undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

4
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

12 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 juillet 2003
Pas de mots assez forts pour décrire ce chef-d'oeuvre. Pavement est un ensemble complexe d'éléments géniaux cachés derrière une nonchalance charismatique. La voix de Stephen Malkmus, parfois à la limite du parlé, en est indissociable. Une richesse et une originalités immenses pour des chansons de tous les styles, non seulement au sein de cet album, mais également d'un album à l'autre. Et le charme de tous les petits bruits et samples bizarres scotchés même sur les mélodies les plus pures. Je considère cet album comme le dernier de la première des deux grandes périodes de Pavement, avant qu'ils ne s'assagissent un petit peu avec des CD un peu plus léchés (mais toujours excellents).Absolument mythique, pas facile d'approche pour les nouveaux venus, mais inégalable! Pour un aperçu rapide de tout le talent du groupe, écoutez par exemple "Rattled by the rush", "Grounded", "Father to a sister of thought" et "AT & T".
Et, pour les fans de Pavement, écoutez les (hélas déjà séparés!) Hefner (attention il y a 2 groupes nommés Hefner, je parle ici des Anglais!).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 décembre 2007
Il y a de tout pour être heureux dans ce disque. Vraiment. Rarement un tel bric-à-brac dans le domaine du rock n'aura donné un résultat aussi satisfaisant que Wowee Zowee.
A l'intérieur de cette galette fourmillant d'idées foutraques, c'est bien simple: ça part dans tous les sens, à tous les moments, et la plupart du temps, c'est totalement imprévisible ! Si bien qu'on finit par attendre avec ferveur à quel moment le morceau va basculer.
Musicalement, les titres sont ultra-variés : on commencera par une superbe ballade acoustique (We Dance) assez inhabituelle dans leur répertoire, avant d'écouter un hit bordélique en puissance (Rattled by The Rush) et attaquer une multitude de morceaux vacillant entre furie et oisiveté, cynisme et indulgence totale, franche rigolade et sourire narquois, douceur pop ou fracas punk, dépassant de loin les formats conventionnels du rock. En somme, une vraie quincaillerie : on y trouve de tout, et on trouve tout plutôt cool.
Groupe de rock indé au statut de cultissime parmi le culte, et au registre indéfinissable, Pavement a aussi inventé avec brio cette célèbre coolitude rock : cette attitude de cancre génial, toujours assis au dernier rang de la classe, aux idées instinctives et sans prétention, loin des calculs habiles et intéressés, et finalement aussi effrayés par la réussite que par l'échec. Cinq traîne-semelles formant une sorte de bastion de résistance face aux flots des modes et aux ascensions conventionnelles dans le domaine du rock.
Bien sûr, tout au long des disques de Pavement, et encore plus sur Wowee Zowee, on a cette impression que le groupe ne cesse de saboter volontairement ses mélodies, de maltraîter ses morceaux comme personne n'oserait le faire (Best Friends Arm, par exemple). Pourtant, on ne peut au final que saluer la performance de songwriting du génial Stephen Malkmus qui signe ici quelques-unes des meilleures chansons du groupe (Grounded, Father to a Sister of Thought, Grave Architecture), qui n'atteindront jamais les hits-parades, mais dont l'auteur s'en fout plutôt pas mal, comme il le prévoyait déjà en 1992, dans « Here » : « I was dressed for success, but success it never comes, and I'm the only one who laughs... ».
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 avril 2012
Je ne me rappelle plus exactement quand j'ai découvert cet album, peut être en 2002 ou 2003, et c'était déjà une grande claque : quelle inventivité, quelle classe et en même temps quelle insolence. Et une richesse qui continue à m'émerveiller à chaque écoute. Génial !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 décembre 2010
Un album inventif, foissonant et varié. Des mélodies recherchées, travaillées accompagnées par l'un des meilleurs chanteurs de rock indé. Wowee Zowee est un album indispensable et culte. Il ravira les déçus de l'après Pixies, les amateurs de Sonic Youth et toutes les personnes recherchant de l'excellent rock élégant et sortant de l'ordinaire. Stephen Malkmus est un formidable song writter.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Wowee Zowee
Wowee Zowee de Pavement (CD - 2006)