undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles38
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:18,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 avril 2009
C'est sans aucun doute LE meilleur album de Dream Theater !

A posséder obligatoirement !!!

En souvenir de Victoria :)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 février 2004
Scenes From A Memory est tout simplement le meilleur album de Dream Theater, un album concept qui fait suite à "Metropolis Part I". Ce groupe mal connu me fait vibrer, sur scène ils sont incroyables (sont-ils des dieux ?), et je vous conseille fortement de regarder le DVD Scenes From New York pour juger vous-même. Alors mesdames et messieurs qui ne connaissent pas ce groupe mythique, ne perdez pas une minute de plus, écoutez ce rock prog unique au monde !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2012
C'est un bon album y a pas de doutes: d'excellents musiciens, des chansons accrocheuses, une vraie recherche de scénario... Ma note est sévère pour contrebalancer les commentaires dithyrambiques... ce que je reproche, c'est d'abord un son rock-métal "ado" US, un peu à la Staind pour ceux qui connaissent. Mais surtout une chanson grandiose, l'avant dernière, qui tout ayant beaucoup d'intérêt m'apparaît vraiment comme un copier-coller de pink floyd: je suis étonné que personne n'ai fait la remarque... Qu'il s'agisse de la voix, des intonations identiques à celle d'un Gilmour ou bien du final avec les choeurs, la montée en puissance... comment ne pas être troublé par la très forte ressemblance avec Shine on your crazy diamond ou Time de PF?
Ceci dit, ça reste de bons morceaux, mais de là à en faire un des meilleurs albums de tous les
temps....
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2007
c du très lourdddddd

mélodique très technique bien chanté

très très carrés les mecs
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mars 2007
L'album du changement pour Dream Theater. Le groupe sort son concept album (passage obligé pour tout groupe de progressif qui se respecte), et je vais me faire incendier en disant que je le trouve long et ennuyeux.

Certe, la production est parfaite et les musiciens sont égaux à eux-mêmes (c'est à dire, sûrement les meilleurs au monde), mais ou se trouve la combinaison magique des précédents albums qui alliée à la perfection Heavy Metal, mélodie et dextérité technique ?

Beaucoup moins Heavy, la musique du groupe s'enlise. les mélodies très travaillées sont mielleuses et les passages techniques sont purement démonstratifs.

On se dit que beaucoup de concept album ont cette impression de lassitude et de longueur, mais les futurs productions du groupe confirmeront cette tendance.

Quelques passages sauvent "Scenes from a memory" de la catastrophe, comme sur "Home" et "The dance of eternity" (un sous "Metropolis - Part I"), mais pour une personne qui place "Images & words" et "Awake" sur un piédestale, cette album lui sera très difficile à apprécier.

Néanmoins encensé par la critique, la musique du groupe va ramener de nombreux fans... et beaucoup d'autres iront voir ailleurs (souvent des fans de la première heure). D'ailleurs, à voir les réactions que provoquent "Scenes from a memory", je penses qu'il n'y a pas de juste milieu : soit on le déteste, soit on le vénère.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2004
Résumons la situation : d'un côté, les fans éblouis par le "retour" de Dream Theater, de l'autre, les fans et autres mélomanes qui ne voient là qu'un déballage indigeste de mélodies mielleuses et de délires bruitistes. Peut-être la clé de ce mystère se trouve-t-elle dans cette petite théorie entendue l'autre jour à la radio, lors de l'interview d'un journaliste rock éminent (j'ai oublié son nom...). Les problèmes actuels de l'industrie musicale sont de deux types :
1) Les maisons d'édition demandent des albums de plus en plus longs, le "consommateur" ne se contentant plus, malheureusement, des 40 minutes chrono qui étaient la norme dans le "bon vieux temps". Ce que veulent les nouvelles générations, c'est en avoir pour leur argent, quitte à épuiser la créativité des groupes dans des opus qui durent plus d'une heure et perdent inévitablement en substance (plus tu tartines ton beurre, plus il s'amincit).
2) Les groupes actuels ont la forte tendance - inconsciente ? - à vouloir entrer dans la postérité, à produire le "chef d'oeuvre", à se ranger à côté des Beatles, des Who, d'Iron Maiden et d'AC/DC dans le Panthéon du rock et pour y arriver, ils tombent parfois dans un étalage inutile et indigeste (cf. beurre et pain).
Conclusion : la première partie de cet album est magnifique, avec des titres qui déchirent tout ("strange déjà vu", "fatal tragedy"). La deuxième partie est.. comment dire... moins agréable et sent le manque d'idées. A partir de "home", on s'endort petit à petit, on cherche des idés par-ci, par-là (son de cithare, etc.), on rame pour finir sur une impression de longueur et de remplissage. Le morceau instrumental est le reflet de cet état de fait, avec une recherche de complexité qui frise parfois le n'importe quoi et l'à peu près.
Un bon album, mais peut-être légèrement surévalué à cause de son impeccable présentation et de son "concept" ?
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2001
le titre du morceau "strange deja vu" reflète malheureusement l'état d'esprit de cet album peu novateur. Le groupe privilégie le déballage technique plutôt que l'alliance des mélodies subtiles à l'aspect technique que l'on connaissait auparavant. L'arrivée de Rudess au sein du groupe ne se révèle pas efficace dans cette optique. Ces mélodies bien que très très travaillées sont totalement écoeurantes (on est loin de l'époque moore...). Cet album n'en demeure pas moins intéressant mais se complet dans un style déja largement exploité mais qui après tout marche et semble ravir le public, alors magré ma nostalgie, j'applaudis une fois de plus, mais que d'une main...
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2002
Je le préssentais déjà avec falling into infinity mais là, ce nouvel opus est la preuve formelle de la chute libre du groupe... Aucune originalité, cet album est la liturgie du "paraître"! On place un maximum de démonstrations gratuites pour éblouir l'auditeur et ainsi masquer la réalité, bien plus triste qu'il n'y paraît: le groupe n'offre rien de nouveau pour rentrer dans une logique commerciale (comprise par peu de personnes ici), dans le sens où les thèmes musicaux sont dénués de travail et donnent l'impression comme le résume parfaitement cet auditeur d'un regrettable "strange déjà vu"!
33 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,68 €
9,98 €
11,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)