undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles18
3,9 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:17,56 €+ 2,49 € expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 février 2004
Lorsque arrive dans les bacs des disquaires en 1969 l’album que nous connaissons sous le titre* de « Space Oddity », David Bowie a 22 ans et déjà cinq années de métier. Mais s’il s’est créé un nom (il a changé « Jones » en « Bowie » en 1966) il ne s’en est pas encore fait un auprès de la critique et surtout du grand public.
Cet enregistrement (qui est le deuxième** de Bowie) est donc important dans sa carrière à deux titres :
D’abord avec le morceau « Space Oddity » qui ouvre le CD, Bowie connaît là son premier grand succès et, « petit coup de pouce » d’importance, la chanson est utilisée en Angleterre comme générique aux émissions T.V. consacrées à l’alunissage d’ Apollo XI ;
Ensuite avec son disque Bowie s’affirme en tant qu’auteur dont l’univers oscille entre fiction—voire S.F. (« Space Oddity », « Wild-Eyed Boy…», An Occasionnal Dream ») et expériences vécues (« Letter To Hermione », « Memory Of…»), entre mythologies personnelles (« Cygnet Commitee ») et influences majeures (« Unwashed And… » très dylanesque).
Si les arrangements et la tonalités des morceaux différent selon les ambiances imposées par les sujets (blues rock pour « Unwashed and… », ballade folk pour « Letter To… », psyché pour « Space Oddity » et « Memory Of… »), l’instrument se distinguant le plus est la guitare sèche ; d’ailleurs les démos originales*** ont été enregistrées à deux guitares (Bowie jouant avec son ami Hutch). Quant à la voix de Bowie, elle se place souvent dans les médiums, flirtant tout de même de temps en temps avec les hautes : le maniérisme dandy à la « Ziggy » n’existe pas encore.
Bowie ne joue pas encore dans la provocation et ses textes sont sensibles et touchants, parfois naïfs dans le sens noble du terme, « Letter To Hermione » en étant le parfait exemple ; il s’agit de la plus belle chanson d’amour écrite par lui où il met à nu son désespoir amoureux derrière un mince voile de poésie réaliste en décrivant avec justesse les moindres soupirs de tristesse de l’amant délaissé.
Les années d’ effort et de galères commence à payer avec « Space Oddity » mais David Bowie ne va pas s’arrêter en si bon chemin ; la célébrité ne se gagne pas, elle s’achète : mais à quel prix ? Le prochain album de Bowie sort l’année d’après, en 1970. Son titre ? « The Man Who Sold The World ».
Le Coin du Collector :
*cet album est paru à l’origine sous trois titres et pochettes différentes : « David Bowie » (chez Philips en Angleterre, 69), « Man Of Words/Man Of Music » (chez Mercury aux USA, 69) puis « Space Oddity » (chez RCA pour l’international en 1972).
**Le premier album de David Bowie est paru en 1967 sous un titre éponyme sur le label Decca/Deram.
***Trois chansons figurants sur la démo originale ne sont jamais sorties : « Lover To The Dawn », « Life Is A Circus » et «Love Song ». On peut trouver la version « originelle » de « Space Oddity » sur les compilations suivantes : « London Boy » (version longue non remasterisée) et « The Deram Anthology 66-68 » (version courte mais remasterisée ).
11 commentaire|45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Bowie n'est plus ce dandy kinksien, walkerien et surtout profondément anglais d'un éponyme au retentissement commercial exactement opposé aux ambitions de son auteur.
Et donc, scratch that, Bowie décide de fondamentalement revoir sa copie et, comme de bien entendu, de coller au plus près au psychédélisme baba florissant de l'époque quitte à carrément lorgner vers Donovan, absolu champion du genre. L'idée, pas mauvaise au demeurant, permet à la jeune pousse de tester son écriture dans un nouveau registre s'aguerrissant encore un peu plus à l'art de la chansonnette où il a déjà de belles aptitudes. Et puis, surtout, ça lui offre son premier tube, un truc un peu "novelty" sur les bords puisque, le thè.me allant bien, le management et la maison de disque de l'ex-Mister Jones décident de le proposer pour qu'il coïncide au plus près avec la fièvre spatiale de l'alunissage originel, comme en plus c'est une bonne chanson, une excellente chanson même qui tient encore la route aujourd'hui, on n'ira pas se plaindre d'un carriérisme intelligent qui a, de toute manière, toujours été la marque du sieur Bowie.
Hélas, la suite de l'œuvre est loin d'être aussi convaincante : Le rock psyché à la Grateful Dead de Unwashed and Somewhat Slightly Dazed n'est pas désagréable mais un peu trop fouilli et brouillon pour vraiment marquer (malgré la belle performance guitaristique de Tim Renwick), Letter to Hermione, pour sa petite amie d'alors, c'est pas mignon ça ?, est, justement mignonne tout plein mais marche trop sur les plates-bandes du précité Donovan, comme An Occasional Dream un peu plus tard, et ne marque pas suffisamment mélodiquement pour qu'on en fasse grand cas, mais c'est charmant, c'est sûr. Signet Committee, où l'influence tend plus vers les beat-epics de Dylan, est bien fichue mais un peu trop longuette pour ne pas lasser et perdre un peu l'auditeur. Janine, qui aurait facilement être de son opus de 67, est une jolie kinkserie électroacoustique certes un poil dérivative mais satisfaisante. Après un ultime numéro "à la", une chanson orchestrale quelque part entre les Beatles et Scott Walker (Wild Eyed Boy from Freecloud), on tombe, enfin !, sur les deux autres raison de vraiment s'enthousiasmer pour ce Space Oddity mi-figue mi-raisin, avec d'abord une folk-rockerie qui annonce The Man Who Sold the World et Hunky Dory (God Knows I'm Good) et, surtout, l'épique et trippant Memory of a Free Festival qui, assurément, sent fortement le patchouli et la cigarette qui fait rire mais est si impeccablement mené, final en chœur compris, qu'on aurait mauvaise grâce à tenter d'y résister.
Déjà produit par Tony Visconti (boucle hélas bouclée aujourd'hui), pas encore tout à fait mûr mais montrant une personnalité s'affirmant, Space Oddity n'est assurément pas un essentiel du catalogue de David Bowie, il n'en demeure pas moins, absolument de son époque qu'il est, un agréable témoignage d'un temps que les moins de (wow !) 60 ans, etc. Accessoire mais recommandé tout de même, donc.

1. Space Oddity 5:16
2. Unwashed and Somewhat Slightly Dazed 6:12
3. (Don't Sit Down) 0:42
4. Letter to Hermione 2:36
5. Cygnet Committee 9:35
6. Janine 3:25
7. An Occasional Dream 3:01
8. Wild Eyed Boy from Freecloud 4:52
9. God Knows I'm Good 3:21
10. Memory of a Free Festival 7:09

David Bowie – vocals, 12-string guitar, acoustic guitar, Stylophone, organ, kalimba
Rick Wakeman – mellotron, electric harpsichord, keyboards
Terry Cox – drums
Tim Renwick – electric guitar
Keith Christmas – acoustic guitar
Mick Wayne – guitar
Tony Visconti – bass guitar, flute, recorder
Herbie Flowers – bass guitar
Benny Marshall and friends – harmonica
Paul Buckmaster – cello

3,5/5
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mai 2015
J'aime j'adore je raffole ! cet album est une plongée dans mon adolescence !
Album magnifique, le cultissime "space oddity" et puis "Cygnet commettee" sublime ! tous les titres sont excellents !
Pour les fans il est incontournable et pour les autres aussi !!!!
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 avril 2008
Tout a deja été dit sur cet album de Bowie qui est celui de l'explosion et du succès. rappelons que 'space oddity' ne signifie pas 'Odyssée de l'espace' mais 'curiosité de l'espace'.
22 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2015
Un vrai trésor ! Emblèmatique morceau qui révéla David Bowie au grand public. Et ensuite tout arriva dans la bowiemania pour nous combler de ses musiques extraordinaires et envoutantes.. Nous ne le lâcherons jamais.
Alors bien sur que rééditer sur vinyl ces immenses titres ne peut que nous combler.
Graphisme très réussi.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2014
Pour tout dire je suis né en 1961, donc Bowie, je devrais connaitre par cœur, et bien non, je l'ai stupidement boudé pendant 40 ans, parce que j'avais cru discerner un brin de snobisme chez ceux de mes contemporains qui se gargarisaient de lui. Et j'ai stupidement perdu 40 ans de plaisir à m'enivrer de ses mélodies, de sa voix, de son génie... pffff... Dons, je regardais voici 3 semaines, "la vie rêvée de Walter MITY", excellent film qui utilise avec justesse le titre "space oddity" lors d'une des scènes les plus fortes du film. J'ai voulu acheter ce titre et j'ai découvert un disque de 9 titres (10 en fait, mais 9 plus justement, enfin vous verrez) dont au moins 5 sont de merveilleuses pépites, la 5ème chanson notamment est à elle seule un monument, dès la troisième écoute on en est accro... Quant à "space oddity"... quel talent... Bon je vous laisse, j'ai 40 ans d'écoute à rattraper.
33 commentaires|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2014
Plein de nostalgie m'a envahie.Très bon album.Fan de Bowie sa musique me transporte a l'époque ou je l'ai vu en concert.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2016
Je n'ai pas encore écouté sur lecteur vynil. Collector mais un peu sheap, le prix justifie la finition, ça reste un produit pour fan et donc très jouissif de le recevoir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mars 2016
Très belle surprise : ce 45T est un bel objet artistique.
Pochette transparente, à la place de la galette noire, tout est gravé sur le disque.
Collector !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2016
Magnifique titre de Bowie sur un support de grande qualité esthétique!!
je recommandes ce 45t à tous les fans de ce classique <3
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,99 €