undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
3,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Schubert : Winterreise (Le Voyage d'hiver)
Format: CDModifier
Prix:10,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

15 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 22 février 2006
La critique a été à peu près unanime à encenser cette interprétation. Et en un sens elle a eu raison. Hotter est impressionnant (quelle voix!), Moore parfait et la prise de son de 1954 très satisfaisante. La conception du chanteur est de jouer à fond le jeu du drame dans une perspective qui se rapproche parfois de celle de l'opéra. Mais quel drame? Le voyageur de Hotter paraît proche du 'Hollandais' de Wagner. Ce qui se passe dans sa tête pourrait être qualifié de 'métaphysique'. C'est grandiose, indubitablement poignant, mais Prométhée a damé le pion à l'amoureux éconduit de Schubert: une certaine profondeur en plus, la jeunesse en moins. Si l'on fait abstraction du contexte des poèmes de Müller, cet enregistrement frise la perfection... mais dans le contresens.
Précisons que Fischer-Dieskau ne fait pas mieux: lui se fourvoie en intellectualisant trop alors qu'un intellectuel n'aurait pas sombré dans ces abîmes pour ce qui n'aurait été pour lui qu'une amourette déçue: tout au plus aurait-il comme Goethe rédigé son 'Werther' sans s'en porter plus mal pour autant.
Pour en rester aux barytons, si comme moi vous préférez leur timbre à celui des ténors, il existe une version de l'oeuvre qui colle parfaitement au sens du texte, mais que nos esprits passablement pervers ont toujours reléguée à l'arrière-plan au point qu'elle ne semble pas disponible en CD: celle d'Hermann Prey avec Wolfgang Sawallisch au piano, naguère publiée en 33t par Philips. L'on y découvre les déchirements de la jeunesse dans une sincérité sans fard. Puisse-t-elle nous être rendue!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 avril 2004
D'hier sans doute, mais un voyage qu'on oublie pas! Il est tellement musical, que l'aspect théâtral du cycle passe un peu à la trappe pour ne mettre en avant que la musique d'orfèvre d'un schubert arrivé au crépuscule de sa courte vie. Ce CD est le parfait complément du récent voyage de Hampson et Sawalich pour EMI également. Dans cette interprétation, il n'y a que la musique émouvante, touchante, Gérald Moore est d'une délicatesse telle qu'il est en parfaite osmose avec Hotter. La prise de son monophonique ne souffre d'aucun complexe, elle est claire, précise et rend compte des plus infimes inflections de la voix d'Hotter.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 juin 2015
Je compare le Winterreise de Fischer-Dieskau/Pollini avec ceci de Hotter/Moore. Le développement est différent, parce que Fischer-Dieskau nage toujours dans le même niveau de noirceur tandis que Hotter débute avec le « Gute Nacht » qui est moins sombre et après il descend doucement aux Enfers jusqu’à « Der Leiermann ». Pollini joue au niveau des Dieux et Gerald Moore joue mieux qu’avec Fischer-Dieskau avec une participation inouïe.
En tout cas il faut avoir les deux CD : incontournables si on aime le Romantisme Noir
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 24 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il y a des musiciens infects-Tchaïkovsky en chef de file-, surfaits-Carl Orff-et des épouvantables. Prenons Schubert, pas celui des symphonies et de la musique de chambre,...celui des Lieder...Dr Jekyll et Mr Hyde...Les Lieder, c'est d'une insupportable prétention et d'un ennui à faire se suicider un universitaire spécialisé dans le Droit Hittite du VII ème siècle avant J.C....En plus, c'est en allemand...L'Allemand chanté comme cela....On a envie de voir crever sur scène le chanteur ou la chanteuse....
3232 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Schubert Winterreise Schwanengesang Lieder
Schubert Winterreise Schwanengesang Lieder de Hans Hotter (CD - 2013)