Commentaires en ligne


24 évaluations
5 étoiles:
 (21)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


58 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La perfection est de ce monde...
Né à Bristol, en Angleterre, Robert Wyatt est l'un des fondateurs de Soft Machine avec Kevin Ayers, en plein cœur de la vague psychédélique qui vit aussi l'émergence d'autres formations telles que Gong ou Pink Floyd. Soft Machine pratiquait une musique énigmatique, peut être encore plus exigeante que celle de ses pairs,...
Publié le 16 juin 2004 par Pierre Graffin

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Plus on plonge de haut, plus on touche le fond !
S'il est un album élevé au rang de chef-d'oeuvre intemporel, voire de mythe incontournable et indéboulonnable de la rock-music, c'est bien le Rock Bottom de Robert Wyatt.

Or, si l'on regarde de plus près les commentaires d'inconnus ou les analyses des grands penseurs de la littérature rock n'rollesque (celle de Philippe...
Publié il y a 6 mois par Hervé J.


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 un chef d'oeuvre, 19 août 2009
Par 
Corrio (Les Pennes Mirabeau France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Depuis 35 ans que j'écoute régulièrement cet album, il me parait encore plus beau chaque fois. Avec "unrest" de Henry Cow, c'est vraiment le sommet de cette période de l'histoire du rock où celui-ci venait croiser dans les parages du jazz et de la musique contemporaine. La voix de Robert, les apparitions sublimes de Fred Frith (de Henry Cow, justement), tout est parfait. Bien évidemment, il ferait partie des 10 disques que j'emporterais sur une île déserte !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Intemporel et incontournable dans le rock progressif., 8 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Robert Wyatt a une voix unique et ses compositions le sont tout autant et pourront encore s'écouter dans 100 ans. Ce disque se doit d'être possédé par tout amateur de rock progressif.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 OVNI, 5 août 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Ouaaaahhh!!!!!

Enfin j'ai découvert ROBERT WYATT et son rock bottom!

Rock bottom est une des 7 merveilles du monde de la musique!

Dans une vie, il ne faut pas passer a coté, heureusement pour moi a 30 ans j'ai pu écouter ce que je considere au summum du rock indé de ces 2 derniers siècles.

Ce robert Wyatt est un génie ou comment faire de la musique avec son coeur, son ame, sans l'usage de ses jambes.

On ressent une musicalité isolée.Le mec qui bosse seul,entouré de sa femme dans sa grande maison a la campagne, nous livre un album OVNI a tendance jazzy.
Les trompettes sont criantes d'émotion, sa voix haut perché nous emporte tout autant.

Ayant une tendance à préférer (en général) les morceaux sombres et mélancolique, j'aime tout particulierement "Alifib" qui est un morceau troublant, on l'imagine sortit tout droit d'un long metrage de S.KUBRICK.

Robert wyatt et son Rock bottom nous demontre une vision de la musique qui n'est pas prete de se démodé, bien au contraire...

ATTENTION CET ALBUM EST GRANDIOSE!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Alfie, 7 janvier 2009
Par 
D. C. Thomas "le sauvageon" (Noisy-le-Grand, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Etant jeune, je n'ai pas une culture musicale immense (bien que pas mauvaise). Mais parmi mes modestes connaissances de la musique du XXème siècle, un disque pour moi sort du lot, me touche profondément, il s'agit de Rock Bottom, de Robert Wyatt. Si il fallait répondre à cette foutue question de l'album à emporter sur une ile déserte, le voilà. Jamais un disque ne m'a procuré cette sensation là, l'impression que même dans la douleur et la souffrance la plus profonde, il est possible de s'élever au dessus de ça et de trouver le bonheur, même si il n'est qu'éphémère. Car pour moi, et c'est un avis très personnel, Rock Bottom n'est pas un disque pesant, dépressif, mais incroyablement lumineux.
A écouter au casque, dans le noir allongé sur un lit ou un canapé.

Et murmurez en même temps que Wyatt dans le morceau Alifib: « Alfie... Alfie...Alfie »...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il vous le faut!!!, 9 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Ce disque est un monument de beauté triste("Sea song", magnifique et déchirant)et d'originalité délirante. Enregistré alors que son auteur vient d'être paralysé des deux jambes ce disque est aussi un concentré d'émotion pure et à fleur de peau. Un disque totalement atypique qui sera toujours aussi poignant et novateurs dans vingt ans. Plus qu'un CD, c'est un nouvel ami qui rentre chez vous...en général, on a du mal à s'en remettre, surtout la première fois.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Extatique et mélancolique, 18 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
C'est très difficile de mettre des mots sur cette musique tant elle semble le fruit d'un envoutement étranger à toute sorte d'activité humaine. C'est une musique d'une "texture" incroyable. Riche de nuances mélodieuses infinies. Rock Bottom est, paraît-il, un disque de rock. Rien n'est moins sûr. C'est davantage le support d'une expérience mystique, entre les plus belles symphonies de Wagner et le rock progressif des Pink Floyd (je pense irrésistiblement à Syd Barrett...).

Très personnellement, à part Nick Drake et Van Morrison (Astral Weeks), aucun artiste ne m'a autant fasciné par son oeuvre musicale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un album hors normes, 27 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Hors normes et tout simplement un des meilleurs albums du XXe siècle.
Wyatt est un grand musicien mais il est aussi poète.
Le genre de personne que j'aurais envie de mieux connaitre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 un miracle de la Musique, 24 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Heureux toi qui va découvrir cette oeuvre unique, qui n'a jamais rien entendu de tel.... Chef d'oeuvre absolu de la Musique de toutes les Musiques.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 S'il n'en restait qu'un..., 11 décembre 2000
Par 
Vincent (Poitiers, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
Il ouvre la bouche et.......Hop, au septième ciel ! C'est pour moi l'un des grands chef d'oeuvre de la Musique. La musique avec un grand M. A ranger, pour vous donner une idée, aux côtés du Requiem de Mozart. Mais pour apprecier ce bijou, encore faut-il faire l'effort de l'écouter, faire l'effort de le comprendre. Ceux qui passeront cette étape avec succès pourront profiter de cette merveille toute leur vie, sans jamais s'en lasser.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le summum ..., 7 juillet 2013
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Bottom (CD)
« Rock bottom » est un disque qui ne ressemble à rien … de connu. Qui ne s’inspire d’aucune rondelle déjà parue, et auquel personne n’a eu l’outrecuidance de se référer par la suite. Qui n’est pas un obscur disque culte vénéré par quelques relous se la jouant musicologues avertis, ni non plus un de ces best-sellers sonores qui marquent leur temps sans qu’on sache très bien si c’est parce qu’ils sont bons ou parce qu’on les a trop souvent entendus.
« Rock bottom » est un genre à lui tout seul. Indissociable de son auteur Robert Wyatt. Dont le parcours était jusque là assez symptomatique de son époque. Révélé à la fin des sixties avec le prog-jazz-pop-rock-etc-etc- pataphysique de Soft Machine, groupe déjanté vite devenu chiant dès lors que les chevilles de ses membres ont commencé à enfler. Un groupe qui se vautre très vite avec l’insupportable « Third », délire égomaniaque pompeux et pompier, qui ne vaut que par un seul de ses quatre titres, le « Moon in June » du batteur (on y arrive) Robert Wyatt. Le disque suivant (audacieusement nommé « Fourth ») sera pour Wyatt celui de trop, qui laissera le reste de cette pénible bande de branquignols se vautrer jusqu’à la nuit des temps dans des horreurs jazz-rock. Et même si Wyatt est plutôt un joyeux, il en a gros sur la patate et monte un groupe, Matching Mole (que ceux qui n’ont pas compris la vanne se fassent connaître, ils gagnent un almanach Vermot dédicacé par Bigard et Dubosc), qui donne dans le prog communiste, ce qui fait quand même beaucoup de tares pour qu’on puisse décemment en dire du bien. Et Wyatt écrit des chansons, hésitant à les confier à Matching Mole ou à en faire un disque solo. Le destin va régler le problème. Soir de cuite, chute d’un troisième étage, six mois d’hosto, paraplégique. Le genre de soirée qui te laisse une sacrée gueule de bois …
Et parce qu’il faut bien continuer à vivre, Wyatt va s’accrocher à ses ébauches de chansons, les peaufiner, et en faire un disque en battant le rappel de quelques potes, la plupart issus de la scène prog ou assimilée (Mike Oldfield, Fred Frith, Hugh Hopper, Richard Sinclair, Nick Mason à la production). Sans oublier sa compagne et muse Alfreda Benge, dont une illustration sert de pochette, qui a participé à l’écriture de quelques textes et a inspiré des morceaux (« Alfie », « Alifib »).
Plusieurs choses scotchent d’entrée avec « Rock bottom ». C’est un disque très peu axé sur les structures percussives (Wyatt par la force des choses ne peut plus jouer de la batterie, et on n’en trouve que sur deux titres, due au sessionman Laurie Allan), le format chanson est banni (tous les titres autour de six minutes), les voix (particulièrement celle de Wyatt, si fluette, si particulière, si immédiatement reconnaissable) sont utilisées comme des instruments (des onomatopées, des borborygmes, des chœurs remplacent souvent les textes).
Il y a dans « Rock bottom » une succession de climats oniriques où s’entrechoquent la poésie sonore de Wyatt, mais aussi une certaine tristesse (la vie en fauteuil roulant, c’est pas très marrant). Là où la plupart se seraient étalés dans la déprime et l’introspection cafardeuse, lui s’évade dans la poésie, crée son propre monde, certes pas bigarré et multicolore, mais plutôt dans les tons sépia, à l’image de la pochette.
« Rock bottom » est un disque qui s’écoute d’une traite, les morceaux sont d’ailleurs enchaînés, forment des suites qui forment un tout (les similitudes des titres), tout en gardant une unité et une homogénéité individuelle. « Sea song » fait figure de comptine impossible, la trompette bouchée de Wyatt sonne lugubre et jette des ponts vers le free-jazz (« Little Red Riding … »), ailleurs elle se fait sourde et menaçante (« Alifie »), et il faut attendre le dernier titre (« Little Red Robin … »), le plus « difficile » d’accès pour trouver des choses « connues », des bribes de funeste prog-rock noyées dans une fuite en avant mélangeant musique sérielle, classique, baroque, arrangements de cordes, …
Evidemment, arrivé à ce stade de perfection originale, il ne fallait pas espérer une suite aussi bonne. « Rock bottom » est un jalon indépassable, et même Wyatt ne s’est pas risqué à lui donner une suite. Ce n’est pas pour autant un coup d’éclat sans lendemain, le barbu au regard malicieux de Père Noel égrillard, a tout au long de sa carrière, retrouvé par moments sur disque (sur « Shleep par exemple) l’état de grâce artistique qui était le sien vers le milieu des seventies …
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rock Bottom
Rock Bottom de Robert Wyatt (CD - 2001)
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit