assassins.
Comme en plus le répertoire est de haute volée : encore un titre de Russ Balard "I surrender", "Spotlight Kid" qui est un peu le "Kill the King" de ce nouveau Rainbow (même rythme à 100 à l'heure, même chorus en harmonie guitare/claviers), "No Release", "Can't Happen Here" et le très rock "Freedom Fighter" porté à bout de bras par la frappe athlétique de Rondinelli, on se dit que Blackmore s'est trouvé une seconde jeunesse et que cet album magnifique est une cure de jouvence.
Ah oui comme Ritchie Blackmore reste Ritchie Blackmore il a tout de même fallu qu'il nous assène une reprise du dernier mvt de la 9°symphonie de Beethoven, on préferera croire que c'est un trait d'humour du bonhomme.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2013
difficile d'avouer que je ne n'avais jamais prêté une oreille attentive a l’œuvre du sieur Blackmore avec rainbow>
déjà, son passe avec le pourpre profond ne m'attirait guère (sauf les albums perfect strangers et house of the blue light) et puis un jour, je tombe sur les critiques des albums de l'arc en ciel sur le site music waves>
et je me suis décidé a écouter les albums down to earth, rising et long live rock'n'roll que j'avais rippe chez un ami et la, j'ai tout compris.

et j'ai acheté tous les cds de Rainbow!!!!!! en grand amateur d'AOR et de hard FM, les trois albums enregistres avec Joe Lynn Turner ont de suite eu toute mon attention!

quelle claque! i surrender, spotlight kid, no release!!!! n'en jetez plus!!!je suis fan! un fan qui vient sur le tard mais bon, vaut mieux tard que jamais!!!!

Monsieur Blackmore, chapeau bas et vous rebranchez votre stratocaster pour nous offrir des pépites comme ce difficult to cure et consorts quand vous voulez!
vous n'avez plus rien a prouver mais je ne dois pas être le seul a espérer votre retour vers le hard rock de grande classe comme vous seul avait su porter haut ses couleurs!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2007
Connaissant par coeur toute l'oeuvre de Rainbow,je vous donne mon humble avis:voici le meilleur album de Rainbow,alors que je n'ai jamais été très fan de la voix trop aigüe du chanteur.(celles de Graham Bonnet et Dio étaient nettement plus rock,et plus chaudes,plus viriles je dirais).

De la virtuosité,des influences musicales diverses:musique classique ,orientale ou très rock,une qualité sonore parfaite .

Pour ceux qui connaissent l'anglais,des paroles intéressantes dans certains morceaux .

Bref,une oeuvre énorme pour un groupe qui n'existe plus,et dont Ritchie Blackmore était le génial patron.

Frédéric,41 ans,Grenoble.
11 commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2004
Dio étant parti depuis 3 ans, Graham Bonnet n'ayant pas fait l'affaire, ritchie a donc trouvé un nouveau chanteur en la personne de Joe Lynn Turner et en a profité pour profondement remanié le groupe et le style. adieu Hard médiévalo-baroque, bonjour Hard FM vitaminé (déjà abordé sur le précédent Down to earth 1979). Coup d'éssais , coup de maître. Donc on a faire à quelque chose de foncièrement nouveau, par rapport aux précédentes productions. A retenir le fantastique (I surrender) mais aussi Spolight kids, No release, vielleicht das nachste mal et Difficult to cure (interpretation hard de la 9éme de Beethoven). La grosse différence se situe au niveau de la voix du nouveau chanteur qui s'addapte parfaitement au style Fm de l'album. a l'époque certains fans avaient trouvé le virage trop rude et surtout pas assez Hard, mais avec le recul (23ans) on s'apperçoit que cet opus fait parti des meilleures productions Blackmoriennes. Alors n'hésitez pas....
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 août 2011
Bien qu'il ne figure aucun mauvais album dans la discographie de Rainbow, je trouve que "Difficult to cure" ne fait pas partie des meilleurs.
Ceci dû en grande partie à la deuxième moitié du cd où l'on trouve deux titres bien dispensables ("Freedom fighter", "Midtown tunnel vision"), et une reprise de la neuvième symphonie de Beethoven (pas désagréable) mais qui fait un peu figure elle aussi de remplissage ...
Sans oublier pour le reste, un instrumental (pourtant très bon), et un hit imparable ("I surrender") qui n'est pas de Ritchie Blackmore mais de Russ Ballard, compositeur et interprète extérieur au groupe.
Tout ça pour dire que "Difficult to cure" me laisse un sentiment d'inachevé et de moins inspiré.
De plus les solos sont moins mémorables, exception faite de "Spotlight kid".
Mais je le répète, cet album reste tout de même un bon album, ainsi qu'une oeuvre à posséder pour tout amateur du genre, comme les autres albums de Rainbow d'ailleurs.

Mes titres préférés : "I surrender", "Spotlight kid", "Can't happen here".

Note : 15/20
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2010
La version que j'avais était en 33 tours, achetés en 1983 ou 86......
Donc je me suis dit "il faut le racheter et l'écouter à nouveau" !!!!!

Comme d'habitude, des morceaux a tomber parterre, qui n'ont pas vieillis...
Surement un des meilleurs albums de Ritchie, période Joe Ly Turner.

Donc rachetez le !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2011
Comme moi , tout çà à très mal vieilli ! de plus , une rancœur personnel avec le maître ! je m'explique ...
21 Juin 1981,COLMAR , mon tout premier concert ... Rainbow , tournée ''Difficult to cure'' ; un avant-groupe excellent , j'y reviens plus tard et le Man in Black ...10 minutes de concert ! et un ''F.ck Of Colmar !'' la
raison ? un cageot de tomates jeté sur scène ...alors que les fouilles à l'entrée étaient très strictes à l'époque !
Dix ans plus tard , j'ai fais connaissance , à travers un boulot sur le site même , avec le ''jeteur'' de tomates !!!
500 Francs pour le faire ?!? ; belle somme ! le billet à l'époque valait 30 francs !
Cette histoire est véridique ! le gars en question était chef du personnel de la ''foire aux vins '' pendant très
longtemps et responsable du site pendant les autres concerts ...
Concernant ''Difficult to Cure'' , c'est à partir de ce disque ,( je ne critique pas les compositions ),que je n'arrive plus à m'y faire , à m'y faire à quoi ? AU SON !!!
Ceci n'est pas une vengeance personnel à l'époque j'ai continué à acheter les disques du groupe ), mais concernant le son des années 80 ...Je trouves que , Rainbow en a vraiment souffert !!!
La satisfaction de mon premier concert , était l'avant-groupe , très peu connu à l'époque , qui pendant près d'une heure ont assurés le Show ! un certain DEF LEPPARD !!!
44 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)