Commentaires en ligne 


18 évaluations
5 étoiles:
 (12)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


30 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une oeuvre totale alliant beauté, émotion et intelligence
Comment dire ? "The queen is dead" est un increvable chef-d'oeuvre, témoin de la rencontre cruciale, quelques années plus tôt, de deux Mancuniens anonymes, Morrissey et Johnny Marr, et de leur maturation artistique foudroyante. Les Smiths n'étaient guère plus que l'émulation créée entre eux deux, mais quelle...
Publié le 2 novembre 2004 par Leibniz le Chat

versus
1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 rock ou pop?
Plus de 20 ans après mes années lycée, je m'intéresse à ce groupe dont les copains me rebattaient les oreilles, moi qui ne jurait que par Led Zeppelin, Clapton, bref, du vrai rock quoi..Je me souvenais d'une voix bizarre et d'une absence de mélodies et de structure dans les chansons, avec une guitare en arpèges...
Publié le 25 janvier 2012 par silverbullet


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

30 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une oeuvre totale alliant beauté, émotion et intelligence, 2 novembre 2004
Par 
Leibniz le Chat - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
Comment dire ? "The queen is dead" est un increvable chef-d'oeuvre, témoin de la rencontre cruciale, quelques années plus tôt, de deux Mancuniens anonymes, Morrissey et Johnny Marr, et de leur maturation artistique foudroyante. Les Smiths n'étaient guère plus que l'émulation créée entre eux deux, mais quelle émulation ! Elle atteint son zénith sur "The queen is dead", un disque qui n'est, de bout en bout, qu'un pur moment d'harmonie entre chant, musique et paroles.
Cet album au lyrisme impeccable et à l'intelligence absolument unique semble balayer toute la palette des sentiments humains -- et c'est à juste titre qu'il collectionne sans faiblir les éloges depuis sa sortie il y a presque vingt ans. L'ensemble est ponctué de quelques pics d'une intensité exceptionnelle, parmi lesquels "The boy with the thorn in his side" et le classique "There is a light that never goes out". Après des dizaines et des dizaines d'écoutes, on en arrive même à comprendre pourquoi les titres les plus "faibles" (on dira plutôt : les moins étincelants, comme "Vicar in a tutu") ont été insérés précisément là où ils l'ont été dans le disque : simplement pour prodiguer un peu de répit à l'auditeur entre deux sommets émotionnels. C'est qu'il n'est peut-être pas bon de recevoir continûment tant de beauté et de profondeur mêlées -- en un mot : tant de poésie -- sans se ménager de temps à autre une ou deux respirations.
Il n'y a pas que de la splendeur dans "The queen is dead", il y a aussi toute une certaine Angleterre, à la fois "éternelle" et "historique" (la Grande-Bretagne thatchérienne, libérale et violente des années 80), que les textes acérés de Morrissey ont fait découvrir incidemment à quantité de non-Anglais. Mais je ne m'étendrai pas sur ce point, la beauté intrinsèque de l'album se suffisant à elle-même. "The queen is dead", comme toutes les grandes oeuvres, est à la fois un album ancré dans son époque et la débordant très largement, dans un seul mouvement du particulier vers l'universel.
Si vous ne connaissez pas ce disque, vous avez la chance immense de pouvoir le découvrir. Peut-être au début serez-vous dérouté(e) par le chant de Morrissey ; ou bien l'individualité de chaque chanson ne vous sera-t-elle pas immédiatement perceptible sous la relative homogénéité de la production de l'album. Mais nul doute que la conversion se fera tôt, et vous réservera des bonheurs profonds.
Quant à nous qui connaissons déjà ce disque, nous avons simplement la chance immense de savoir qu'il existe, et qu'il est là, comme un accomplissement artistique dans lequel longtemps puiser : une ressource de beauté, d'émotion et d'intelligence pour le reste de notre vie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Marvelous, 5 septembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Queen Is Dead (CD)
The Queen Is Dead est leur album le plus abouti. Toutes les qualités des précédents y sont transcendées par un éventail musical plus grand, un registre mélancolique enrichi d’humour loufoque («Some Girls Are Bigger Than Others») et d’autodérision bienvenue («Bigmouth Strikes Again» : «La grande gueule a encore frappé») et, enfin, une aisance mélodique accrue («Cemetry Games», «Vicar In A Tutu», «Frankly, Mr. Shankly»). Et, s’il fallait encore une preuve de la différence de classe entre les Smiths et les autres, ce monument d’émotion et de dramaturgie musicale qu’est «I Know It’s Over» suffirait à la donner.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Masterpiece, 1 juillet 2003
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
Un chef d'oeuvre, c'est tout. Un album inusable, sombre et drôle, harmonieux, brillant, pop, classieux. A posséder.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magique , éternel !, 28 septembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
Pas la peine de s' éterniser sur la critique de cet album : il est superbe de bout en bout .
L' univers sombre et magique de Morissey apporte une gràce incroyable à des mélodies absolument inoubliables , et si vous ne devez pas vous attendre à une révolution musicale avec The Queen Is Dead , il se peut tout simplement que , parmis "Cemetry Gates" , "Bigmouth" , "The Boy With The Thorn In His Side" , "Vicar" ou "There Is A Light That Never Goes Out" , se cache l' une de vos chansons préférées .
Cet album est très facile d' accès , et n' importe qui pourrait en tomber amoureux le temps d'une seule écoute .
The Queen Is Dead est l' un de ces disques qui peuvent changer votre vie .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Splendeur..., 13 février 2012
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
"The Queen Is Dead" est non seulement le disque des Smiths le plus "parfait" (... même si l'on peut comprendre que certains peuvent lui préférer "Meat Is Murder", plus classiquement rock...), il est aussi celui surlequel la plupart des gens de ma génération, contemporains du groupe ont versé le plus de larmes... de bonheur. Il fait aussi partie de ces oeuvres artistiques qui ont capturé avec le plus de justesse un certain mal de vivre typique de leur époque, l'ont transcendé, et sont donc devenus des disques "symboles", mais aussi des classiques éternels. Morrissey & Co. ont en effet réussi à parfaitement équilibrer leur troisième album, avec une juste dose de déclarations de guerre à l'establishment anglais ("The Queen is Dead"), de pamphlets au vitriol ("Frankly Mr Shankly", "Vicar in a Tutu"), et d'introspection bouleversée et bouleversante (le trio magique " I know it's Over", "Never Had Noone Ever", "There is a light..."). Les mots de Morrissey sont toujours stimulants (quelques fois même hilarants...!), même lorsqu'ils évoquent le désespoir le plus noir, s'élevant avec aisance au dessus d'un premier degré que les détracteurs des Smiths ont souvent cru y trouver : voici des chansons tristes qui purgent notre âme de sa tristesse et, au final, nous rassérènent (... un peu comme les plus beaux morceaux d'un autre pessimiste notoire, Cohen...)... Ce qui est une bonne définition d'un art mature de la chanson, non ? En plus, les Smiths nourrissent "The Queen Is Dead" de leurs plus belles trouvailles mélodiques ("Big Mouth...", "The Boy with the Thorn...", "There is a Light...", en particulier, sont trois morceaux littéralement irrésistibles) : on arrive alors à une sorte de perfection, dans le fond comme dans la forme, que "l'indie rock" anglais aura par la suite bien du mal à retrouver. Ah! Et merci à Alain Delon pour sa contribution à la pochette d'un album d'une splendeur aussi magistrale qu'intimiste, de bout en bout...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un chef d'oeuvre, 24 septembre 2001
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
Cet album est sans aucun doute le plus abouti des smiths. A cela il faut rajouter que a l'instar de joy division et des pixies les smiths sont un des groupes ayant le plus influencé le rock. En effet radiohead affirme meme que ce groupe est sa reference. aujourd'hui vous ne pouvez ecouter des groupes comme radiohead, placebo ou belle and sebastien sans connaitre cet album.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur des Smiths, 25 février 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Queen Is Dead (CD)
Les Smiths. En France, ce groupe n'a pas eu un succès aussi important qu'en Angleterre, où ils se sont posés en futur de la musique anglaise. Alors que l'electropop domine les années 80, les Smiths font irruption et laissent en 4 années d'existence uune poignée d'albums qui influenceront nombres de nouveaux venus. "The queen is dead", leur oeuvre la plus aboutie, est une pièce indémodable, car elle évite avec grace les pires clichés du rock, pour déverser sa pop mélancolique, claire, éternelle. Morrissey est un grand interprète et parolier, tout en finesse sachant passer de l'humour à l'amour, de l'angoisse à la joie (pas souvent cela dit). Impossible de rester insensible à "There is a light that never goes out", cette ballade troublante, "The queen is Dead", avec son énergie vindicative, "Cemetry Gates" et ses moqueries envers la presse ou encore le desespoir de "I know it's over". Ce disque est un des meilleurs des années 80 et peut-être un des meilleurs tout court. Un disque qui représente, comme lors de sa sortie, une alternative à la musique de consommation courante.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un rêve éveillé, 6 juillet 2011
Par 
philb - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
Ce disque exceptionnel des Smiths apparaît comme une anomalie dans les années 80. Jamais les mots élégance et raffinement ne s'appliquèrent aussi bien qu'à cette merveille de pop-rock publiée en 1986. La pochette nous donne une double indication: d'abord avec le titre "The queen is dead", on sait qu'il s'agit d'un album de rock, avec toute la connotation provocatrice que cela implique (écho à un autre groupe majeur du rock anglais, les Sex Pistols). Quant à la pochette, elle nous montre le jeune Alain Delon allongé, ce qui nous renvoie aussitôt à Visconti, et à l'ambiguité sexuelle propre au Bowie de Ziggy Stardust. Cet album, véritable rêve éveillé, ne comporte aucun point faible. De la voix hallucinée de Morrissey (l'une des plus belles voix du rock) aux guitares cristallines de Johnny Marr, le son est un peu un compromis entre U2 (pour le soin de la production) et les Clash (pour l'urgence mélodique). Ajoutons des textes brillants et des mélodies extraordinaires, ce qui nous donne un album homogène et dense, qui passe comme un souffle. Bien sûr, ce disque recèle deux des plus belles chansons du monde: "Big mouth strikes again" et "There is a light that never goes out", que vous ne pouvez ignorer plus longtemps si vous aimez le rock. Mais tous les titres sont majeurs. Après avoir atteint un tel zénith créatif, les Smiths ne pourront que se séparer en 1988. Depuis, le charismatique Morrissey poursuit une honorable carrière solo et essaie toujours d'égaler ce chef-d'oeuvre indépassable, dernier disque important du rock anglais. La reine est morte... Vive la reine!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Source de pop anglaise absolue : la reine est morte, mais le disque semble immortel, 4 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
Album marquant l'apogée du groupe mancunien, d'un courant (la pop anglaise à guitares), et d'une esthétique particulière, « The Queen Is Dead » est bien le chef d'oeuvre de la bande à Morrissey livrant dix saynètes à la délicatesse troublante, bijoux de pop ciselés au doux spleen, et truffé de textes écrits au vitriol allant du cynisme absolu au romantisme exacerbé.
Les Smiths, c'était avant tout l'alliance entre deux personnalités assez différentes : le technicien Johnny Marr et le fantasque, flamboyant et parano Morrissey (nourri au dandysme d'Oscar Wilde et de David Bowie, et de l'oeuvre littéraire de Shelagh Delaney). Ils ont toutefois quelques points communs : ils sont tous deux issus de la classe ouvrière de Manchester et donc concernés par la politique ultralibérale de l'époque, et expriment un goût assez prononcé pour la provocation.
Premier constat majeur à propos de « The Queen Is Dead » : l'album est presqu'un best of à lui tout seul, tant les perles se succèdent (avec surtout « There Is A Light That Never Goes Out », qui n'a jamais exprimé aussi bien le sentiment d'angoisse et le besoin d'être aimé de n'importe quel adolescent).
Second constat : l'album vieillit bien, et on est encore émerveillé face à ce combo qui a toujours évité l'écueil des clichés machos et des stars défoncées du sacro-saint mythe Sex Drugs & Rock'N'Roll.
Troisième constat : cet album, encore plus que les autres, est hyper « anglo-centré », balançant de furieuses charges contre la monarchie, l'administration thatchérienne et l'éducation traditionnelle en Angleterre. En ce sens, « The Queen Is Dead » est un témoignage lumineux des années 80 au Royaume-Uni.
Dernier constat : les Smiths ont marqué l'histoire de la pop music avec pourtant une esthétique précieuse et tellement particulière qui aurait pu lui faire défaut, une ambigüité sexuelle et des pochettes d'album homo-érotiques, d'étranges inflexions de Morrissey en concert (quand il arborait des glaïeuls glissés dans ses poches et qu'il jetait en public ou avec lesquels il se fouettait (!)), et des textes consternants (Morrissey chantait des choses parfois épouvantables avec un détachement olympien, à l'intérieur de mélodies pop sucrées...). Cela est probablement dû, comme le disait Morrissey lui-même en 1984 au fait que « l'image des Smiths est si forte qu'elle déclenche l'adoration totale comme la haine la plus féroce ».
A mille lieux du rock made in USA, « The Queen Is Dead » est donc un album incontournable à la classe intacte : on y retournera longtemps s'abreuver comme à une source de pop anglaise absolue.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 magnifique évidemment, 22 mars 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Queen Is Dead (CD)
je fais ce commentaire parce que juste apres y a 2 types qui ont mis une étoile à ce disque et que c est pas possible que ce soit les premiers commentaires qui apparaissent pour cet album. Bon il est clair que les deux qui ont détesté n' ont pas l ' air d avoir grand chose à retirer d un disque des SMITHS puisque y en a un qui dit vouloir taper du pied donc évidemment il s est trompé d adresse. Sinon on a 1000 raisons différentes d adorer cet album, de chérir ce groupe.Sans vouloir en rajouter dans le lyrisme excessif des critiques élogieuses qui suivent, si on est un garcon ou une fille sensible qui venere le songwritting parfait des kinks à pulp si on adore les chanteurs expansifs mais qui n en font jamais trop de bowie à neil hannon, si on est fan d une certaine idée du rock anglais on ne peut qu etre fan absolu des SMITHS. Pour finir je signale que contrairement à beaucoup d adorateurs des SMITHS, je suis pas loin de penser que le meilleur album du groupe est leur ultime "Strangeways here we come".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xa9146678)

Ce produit

The Queen Is Dead
The Queen Is Dead de The Smiths (CD - 1993)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit