undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

18
4,2 sur 5 étoiles
Perfect Strangers
Format: CDModifier
Prix:7,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

13 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 juin 2009
Et voilà, Deep Purple, LE Deep Purple est de retour avec Ian Gillan, Jon Lord, Roger Glover, Ian Paice et bien sûr Ritchie Blackmore. Et cet album, c'est quelque chose ! Les deux gros titres sont Knocking At Your Back Door et l'éponyme Perfect Strangers. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut s'arrêter sur eux, tous les titres ont quelque chose de spécial. Et c'est ce qui fait toute la beauté de l'album. Le son est un peu plus lourd mais la magie du groupe est présente. Perfect Strangers est un album incontournable. Tu aimes Deep Purple, tu aimes Perfect Strangers.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un authentique évènement. C'est ainsi que fut perçu, en 1984, le retour d'un des géants du hard rock des années 70 dans sa formation la plus décisive. Mais est-ce encore bien le même groupe ?
Et la réponse est un franc et fort "non". Parce que s'il reste indéniablement des éléments de ce qui fit de Deep Purple un géant de la décennie précédente, c'est revu et corrigé à l'aulne du son et du style de ces années 80 où l'album parait. Ce qui n'est pas tout à fait illogique quand on considère les divers projets menés par les membres avant la réunion, de Gillan en groupe/solo au Rainbow de Blackmore en passant par Whitesnake ou Gary Moore (les deux derniers pour un Paice déjazzé). C'est donc le line-up de l'ancien Deep Purple pour un nouveau Deep Purple, résurgence indirecte de la légende qui, de 1969 à 1973, participa à définir les bases du hard rock et du heavy metal.
Ceci dit, Perfect Strangers est un monstre d'efficacité avec, en ouverture, le clin d'aeil le plus appuyé au glorieux passé de la formation, Knocking at Your Back Door, avant d'entrer dans le vif du sujet qu'est la redéfinition du son via des compositions joliment troussées où, plus carré et direct qu'il ne le fut dans son premier "run", le Deep Purple Mark II. Under the Gun, Nobody's Home, Mean Streak, Gypsy's Kiss, Hungry Daze tous construits plus ou moins sur le même modèle d'un hard rock parfait pour la voyager, autoroute où riffs et soli (également partagés entre Blackmore et Lord), font pulser la machine. Evidemment, il y a le tube, Perfect Strangers, le plus 80s d'entre tous et une excellente chanson surtout, l'autre highlight de l'album avec la précitée pièce inaugurale. C'est un peu l'arbre qui cache la forêt tout de même, parce que si l'album a indéniablement de la tenue et où rien, fondamentalement, ne déçoit, il peine à retrouver le souffle épique d'hier. Et ce n'est pas la ballade sympathique mais vite oubliée (Wasted Sunsets) qui fera changer cet état de fait, pas plus que le bel instrumental jammé offert en bonus de ce bon remaster, Son of Alerik.
A tout prendre, je préfère The House Of Blue Light, plus bancal souvent mais plus expérimental, plus diversifié, plus perfectible qui, finalement, bénéficie de défauts finalement séduisants, humains. Reste que la machine Perfect Strangers roule bien, a suffisamment de bons moments pour qu'on la recommande aux amateurs du genre qui ne seront pas déçus de la performance. Et puis, c'est le retour de Deep Purple quoi !, un évènement en soi.

Ritchie Blackmore - guitar
Jon Lord - organ, keyboards
Ian Paice - drums
Ian Gillan - vocals
Roger Glover - bass
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 juillet 2012
Perfect Strangers est le premier album qui suit la reformation du groupe en 1984 et donc a considérer comme le début de la deuxiemme période de deep Purple avec tout ces anciens.

Le son a été modernisé pour évolué et ressemblé aux groupes des années 80'. Dès les premières notes de "Knocking at your back door" ont sent que ca va etre du lourd, DP n'est pas de retour pour faire de la figuration avec cette intro imparable et qui reste ancrés dans la mémoire longtemps. On ne peut qu'écouté la suite du disque ou la majorités des titres font mouches a quelques rares exceptions. L'ensemble de album est travaillé et on sent aussi la bonne ambiance retrouvés des menbres (pour peu de temps) par l'inspiration et la qualité de l'oeuvre. Un bonus "Son of Alerik" allonge le CD de 10 minutes de musique instrumental qui ma fois s'accorde assez bien avec le reste de l'album, surtout en cloture du CD.

La pochette est sobre mais si vous voulez un bon Deep Purple hors de la période 70', c'est certainement vers celui-ci qu'il faut aller voir car avec les menbres emblématiques du groupe que sont: Glover; Blackmore; Gillan; Lord et Paice.

Enfin, je rend hommage a Jon Lord "l'homme a l'orgue Hammond" qui vient de nous quitté ce mois-ci et qui ma donné envie d'écrire ces quelques lignes.

Mes titres préféres: Knocking at your back door ; Hungry daze ; Son of alerik.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 septembre 2010
Fan de Deep Purple depuis toujours (j'ai toujours eu un faible pour eux), je n'avais jamais exploré leur période eighties et pour cause : pour moi, DP avait splitté en 1976, point marre... Ce n'est qu'après avoir écouté les nouveaux albums que je me suis repenché dans leur discographie et... surprise! 2 albums avec la Mark II, le DP de la grande époque. Un peu (beaucoup) d'appréhension quand même en voyant l'année de celui-ci (le second me semble moins bon): 1984. Pas spécialement un grand cru en matière de musique, du moins quand on pense que globalement les eighties ont été un grand vide musical (ça n'engage que moi!), en tout cas comparé aux autres décennies. Bref! Dès la première écoute, j'ai senti que quelque chose se passait! Pas du FM, ouf... Les morceaux sont variés et riches effectivement, les sonorités orientalisantes de "Perfect Strangers" rappellent un peu "Kashmir" de Led Zep, sans que le morceau, superbe, ne perde son originalité. Pour ma part, j'ai un coup de coeur, peut-être un peu surprenant, pour le dernier morceau "Son of Alerik", qui apparemment à l'époque ne figurait que sur la face B du 45T! 10 minutes d'un instrumental magnifique, dominé bien sûr par l'incomparable jeu tout en nostalgie lancinante de ce sacré Blackmore - Lord est un peu plus en retrait cette fois. Décidément, je suis accro au son unique que sa guitare produit... L'instrumental "A 200" était monstrueux lui aussi, en cette année 1974 Blackmore et Lord joutaient sec...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Quand en 1984 DEEP PURPLE revient dans sa formation la plus glorieuse (Gillan, Blackmore, Paice, Glover, Lord), les angoisses sont à la hauteur des espoirs. Certes, le groupe fait figure de co-fondateur du genre dans les années 70. Mais entre temps, le Hard Rock s'est radicalisé, a muté, de jeunes formations ambitieuses tiennent le haut du pavé.
"Perfect Strangers" constitue un retour discographique crédible, à défaut d'égaler des monuments comme" In Rock" ou "Machine Head", avec lesquels il ne peut prétendre rivaliser en termes de frénésie et d'innovation. Les compositions sont solides, voire excellentes ("Knockin' At Your Back Door", "Perfect Strangers"), même si on trouve beaucoup d'analogies avec le répertoire passé de DEEP PURPLE mais aussi de RAINBOW (dernière formule).
Alain Lavanne
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 novembre 2007
1984, revoilà les dinosaures du hard. On aurait pu craindre ce retour inopiné. Et bien non !!! C'est heavy, punchy, avec une sonorité plus metal. Ritchie Blackmore assène toujours des riffs splendides. Ian Gillian a un peu vieillit, mais la voix est toujours là. Un bien bon album de hard, comme on en fait plus. Retour très réussi !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 14 décembre 2014
En 1984 eut lieu un événement qui ébranla le monde du rock jusque dans sa sève : le Deep Purple de la grande époque allait se reformer ! Celle de MACHINE HEAD, de IN ROCK… Peu de reformations créèrent autant de remous que celle des géants pourpres, c’est rien de le dire, et le succès de celle-ci fût - comme prévu - énorme. Mais si la tournée était un triomphe annoncé, il fallait bien faire un album qui allait avec et qui soit crédible… C’est la raison d’exister de ce PERFECT STRANGERS, qui ne rempli qu’à demi son cahier des charges.
Évitant par bonheur l’écueil du hard FM, Deep Purple revient ici avec de vrais bons morceaux, mais auxquels il manque un petit quelque chose, comme une force absente, une carrosserie rutilante sans son moteur. Ian Paice, en particulier, est assez pataud sur cet album, se contentant la plupart du temps de marquer le rythme de base. Où sont passés les breaks infernaux, les ruptures à la hache, les saccades appuyées ? Le plus en forme ici reste Ritchie Blackmore, qui poursuit ici ses travaux entamés avec Rainbow et sauve le disque (avec Roger Glover) par sa vélocité usuelle (HUNGRY DAZE, UNDER THE GUN), pondant au passage un riff qui a rejoint depuis le rang des classiques (PERFECT STRANGERS). La joie des retrouvailles fût donc sauve, mais de peu.
Tops : PERFECT STRANGERS, KNOCKIN’AT YOUR BACK DOOR, HUNGRY DAZE, UNDER THE GUN, WASTED
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 mars 2014
Excellent "Purple" avec le line-up d'origine, en plus. Puisque tout est d'un excellent niveau (solos, rythmiques, voix hallucinante de Ian Gillan…) que dire de négatif? La production, caisse claire trop en avant, très courant pour sonner "heighties" l'album étant de 1984. Au niveau dynamique sonore, préférer sans doute le vinyle ou bien trouver un remastering digne de cet opus. 18/20.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
A sa sortie, cet album m'a mis une petite baffe. Rien que le titre d'ouverture (l'excellent "Knocking at your back door)... Mais aussi les "Perfect strangers", "Hungry daze", "Under the gun"...
Aujourd'hui, je ne trouve pas qu'il ait spécialement bien vieilli; mais il reste un fort bon album, à recommander sans problème
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
"Perfect strangers" est un bon album mais comporte quelques titres en dessous à mon sens.
En effet, on ne peut rester qu'admiratif devant l'imparable titre d'ouverture "Knocking at your back door", puissant et mélodique et - bonne surprise - Ritchie Blackmore semble complètement impliqué de par ses interventions incisives.
Le second titre "Under the gun" déboule pourtant sans ralentissement et confirme l'excellente forme de l'homme en noir, mais me laisse un plus froid.
"Nobody's home" démarre avec une brève intro du regretté Jon Lord qui me rappelle au passage celle de "Tarot woman", mais le reste hélas n'a rien à voir, car ce titre est vraiment passe partout avec un refrain que j'ai dû mal à apprécier.
"Meanstreak" relève le niveau sans toutefois atteindre celui du début du disque.
On redémarre avec le morceau titre, qui est un classique de l'album et de Deep Purple tout court. Son intro à l'orgue est dans toutes les mémoires, et ne parlons pas du riff lourd qui suit, pour aboutir à un refrain de toute beauté. Grande réussite.
"A gypsy's kiss" débute sur la basse de Roger Glover, et bien que le riff principal fasse un poil daté, ce morceau est un de mes favori de l'album. Qui plus est, réhaussé d'un solo magique et inoubliable de Ritchie Blackmore.
"Wasted sunset" est une ballade, assez réussie mais pas essentielle.
"Hungry daze" termine (le pressage original ne comportant que huit titres), et me laisse une impression moyenne comme les autres quelques titres en deçà.
Bonne idée, par conséquent, d'avoir rajouter deux titres inédits dans cette édition.
"Not responsible" étant lui de très bonne facture, "Son of Alerik" est un instrumental de dix minutes plutôt agréable ou se relie orgue et guitare.
Bon album donc pour ce retour de Deep Purple sous sa forme classique, mais trop inégal pour en faire un must.

Mes titres préférés : "Perfect strangers", "A gypsy's kiss", "Knocking at your back door".

Note : 14.5/20
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Machine Head
Machine Head de Deep Purple (CD - 2011)

Slaves & Masters
Slaves & Masters de Deep Purple (CD - 2013)

Purpendicular
Purpendicular de Deep Purple (CD - 1996)