Commentaires en ligne 


51 évaluations
5 étoiles:
 (42)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


39 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur!
Avec une discographie comme celle des Stones, difficile parfois de faire son choix selon l'humeur du jour ou l'envie de la nuit. Pourtant, malgré "Fingers", "Banquet" et "Bleed", le meilleur album de la bande à Elmo Lewis (RIP) restera à jamais pour moi "Exile on Main Street". Et le plus étonnant, c'est que ce disque ne comporte que deux...
Publié le 3 octobre 2006 par Jean Bal

versus
Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 rolling déception
j ai 15 blu ray audio et ce super disque des stones a le plus mauvais son le cd est meilleur .déception
Publié il y a 5 mois par Gouel Sylvie


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur , tout simplement ..... Après "After maths" ..., 17 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile on Main Street (CD)
Pas la peine de tourner autour du pot , de disséquer , bla bla bla , ce disque est le point culminant des Stones . TOUT y est bon, ils ne feront plus jamais mieux ...
Versons une larme pour Mick Taylor, le meilleur guitariste que les Stones ont jamais eu,( Pour ma part , Ron machin n'a jamais été un R.S. ), qui porte le disque de bout en bout ...
La réussite de ce disque tient peut être à son mixage ... ?
J'ai le vinyl depuis 30 ans et j'attends de voir si cette re-masterisation est à la hauteur , car , il faut le dire , les précédentes , c'était de la daube ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre dans le chaos total., 23 janvier 2010
Par 
JEAN-CLAUDE "les années rock 60/70" (france) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile On Main Street (CD)
Exile on Main Street sort en 1972. Les Stones ont fui l'Angleterre pour des raisons fiscales pour s'installer près de Nice afin de préparer leur nouvel album. Durant l'enregistrement d'Exile On main Street, à Villefranche-Sur-Mer où Keith Richards et Anita Pallenberg ont loué une villa, la villa Nellcôte, il s'en est passé des vertes et des pas mûres, comme on dit. C'était l'époque où les Stones s'adonnaient à tous les plaisirs orgiaques du sexe, ingurgitaient tout ce qui leur passait par la main tant en alcools qu'en produits euphorisants, dépensant sans compter pour alimenter en came le défilé permanent qui zonait dans la villa, invités ou pas, amis, musiciens à demeure, managers, célébrités locales, fans, photographes, parasites et dealers. A ce petit jeu, Richards notamment, complètement accro à l'héro, ne savait plus très bien où il en était (2500 dollars par semaine lâchés pour les paradis artificiels !). C'était sexe and drogue and rock & roll. Tout cela sous l'aeil répressif de la police française qui épiait les moindres faits et gestes de ce groupe considéré comme « à problème ». Les plaintes fusaient de partout, les membres n'arrivaient pas à enregistrer ensemble dans ce studio monté à la hâte dans les caves humides de la splendide villa du sud de la France. Bill Wyman était à St Paul de Vence, Mick Taylor louait à Grasse, Jagger à la Bastide Du Roy. Les répétitions, quand elles avaient lieu, tiraient en longueur, pendant que Jagger et Richards se bouffaient le nez. C'était le chaos total. Charlie Watts, pourtant installé à 3 heures de route (dans les Cévennes) était toujours prêt à travailler. Pour les autres... Enregistrer leur dixième album dans de telles conditions, relevait donc de l'exploit. Inutile de dire que le rendu de ce disque a été sublime. Exile On Main Street, qui explore les facettes du rock, du blues, du soul et du gospel, est un des très grands (si ce n'est le plus grand) albums des Stones, l'apogée d'une période, diront certains. D'une période qui aura démarré avec le monumental Beggar's Banquet en 1968. Dans Exile On Main Street, les reines, ce sont les guitares de Richards (comme quoi...) et de Mick Taylor. La voix de Jagger est fondue dans le mix. Aucun titre ne se dégage vraiment de cet album compact qui a connu un grand succès commercial (mais pas tout de suite car la critique l'a accueilli de façon mitigée). Mais c'est un disque hors norme que le temps a encore bonifié, ce qui ne gâche rien. Exile On main Street est leur dernier coup de génie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Effarant!!!, 19 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile on Main Street (CD)
Et voilà,après Hendrix et tant d'autres les Stones s'en mèlent. Exile est un chef d'oeuvre, aucun doute là-dessus et mon préféré après Sticky Fingers. Exile je l'apprends à personnne, c'est le blues, le rock, un zeste de country et du gospel. Pour gagner du fric encore plus vu la chute des ventes CD et du reste, ben on sort les vieux bouts enregistrés dans les mêmes sessions et hop, on met ça en vitrine et ça se vend comme nouveauté ( il y a des enseignes qui les présentent comme ça); si ces 7 morceaux en bonus 2010 ne figurent pas sur l'album d'origine c'est pour une simple raison: ILS SONT MAUVAIS!...Ce qui est bizarre en plus, c'est que ces morceaux n'ont pas le même son " Exile" mais semblent venir de... je ne sais pas. Enfin , je les ai écoutés et franchement, c'est pas vraiment du bon Stones; c'est disons passe partout. Cela gache complétement le talent, pour ne pas dire le génie de cet album mythique; ce soir , j'ai le blues et je vais réécouter le vrai Exile. Les stones, ça sent le sapin!
Nota: F Zappa avait l'habitude d'enregistrer tout ce qu'il jouait, en studio comme en concert. Il ya de quoi sortir 50 albums au minimun.Je sens qu'on va écouter de ces rognes dans quelques temps....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 adieu le fisc, bonjour la gloire, 12 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile On Main Street (CD)
Après sticky fingers, les roling stones se font arnaquer par un vilain manager qui s'apporpie les droits de leurs morceaux avant 1971. Fauché, fuyant le fisc, le groupe s'exile chez Keith Richards à Villefrance. Sur cette folle Cote d'Azur, au milieu des drogues et des convives les stones enregistent Exile on Main St. Ils y enchainent des trésors de grande fortune à jamais imposés à tous entre gospel (shine a light), soul (let it loose) et country (sweet virginia).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Evaluation du produit, 23 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile On Main Street (CD)
L'article est conforme à l'annonce et je l'ai reçu dans les temps avec un pli soigné.
je suis très satisfait de mon achat
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Sans doute le meilleur !, 31 décembre 2008
Par 
Martinez Benoit (nice france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile On Main Street (CD)
Groupe mytic, mon préféré je pense il ont fait ce cd dans une maison a villefranche sur mer a coté de Nice dans une villa qui s'appelle la Nelcot (environ a 2 km de chez moi, eh oui !), dans ce cd les stones ont atteint un niveau de creativité ahurissant, 18 chansons, toutes enormes ce cd a je trouve un son plus vintage que les autres. Enfin bref si vous connaissait deja ce cd vous savais de quoi je parle, sinon jeter vous dessus comme des ouf !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le meilleur disque des stones, 13 octobre 2001
Par 
lucrollsto (bruxelles -belgique) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile On Main Street (CD)
a mon avis, bien entendu, le meilleur des stones
du bon vieux blues, et une rythmique inégalée
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 exile on main street, 14 mai 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile on Main Street (Deluxe Edition Digipack) (CD)
Tracklisting
CD 1
1. Rocks Off
2. Rip This Joint
3. Shake Your Hips
4. Casino Boogie
5. Tumbling Dice
6. Sweet Virginia
7. Torn And Frayed
8. Sweet Black Angel
9. Loving Cup
10. Happy
11. Turd On The Run
12. Ventilator Blues 13. I Just Want To See His Face
14. Let It Loose
15. All Down The Line
16.Stop Breaking Down
17. Shine A Light
18. Soul Survivor

CD 2 (titres inédits)
1. Loving Cup Alternate Take
2. Pass The Wine (Sophia Loren)
3. I'm Not Signifying
4. Dancing In The Light
5. So Divine (Aladdin Story)
6. Soul Survivor Alternate Take
7. Following The River
8 .Plundered My Soul
9. Good Time Women Alternate Take (Tumbling Dice)
10. Title 5
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 MARRE ! MARRE ! MARRE !, 1 avril 2009
Par 
Luc B. - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile On Main Street (CD)
A l'instar de quelques autres collègues commentateurs, je verse aujourd'hui, et pour la première fois, dans le coup de gueule ! Personne n'est contraint d'acheter de la médiocrité au kilo, mais la tentation est grande lorsque les rayons des disquaires se remplissent de telles productions navrantes. Dans le cas qui nous intéresse, cela frise l'escroquerie, et l'on serait en droit, batte à la main, d'en venir à des actes violents pour faire cesser ce terrorisme idéologique.

Le disque qui nous occupe aujourd'hui, enfile les titres plus ennuyeux et bâclés qui soient, où la vulgarité des thèmes évoqués, n'a d'égal que l'approximation de l'interprétation. « Ventilator blues » ! Et pourquoi pas « Yaourtière boogie » ! La production est sale, genre on donne dans le rustique, on n'a pas les moyens de louer de bons amplis. Ces gars là nous brouillent l'écoute, et on rêve d'une panne de micro. Les ostrogots qui composent ce groupe, crée de toute pièce par la maison de disque pour leur look délabré (au moins chez Tokyo Hôtel, il y avait une certaine recherche vestimentaire) sont issus de milieux fort divers et éloignés de la musique. Une espèce de vieil acteur qui cachetonne dans les productions Disney (« Pirates des machin-chose ») adepte d'escalade en cocotiers, un batteur raté de jazz accro au Valium, un bassiste visiblement pas assez payé pour sourire, un chanteur à la lippe botoxée, monté sur ressort (l'énervant et énervé Cali n'a qu'à bien se tenir...).

A y regarder de plus, les chansons sont en fait écrites par Romano Musumarra (Jeanne Mas, Steph' de Monac `) et sont un pompage complet et un recyclage sans vergogne de vieux titres de blues, dont les droits ont du tomber dans le domaine public, afin d'éviter des poursuites pour plagiat. Trois malheureux accords, toujours les mêmes, couplet/refrain/ couplet/refrain /solo/refrain... (quelle originalité) ponctué de « yeah » et de « bibay » (car il ne dit pas « baby ») comme on n'en avait plus entendu depuis les prestations de Johnny au Golf Drouot !

Y'en a franchement marre de ce genre de production (nom de groupe et textes en anglais pour la frime, alors que c'est enregistré dans le sud de la France, pochette tagguée, genre on est des voyous) quand d'autres essaient de percer, aidés de leur seul talent. Vous allez voir que si ça marche, ces mêmes producteurs nous sortiront de leur chapeau quatre prolos de Liverpool, avec ritournelles sirupeuses pour pré ado en fleur... Je pensais la vague des boys band révolue... Hélas, il reste quelques spécimens.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 6) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un exil chaleureux pour le plaisir de nos neurones, 19 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Exile on Main Street (Deluxe Edition Digipack) (CD)
Trente-neuf ans après, les pierres roulent toujours ! Pour notre bonheur, cet exil dans le midi de la France a été suffisamment chaotique pour accoucher d'un chef d'oeuvre absolu ! Une nouvelle version vient de sortir avec des inédits !!!!!! Ca promet !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit