Commentaires en ligne


25 évaluations
5 étoiles:
 (22)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


59 internautes sur 61 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La perfection est de ce monde...
Né à Bristol, en Angleterre, Robert Wyatt est l'un des fondateurs de Soft Machine avec Kevin Ayers, en plein cœur de la vague psychédélique qui vit aussi l'émergence d'autres formations telles que Gong ou Pink Floyd. Soft Machine pratiquait une musique énigmatique, peut être encore plus exigeante que celle de ses pairs,...
Publié le 16 juin 2004 par Pierre Graffin

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Plus on plonge de haut, plus on touche le fond .
S'il est un album élevé au rang de chef-d'oeuvre intemporel, voire de mythe incontournable et indéboulonnable de la rock-music, c'est bien le Rock Bottom de Robert Wyatt.

Or, si l'on regarde de plus près les commentaires d'inconnus ou les analyses des grands penseurs de la littérature rock n'rollesque (celle de Philippe...
Publié il y a 6 mois par Hervé J.


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Extatique et mélancolique, 18 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
C'est très difficile de mettre des mots sur cette musique tant elle semble le fruit d'un envoutement étranger à toute sorte d'activité humaine. C'est une musique d'une "texture" incroyable. Riche de nuances mélodieuses infinies. Rock Bottom est, paraît-il, un disque de rock. Rien n'est moins sûr. C'est davantage le support d'une expérience mystique, entre les plus belles symphonies de Wagner et le rock progressif des Pink Floyd (je pense irrésistiblement à Syd Barrett...).

Très personnellement, à part Nick Drake et Van Morrison (Astral Weeks), aucun artiste ne m'a autant fasciné par son oeuvre musicale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 un chef d'oeuvre, 19 août 2009
Par 
Corrio (Les Pennes Mirabeau France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Depuis 35 ans que j'écoute régulièrement cet album, il me parait encore plus beau chaque fois. Avec "unrest" de Henry Cow, c'est vraiment le sommet de cette période de l'histoire du rock où celui-ci venait croiser dans les parages du jazz et de la musique contemporaine. La voix de Robert, les apparitions sublimes de Fred Frith (de Henry Cow, justement), tout est parfait. Bien évidemment, il ferait partie des 10 disques que j'emporterais sur une île déserte !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Alfie, 7 janvier 2009
Par 
D. C. Thomas "le sauvageon" (Noisy-le-Grand, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Etant jeune, je n'ai pas une culture musicale immense (bien que pas mauvaise). Mais parmi mes modestes connaissances de la musique du XXème siècle, un disque pour moi sort du lot, me touche profondément, il s'agit de Rock Bottom, de Robert Wyatt. Si il fallait répondre à cette foutue question de l'album à emporter sur une ile déserte, le voilà. Jamais un disque ne m'a procuré cette sensation là, l'impression que même dans la douleur et la souffrance la plus profonde, il est possible de s'élever au dessus de ça et de trouver le bonheur, même si il n'est qu'éphémère. Car pour moi, et c'est un avis très personnel, Rock Bottom n'est pas un disque pesant, dépressif, mais incroyablement lumineux.
A écouter au casque, dans le noir allongé sur un lit ou un canapé.

Et murmurez en même temps que Wyatt dans le morceau Alifib: « Alfie... Alfie...Alfie »...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Intemporel et incontournable dans le rock progressif., 8 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Robert Wyatt a une voix unique et ses compositions le sont tout autant et pourront encore s'écouter dans 100 ans. Ce disque se doit d'être possédé par tout amateur de rock progressif.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 OVNI, 5 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Ouaaaahhh!!!!!

Enfin j'ai découvert ROBERT WYATT et son rock bottom!

Rock bottom est une des 7 merveilles du monde de la musique!

Dans une vie, il ne faut pas passer a coté, heureusement pour moi a 30 ans j'ai pu écouter ce que je considere au summum du rock indé de ces 2 derniers siècles.

Ce robert Wyatt est un génie ou comment faire de la musique avec son coeur, son ame, sans l'usage de ses jambes.

On ressent une musicalité isolée.Le mec qui bosse seul,entouré de sa femme dans sa grande maison a la campagne, nous livre un album OVNI a tendance jazzy.
Les trompettes sont criantes d'émotion, sa voix haut perché nous emporte tout autant.

Ayant une tendance à préférer (en général) les morceaux sombres et mélancolique, j'aime tout particulierement "Alifib" qui est un morceau troublant, on l'imagine sortit tout droit d'un long metrage de S.KUBRICK.

Robert wyatt et son Rock bottom nous demontre une vision de la musique qui n'est pas prete de se démodé, bien au contraire...

ATTENTION CET ALBUM EST GRANDIOSE!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il vous le faut!!!, 9 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Ce disque est un monument de beauté triste("Sea song", magnifique et déchirant)et d'originalité délirante. Enregistré alors que son auteur vient d'être paralysé des deux jambes ce disque est aussi un concentré d'émotion pure et à fleur de peau. Un disque totalement atypique qui sera toujours aussi poignant et novateurs dans vingt ans. Plus qu'un CD, c'est un nouvel ami qui rentre chez vous...en général, on a du mal à s'en remettre, surtout la première fois.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK, 18 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK OCTOBRE 1974 N°93 Page 90/91
2° Album 1974 33T Réf : Virgin 840 043
Il faut que je vous le dise : décidément, ce disque de Wyatt atteint une telle beauté, une telle perfection dans l'assemblage des éléments sonores qui sont sa culture musicale (jazz, électronique, ballade et rock-music), que tout pouvoir critique est annihilé. Wyatt a jailli de sa nuit avec le disque le plus secret, le plus passionné, le plus ample, le plus chaleureux (disque de murmures et de vibrations, mais aussi de cris, d'appels, disque plénitude, oeuvre totalisante) que l'on a pu enregistrer cette année. Techniquement, c'est aussi grandiose qu'un disque de Todd Rundgren, mais avec la sensibilité en plus, c'est aussi fou et angoissé qu'un disque de Kevin Ayers, mais avec un plus grand perfectionnisme sonore, tout aussi jazzistiquement rock que les albums de la Soft Machine, mais la folie en plus. Mais il y a aussi, puisque nous en sommes réduits à un inventaire, la voix unique de Wyatt totalement a-culturée, donc sans effet superflu, naturelle. On rencontre dans ce "Rock Bottom" les échos, les boucles sonores, la voix qui chante, mais aussi le texte dit, insistant, les histoires et l'émotion brute, la mélodie et les fracas, les envolées lyriques et le recours constant au rythme. Cela ouvre avec le dépouillement de la voix dans "Sea Song", chanson lente que vient envelopper un superbe brouillard sonore, et Wyatt vocalisant enfin. C'est simple et grandiose à la fois. Aucun artifice, juste la recherche de l'émotion.
"A Last Straw" a une coloration soft machinienne, celle de l'époque de "Hope For Happiness" ; même l'orgue dont joue Wyatt vient rappeler cette atmosphère de ballade curieusement torturée qui fut la marque du Soft, ce pouvoir de pénétrer un inconnu du son presque originel (les notes du piano égrenées). "Little Red Riding Hood Hit The Road" serait plutôt une tentative de symphonisation avec collages multiples de sonorités (flambée des sons), une apocalypse maîtrisée ; intensité du background que vient encore recouvrir cette voix engourdie et pleine d'une chaleur presque enfantine. Tout sera décuplé par le jeu des échos, les bandes miroirs réfléchissant à perte de sens les sons pour enfin sombrer dans l'ombre.
"Alifib", c'est encore une chanson-dépouillement, réveil d'une voix que porte une délicatesse sonore admirable, avec notamment la basse d'Hugh Hopper. "Alifie", qui suit, est aussi centré autour de l'évocation-hommage de Alfie, la femme de Wyatt. Même insistance de ce climat de rêve évoqué à voix haute, jeu avec les ombres, les visions que souligne le saxophone de Gary Windo. Pour le titre qui clôt le disque, "Little Red Robin Hood Hit The Road" Robert Wyatt a voulu un grand déploiement sonore, intervention à l'unisson de Mike Oldfield à la guitare ou de Fred Frith (cf. Henry Cow) au violon ; texte récité par Ivor Cutler et la voix de Wyatt. C'est le morceau qui donne toute la mesure de l'accomplissement musical de la démarche de Robert Wyatt. Il est aussi une des plus belles choses que l'on ait réussi à faire sur ce territoire ô combien périlleux où voudraient se rencontrer la folie, l'invention et l'émotion. Cet inventaire ici fait n'est bien entendu que la tentative d'un survol d'une oeuvre riche, aux multiples séductions secrètes. Les dernières secondes seront, vous le découvrirez pour un pied de nez musical, juste pour vous rappeler que Wyatt n'a pas perdu son humour. Que dire de plus ?
.
.
RETOUR D'UN AMI (PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK OCTOBRE 1974 N°93 Page 71)
On a eu peur qu'il ne soit plus jamais là. Mais Robert Wyatt est revenu.....
....Il est tombé par une fenêtre d'un quatrième étage il y a quelques mois, à Maida Vale, lors d'une soirée donnée pour fêter la grande réunion de toute la famille Soft. Ils étaient tous là. Il n'en est pas mort pas miracle, mais il reste paralysé à vie. Il devient un homme-tronc dans une petite voiture. Le monde du rock perd ainsi l'un de ses plus grands batteurs, mais il va gagner un grand compositeur et chanteur ; il suffit de se remémorer, comme nous le faisions du début de cet article, l'incroyable pourvoyeur d'énergie qu'il fut, pour ne pas avoir éprouvé une grande tristesse en regardant les photos de la pochette du disque d'Hatflied And The North, premier document où l'ex-batteur du Soft apparaît après son accident. On savait pourtant qu'il avait mis à profit son séjour à l'hôpital pour repenser son insertion et celle de sa musique dans le monde du rock pour y écouter beaucoup de bandes, pour y enregistrer aussi des schémas pour sa musique future, au piano. Pour l'aider à envisager son retour, dans le monde du show-biz, sans trop de difficultés matérielles, le Pink Flyod et le Soft Machine donnèrent un concert ensemble dont la recette lui fut versée. Petit à petit, il allait sortir de sa nuit "With A Little Help Of His Friends" : un album pour Virgin, la participation au concert du 1er juin avec Eno, John Cale, Nico et Kevin Ayers, la présence à ses côtés, pour son enregistrement et pour son premier concert de retour, le 8 septembre, de Mike Oldfield et Nick Mason.
Ce dernier aura joué un rôle décisif dans le come-back prometteur de celui qui, pour prouver qu'il n'a pas perdu son goût de la dérision, de l'absurde, se fera photographier pour la couverture du New Musical Express sur sa petite voiture et sur un escalier, ses musiciens l'entourant.... eux aussi dans des voitures de paralytique : parmi eux, Mike Oldfield et Nick Mason, justement. Et puis, son album sorti, on voit la presse anglaise s'y intéresser, la critique délirer et les ventes s’accélérer comme si, ironie du sort, son accident avait été l'argument publicitaire nécessaire. "Rock Bottom" marque surtout l'accomplissement de la démarche musicale de Robert Wyatt, cette poursuivie, nous l'avons vu, depuis les débuts. Il a enfin trouvé, avec Virgin et les méthodes de travail du Manor, le cadre idéal pour travailler ; le soutien d'un Nick Mason ou de Mike Oldfield lui apportant cet environnement amical qu'il a toujours revendiqué. Le résultat ne pouvait être que cette sublime symphonie, merveille de technique instrumentale et de travail en studio mais qui ouvre sur l'émotion, l'ivresse et le dépassement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un album hors normes, 27 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Hors normes et tout simplement un des meilleurs albums du XXe siècle.
Wyatt est un grand musicien mais il est aussi poète.
Le genre de personne que j'aurais envie de mieux connaitre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un miracle de la Musique, 24 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Heureux toi qui va découvrir cette oeuvre unique, qui n'a jamais rien entendu de tel.... Chef d'oeuvre absolu de la Musique de toutes les Musiques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 S'il n'en restait qu'un..., 11 décembre 2000
Par 
Vincent (Poitiers, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Il ouvre la bouche et.......Hop, au septième ciel ! C'est pour moi l'un des grands chef d'oeuvre de la Musique. La musique avec un grand M. A ranger, pour vous donner une idée, aux côtés du Requiem de Mozart. Mais pour apprecier ce bijou, encore faut-il faire l'effort de l'écouter, faire l'effort de le comprendre. Ceux qui passeront cette étape avec succès pourront profiter de cette merveille toute leur vie, sans jamais s'en lasser.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rock Bottom
Rock Bottom de Robert Wyatt (CD - 2001)
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit