Commentaires en ligne 


25 évaluations
5 étoiles:
 (22)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La quintessence du prog rock, 3 décembre 2009
Par 
Pascal HATAY (L'Isle-Adam, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Foxtrot (CD)
Peter Gabriel, Tony Banks, Mike Rutherford, Steve Hackett et Phil Collins constituent la Dream Team du rock au début des années 70.

Cet album est sans doute le chef d'oeuvre de Genesis (avec Selling England By The Pound) et n'a pas pris une ride depuis sa conception en 1972; mon fils de 10 ans passe en boucle "Supper's Ready" et se demande comment une chanson aussi magique a pu être composée.

Un grand classique à découvrir ou redécouvrir d'urgence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Grand Oeuvre, 31 juillet 2008
Par 
Jean-yves Baraton (Saumur FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Foxtrot (CD)
"Le Grand Meaulnes" de la musique progressive Anglaise de l'Ecole de Canterbury.
Un de mes premiers disques vinyls des années 70 dans une chambre d'adolescent sur un Teppaz...
L'album qui m'a fait découvrir GENESIS à 15 ans avec toute la poèsie romantique qui en découle à cet âge lorsque qu'on est amoureux et imaginatif...
Cet album est certainement leur plus bel album avec "Selling England by the pound" et "Trick of the Tail" et "The lamb lies down on Broadway". La poèsie qui s'en dégage est tapie dans chaque note et arpège
Le chef d'oeuvre par lequel il faut commencer pour découvrir toute la pop anglaise de ces merveilleuses années expérimentales si créatives.
Peter Gabriel, Tony Banks, Phil Collins, Steve Hackett et Mike Rutherford sont au sommet de leur art.
La Bible du rock-progressif Anglais de Canterbury.
Indéniablement dans les 10 Meilleurs albums du Monde...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK + CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST, 1 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Foxtrot (CD)
CHRONIQUE DE PAUL ALESSANDRINI MAGAZINE ROCK&FOLK DECEMBRE 1972 N°71 Page 97/98
4° Album 1972 33T Réf : PHONOGRAM 6396 302
De "Nursery Cryme" le précédent album de Genesis au dernier, "Foxtrot", une même ligne tendue, la même revendication d'une spécificité musicale dont les caractéristiques, il faut le rappeler, sont le symphonique, le fantastique, l'absurde, l'espace, la tradition populaire de la chanson anglaise, etc ...
Un courant qui englobe aussi le prestigieux aîné King Crimson, et le groupe "frère" Van Der Graaf Generator.
"Foxtrot" n'est donc qu'un prolongement, sans rupture, d'une architecture musicale soigneusement mise en place dans "Nursery Crime". Le nouvel album, de la pochette aux textes en passant par les harmonies, se veut une suite du précédent au point que la première écoute donne une impression de "déjà entendu". Et pourtant s'il en partage le parti-pris musical "Foxtrot" reste évidente dès que l'on réussit à pénétrer l'univers complexe et foisonnant de cette nouvelle grande fresque genesienne.
Comme pour Van Der Graaf, chacun des morceaux, chacun des textes, et l'environnement musical qui les anime joue sur l'équilibre "espace" (science fiction" et "culte du passé". De là cette couleur sonore d'une religiosité moyen âgeuse que vient subvertir l'électronique. L'étirement des formes, les ruptures de climats apportant cette emphase dont s'embrase la musique ; on débouche alors sur l'opéra, "fresque grandiose" continuellement invoquée. Chaque morceau sera une partie de cet opéra lyrique auquel la voix de Peter Gabriel apporte un maximum de dramatisation. Il y a dans un "Foxtrot" une progression ; on ouvre sur l'espace, le symphonique avec de grandes nappes d'orgue ou de mellotron "Watcher Of The Skies" pour parvenir à l'explosion totalisante de la grande suite aux sept tableaux qui s'intitule "Supper's Ready". On traverse, sur un fond musical continuellement alimenté d'apports nouveaux, de multiples climats : précieux ("Time Table"), fantastico-absurde ("Get'em, Out By Friday"),
apaisé ("Horizons") ou poétique ("Can Utility And The Coastliners"). La musique est rigoureusement mise en situation, sans aucune ouverture sur l'improvisé ; chaque instrumentiste fait converger les sons de son instrument vers l'unité, le son du groupe. Musique-oeuvre, musique de groupe qu'accentue cette impression d'une écriture tendue vers la fresque lyrique : l'Opéra ; une nouvelle musique qui se souvient de Lewis Caroll qui sait utiliser les ressources multiples de la technologie, qui se découvre un grand tragédien du chant (Peter Gabriel) ; rappelle parfois les Beatles de "I'm The Walrus", prolonge l'expérience du maintenant défunt Van Der Graaf :
"Foxtrot", c'est tout cela.

CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST JUIN 1978 N° 119 Page 46
Si « Nursery cryme » définissait clairement les options de Genesis, on pouvait cependant le trouver inégal par certains côtés, quelques morceaux comme « For absent friends » ou « Harlequin » se dessinant en creux dans le profil de cet album surtout marqué par UN grand morceau, « Musical Box ». Il n'en va pas de même de « Foxtrot » qui est éblouissant d'un bout à l'autre et dont les morceaux les moins connus, comme « Time table » ou « Can-utility and the castines » sont de petits splendeurs de cohésion et de charme. Le dernier nommé concentre par exemple en quelques minutes tout Genesis de 72 et recèle presque autant de richesses diverses que le vaste « Supper's ready »
Ce que l'on remarque surtout dans « Foxtrot « c'est d'une part que Genesis est parvenu à se créer sa propre musique à partir d'éléments précédemment banalisés par d'autres (le rock song par les Beatles, l'emploi du mellotron et de la flûte par les Moody Blues), que d'autre part il ne cesse d'accroître la complexité de cette musique, notamment en créant ici sa pièce la plus complexe, « Super's ready », chanson devenue épopée à rebondissements multiples. L'on est très loin désormais du rock song commun, que le groupe ne cessera pourtant jamais d'avoir en tête. Jamais mellotron n'avait sonné comme dans « Watcher of the skies » , jamais l'on n'avait entendu des rythmes bancals comme ceux de « Apocalypse in 9/8 » (pour lequel Phil avoue volontiers avoir fait sa meilleure partie de batterie. Désormais, Genesis fore l'inédit. Il se crée son propre son (notamment ces rythmiques sèches et saccadées de Rutherford qui seront mille fois réutilisées par la suite) . Au sein d'un équilibre parfait entre l'acoustique et l'électrique, Genesis s'accomplit pleinement dans « Foxtrot ». Il y lâche aussi la bride à son imagination délirante (celle de Peter Gabriel en fait) : cette histoire de mutation génétique rapetissant les gens pour mieux les caser dans les grands ensembles (« Get'em out by friday »), ou de ce vieillard qui frappe la terre pour faire sortir les vers et servir le souper aux oiseaux, sont fascinantes de nouveauté et de fraîcheur, avec toujours cette balance entre l'humour et l'angoisse que sait si bien régler Gabriel. « Foxtrot » est en fait le premier accomplissement total du groupe. Ce n'était qu'un début.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Boudiou quel bijou !, 26 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Foxtrot (CD)
Cet album, Foxtrot, est l'un des monuments du rock progressif ! Il faut dire qu'au moment de sa sortie, le genre foisonne de groupes mythiques et la compétition est acharnée : King Crimson, Yes, ELP, Gentle Giant, Van Der Graaf, Jethro Tull... Ben celui-là, il fait partie des touts grands ! Des textes incisifs, néo-réalistes (Get'em out by friday), un morceau d'anthologie (Supper's Ready), une partie musicale recherchée, parfois un peu pompeuse, il faut le reconnaitre (Watcher of the Sky) mais d'une originalité sans borne, et la voix de Peter Gabriel( non ce n'est pas Phil Collins qui chante !)... et la guitare de Steve Hackett... et les claviers de Mike Rutherford...

Cet album est BEAU !! Qu'on se le dise !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Cinq étoiles... évidemment !!, 20 novembre 2009
Par 
kiki (Somewhere over the rainbow) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Foxtrot (CD)
Comment rester insensible à ce merveilleux témoignage de cette folle époque du rock "Progressif" ?? "Foxtrot" est un de ces cadeaux merveilleux que la musique nous a offert, de la première à la dernière note. Je connais cet album depuis 1975 , je ne l'écoute plus tous les jours (c'était le cas à une époque) mais des frissons et de merveilleux souvenirs reviennent chaque fois que j'entends "Get'em out..." ou "Supper's ready". Du très grand Genesis qui restera dans les annales avec d'autres "classiques" du genre ("Close to the edge" (Yes), "Aqualung" (Jethro Tull), "Red" (King Crimson), "Wish you were here" (Pink Floyd)....)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit