undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

  • Heroes
  • Commentaires client

Commentaires client

19
4,5 sur 5 étoiles
Heroes
Format: CDModifier
Prix:9,98 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

13 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 octobre 2005
En cette année 1977, Bowie ne cesse d'innover en compagnie de Brian eno et Tony Visconti en tant que producteur (qu'il a retrouvé dernièrement "Heathen" & "Reality"), marquant ainsi un grand tournant de sa carrière. C'est la période berlinoise marqué par 3 albums "Low", "Heroes" et "Lodger". Les titres phares sont bien sûr "Heroes" (version longue franco-anglaise) dont on ne se lasse pas... Mais aussi, "Joe the lion", "Beauty and the beast" et "V-2 Schneider" ou Bowie n'hésite pas à déformer sa voix, et des morceaux plus ambient "Sense of doubt", "Mose garden" et "Neuklön". A écouter et réécouter !
[...]
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 22 février 2014
S’il y a un album qui mérite l’étiquette de rock progressif, c’est bien celui-ci. En effet, sur la base de suites d’accords plus tordues que jamais, renforcées dans leur dissonance par la guitare lead de Robert Fripp (de King Crimson, qui enregistra ses parties en une seule journée !), Bowie ballade d’une voix plus égarée que jamais ses mélodies malades (JOE THE LION) dans une suite de morceaux hallucinants de bizarrerie (BLACKOUT), parsemés de quelques éclairs mélodiques abordables, néanmoins non domptés facilement (SONS OF THE SILENT AGE). Plus efficace dans sa version single, avec son histoire d’amour au pied du mur et sa structure sur trois accords majeurs simples (Ré, Do, Sol), le morceau « HEROES » deviendra l’un des plus gros classiques du catalogue Bowie, notre homme atteignant ici le tube parfait : facile d’accès et innovateur. Un hymne.
Encore plus expérimentale, la deuxième face propose quatre instrumentaux irréels, à la fraîcheur véloce (V-2 SCHNEIDER), volontiers orientés sur la musique japonaise (MOSS GARDEN), se délayant dans des claviers à la lenteur inquiétante (SENSE OF DOUBT) et reliés par un même souffle de créativité. L’album se clôturant dans la festivité déviante avec le dansant et suave SECRET LIFE OF ARABIA. Un disque gonflé et courageux... Héroïque, quoi.
Tops : « HEROES », BEAUTY AND THE BEAST, V-2 SCHNEIDER, SONS OF THE SILENT AGE, JOE THE LION
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 octobre 2009
Une autre collaboration incroyable dans le parcours de Bowie. L'album résonne magique tant la production et l'ecriture y sont remarquables. La sortie de ce disque restera un grand souvenir comme certains films qui marquent pour longtemps. Le travail d'Eno y est magnifique et les plages instrumentales epoustouflantes tant sur le plan des arrangements que du mixage...Tout cela est personnel bien sûr...c'est un univers magnifique dans lequel on entre ici....ou pas...:-).Bonne écoute.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce disque a trente ans. Et n''a pas vieilli. Un cas quasi-unique pour une œuvre qualifiée d''avant-gardiste à sa sortie et qui quelques années plus tard aurait logiquement dû se trouver dépassée par celles qu''elle avait inspirées.
« Heroes » correspond au zénith créatif de Bowie. En deux ans, il va publier trois disques studio (« Low », « Heroes », « Lodger »), un disque-conte pour enfants (« Peter and the Wolf »), réaliser une série de concerts qui donneront un live (« Stage »), produire deux disques d''Iggy Pop (les fabuleux « Lust for life » et « The Idiot »), et jouer des claviers sur une tournée de l''Iguane.
« Heroes » est l''œuvre centrale, à tous points de vue, de ce que l''on a coutume d''appeler la trilogie berlinoise (car enregistrée essentiellement au studio Hansa de Berlin), fruit de la collaboration de Bowie et de Brian Eno. Au passage, il est curieux de noter que deux des ...' héros du glam-rock (soit du rock''n''roll basique est des paillettes), aient contribué à définir et créer son antithèse (l''ambient, la cold-wave).
« Heroes » est souvent considéré comme le meilleur disque de Bowie (ça peut se discuter ..' perso, c''est « Ziggy Stardust »). Moins hermétique que « Low », moins « facile » que « Lodger », il était composé (en 33 T) d''une face de chansons (notamment la chanson-titre, une des trois ou quatre meilleures de Bowie, dont, au gré des rééditions, on peut trouver une sublime version en français) et d''une face beaucoup plus instrumentale et « climatique ».
Souvent présenté comme une collaboration Bowie-Eno (et sans minimiser le rôle du futur producteur des Talking Heads et de U2), « Heroes » est en fait produit par le fidèle complice Tony Visconti, joué par les complices habituels (Alomar, Davis, Murray) auxquels s'ajoute le fabuleux guitariste de King Crimson Robert Fripp.
Un disque exceptionnel et inusable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 novembre 2000
Un disque fortement empreint de l'influence de Brian Eno et Robert Fripp, qui apprécient utiliser de grandes nappes de synthé et des sons perfectionnés. Le jeu de guitare est subtile et la voix de Bowie et très précise. C'est un album de beauté sans artifice, un peu froid diront certains, je préférerais dire juste.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Excellent album. Quelle claque ! Album culte de la trilogie berlinoise. On y retrouve tous les ingrédients et des ambiances d'une froideur glaciale. A recommander.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 23 janvier 2011
Ce qu'il y a d'assez incroyable avec D. BOWIE, c'est cette étonnante facilité à se démarquer des autres tout en gardant un succès populaire. En 1977, le punk surgissait outre-manche avec une ascension aussi soudaine que courte! Les groupes ou chanteurs plus "traditionnels" se voyaient relégués au second rang! Seuls quelques artistes avaient "grâce" aux yeux de ces "guitaristes aux deux accords"! BOWIE en faisait partie!
A l'opposé total du courant actuel (en 77!), le caméléon des temps modernes nous a sorti le plus glacial des ses albums jusqu'alors. Pourtant les premiers titres ne le laissaient pas forcément présager. "Beauty and the beast" et "Joe the lion" sont toutes deux assez entrainantes mais c'est à partir du troisième titre "Heroes" (#24 GB, Oct.77), single imparable au refrain répétitif et entêtant que les choses s'assombrissent! Mais c'est surtout les quatres titres "V-2 schneider", "Sense of doubt", "Moss garden" et "Neuköln" à l'atmosphère, sombre, étouffante pour ne pas dire glaciale qui donne à cet album son côté froid et avant-gardiste. "Heroes" se finit malgré tout sur note plus légère avec "The secret life of arabia" histoire de redétendre nos angoisses!
Loin d'être son 33T (hé oui, à l'époque!) le plus commercial, "Heroes" aura pourtant une influence majeur pour toute une partie de la scène anglaise naissante (GARY NUMAN, VISAGE, JAPAN,...)
7,5/10*
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Volet le plus dansant de la trilogie dite berlinoise, cet album de David Bowie énerve certains, en éblouit d'autres et montre avant tout que l'artiste anglais avait une fois de plus élargi les frontières de la musique rock, à une époque où des expériences diverses autour de l'électronique faisaient surface.

'Beauty And The Beast' commence comme du David Bowie pop, dansant avec une grosse atmosphère électronique, limite robotique.

'Joe The Lion' confirme cette ambiance que 'Heroes' appuiera comme le gros tube de l'album. 'Sons Of The Silent Age' clot cette phase en beauté et en émotion.

'Blackout' nous amène dans les tréfonds de l'électronique, encore dansant, pour nous préparer à ce qui va suivre, 'V-2 Schneider' planant, 'Sense Of Doubt' , 'Moss Garden' et 'Neukoln' encore plus eloignés de la pop à laquelle il nous habituait, un style 'ambient' avant l'heure, limite musique de film de science fiction. 'The Secret Life Of Arabia' termine l'album sur une note dansante, décalée, limite cliché. David Bowie ne s'est pas vraiment pris au sérieux et a pourtant innové, aidé en cela de Brian Eno, expérimentateur fou.

Aujourd'hui, cet album sonne encore original et c'est cela qui lui donne les cinq étoiles. Imparfait, danse + électro + ambient, c'est un excellent album pour soirée costumée 2110 ou Buck Rogers.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 décembre 2008
Voici un album déroutant de Bowie, avec des morceaux expérimentaux mais avec surtout, le titre "Heroes" qui justifie à lui seul l'achat de cet opus;: il est tout simplement génialissime. Le reste est réservé aux fans et à ceux qui apprécient Kraftwerk. C'est pas mauvais mais c'est assez hermétique et on a fait mieux depuis.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 juillet 2013
Cet album qui se place au milieu de la trilogie berlinoise de Bowie m'a réellement plu. Il m'a fait découvrir cet artiste qui dirige ses chansons entraînantes avec des combinaisons d'instruments audacieuses.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Scary Monsters
Scary Monsters de David Bowie (CD - 1999)


Station To Station
Station To Station de David Bowie (CD - 1999)