Commentaires en ligne 


11 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et le miracle Purpendicular se produisit..., 30 avril 2011
Par 
Stefan (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
Cet album est un petit miracle. Qu'un groupe qui existe depuis alors près de 30 ans, qui vient de perdre un des membres fondateurs à l'importance si déterminante dans la carrière du groupe, qui n'as plus sorti d'album réellement intéressant depuis une dizaine d'années réussisse le tour de force de produire une galette telle que Purpendicular est, tout simplement, aussi inattendu que réjouissant.

A croire que le départ d'un Ritchie Blackmore - au caractère aussi volatile et explosif que son talent est grand - a libéré nos anciens ! Il est vrai que les dernières années avec Ritchie ne furent pas une grande réussite. Que ce soit la tentative de Rainbowisation du Pourpre Profond avec l'adjonction de Joe Lynn Turner en remplacement d'un Ian Gillan n'arrivant tout simplement plus à supporter son potentat de guitariste ou le retour dudit Gillan pour un album aussi inspiré qu'une page du bottin... Quelque chose n'allait visiblement plus au Royaume de ces dinosaures en perdition...

Qu'il eût fallu le saccage d'un membre aussi influant et (prétendument) indispensable fut une immense surprise pour ceux qui suivaient l'histoire chaotique mais passionnante de ces légendes de la scène Hard Rock des 70s. Et si la six-cordes fut d'abord confiée à un autre maestro, l'inoxydable Joe Satriani, pour ce qui ne fut qu'un dépannage. C'est finalement à l'ex-Kansas et Dixie Dregs Steve Morse qu'incombe (comme avec Tommy Bolin à l'époque du premier départ de Ritchie) la lourde tâche de faire oublier son devancier. Et, pour impossible que relever un tel challenge puisse paraître c'est pourtant le tour de force que réussit ici Morse.

Mais le plus surprenant là dedans c'est la dynamique et le plaisir de jouer que ce changement de personnel semble avoir fait retrouver à Deep Purple. De la première à la dernière note de ce Purpendicular on entend en effet des musiciens qui semblent avoir enfin retrouvé le plaisir de jouer de la musique ensembles. Pas que le matériau disponible sur l'album soit particulièrement novateur ou révolutionnaire - pas du tout ! - ces 4 anciens et leur nouveau joujou se contentent de jouer ce hard rock racé et mélodique qui a fait leur succès. On pourrait même, rétrospectivement, voir dans certains morceaux - les plus calmes - les signes avant-coureurs de l'épuisement d'inspiration qui frappera le quintet sur ses deux opus suivants : le très inégal Abandon et le ramollo Bananas. Mais, en attendant la chute, tout ici fonctionne à merveille.

Dire que Purpendicular est parfait serait cependant exagéré. Il y a dans l'album deux ou trois chansons qui donnent relativement moins satisfaction que le reste mais, tout compte fait, valent tout de même mieux que ce que les deux précédentes livraisons nous avaient apportées. Et même en coupant ces relatifs moments d'inertie créatrice, il reste largement assez de musique pour remplir un album de toute première bourre.

Et c'est exactement ce qu'est ce Purpendicular : l'album du bonheur retrouvé où les anciens convolent en juste noce avec leur nouveau camarade de jeu pour le plus grand plaisir de l'auditeur qui en redemande.

C'est volontairement que je ne rentre pas dans le détail de la musique ici proposée. Ceux qui connaissent déjà l'aeuvre ici présentée savent ce qu'elle vaut et il serait dommage de déflorer le plaisir des autres qui, je le souhaite, prendront autant de plaisir que moi à l'écoute de ce - je le rappelle - miraculeux album.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mieux qu'un renouveau, 27 août 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
Quand on a enregistré des monuments comme "In Rock" (1970) et "Machine Head" (1972), il est toujours un peu difficile de sortir un album qui puisse se hisser au même niveau - surtout 25 ans après ! Deep Purple, au gré de ses changements d'effectif, nous avait donné quelques bons albums. Avec "Purpendicular", la bande à Ian Gillan renoue avec une originalité de conception et une vitalité exceptionnelles, qui doivent sans doute beaucoup à l'arrivée de l'époustouflant Steve Morse à la guitare. Ce dernier est particulièrement à son aise dans "Ted the Mechanic", "Sometimes I feel like screaming", "Hey Cisco" ou "Somebody stole my guitar" mais on retrouve aussi bien un Jon Lord hyper-inspiré ("Soon forgotten"), un Ian Paice intenable ("Rosa's Cantina") et un Roger Glover trépidant ("Cascade"). Surtout, la voix de Ian Gillan fait corps avec la musique sur l'ensemble de l'album, comme jamais depuis "Machine Head".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 5 étoiles pour le son et la richesse harmonique, 25 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (Album vinyle)
Sur ce premier album après la brève apparition de Joe Satriani, Steeve Morse vient complèter le line-up avec Ian Gillan au chant, John Lord aux claviers, Roger Glover à la basse et l'indétronable Ian Paice à la batterie.
Blackmore - guitariste de légende - a, lui, quitté le groupe en 93.

Cet album qui parait en 1996 apporte un renouveau, avec effet "tapping du pied" garanti. L'apport de Morse, avec son jeu parfois aérien parfois net, précis et tranchant est indéniable.

Certains morceaux peuvent prétendre au titre de chef d'oeuvre: "Some times I Feel Like Screaming", 7'30 de bonheur avec une alternance des moments doux (belle articulation au piano) et puissants (orgue + guitare saturée), ou "The Aviator" avec cette superbe sonorité aérienne (joué avec sa guitare "Frankeinstein" ?).
Magistral solo à l'Hammond auquel répond Morse sur "I'm Not Your Lover".
"Rosa's Cantina" avec son groove particulier, Gillan en soutien avec son harmonica (il nous gratifiera d'ailleurs d'un solo dans les standards du genre) et bien sur Paice et Glover (ligne de basse!) solides comme ... des Rocks.
"A Castle full of Rascals" ou "Somebody Stole My Guitar" nous ramène au Deep que l'on connait mieux (ce dernier opus sera peut être celui que l'on retiendra le moins malgré la furtive mais excellente partie de ping-pong entre l'orgue et la guitare à 2'35).
"A Touch Away" dont on ne se lassera jamais; rythmique en arpège, envolées de guitares avec picking hyper dynamique (et leur lot d'effets) et basse-batterie inébranlable.
Belle ligne basse, riche et enlevée avec de superbes harmoniques sur "Hey Cisco".

Si on ajoute un Gillan au meilleur de sa forme (voir notamment sa prestation sur "A Castle..") on obtient au final un album incontournable que l'on soit amateur de leurs prestations de la première heure (Hush sur Shades Of Deep Purple, Lalena et April sur Deep Purple) ou de la 2e (Deep Purple In Rock (Anniversary Edition)) ou de la 3e (The Battle Rages On).

Même si le jeu et les compos peuvent parfois être ressenties comme un poil froids, cet album mérite sans aucun doute sa place au sein de toute discothèque rock.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Encore mieux en vinyle..., 30 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (Album vinyle)
tout d'abord, c'est l'album de la renaissance pour Deep Purple. Après le départ du génial mais fantasque et ombrageux Blackmore, Deep Purple a fait une tournée 1994 avec Joe Satriani en tant que remplaçant. Gillan et consort se sont rendus compte qu'il y avait une vie après Blackmore. Satriani n'ayant pas souhaité continuer, Steve Morse (Pour la petite histoire Satriani a été l'un de ses élèves) est arrivé aux manettes.
La sortie de Purpundicular fut une grosse claque. l'ensemble fait mieux que tenir la route comme des vieux briscards (quoique chacun dans leur cursus... n'est-ce-pas?). L'entame "Ted & the Mechanics" emmène le groupe dans un premier groove, boogie mais nerveux. Superbe morceaux. Ensuite les morceaux s'enchainent avec leurs surprises et leurs originalités. Du groove, des lignes de basse qui montrent toute le talent de Roger Glover, des morceaux prog ou folk. Bref de la diversité avec un Steve Morse créateur et versatile dans le bon sens du terme.
Cet album est du niveau d'un Perfect Stranger ou d'un In rock
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un nouveau départ réussi pour le Pourpre Profond, 24 mars 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
Avec Purpendicular, Deep Purple prend un nouveau départ après une période relativement creuse et mouvementée. Cet album est une véritable bouffée d'oxygène. Musicalement très abouti, il propose des titres variés dont de nombreux hits comme "Sometimes I feel like screaming", "Ted the Mechanic" sans oublier les sompteux "Hey Cisco", "Rosa's Cantina" et "The Aviator". L'arrivée de Steve Morse à la guitare n'est pas étrangère à ce renouveau. Ses parties apportent beaucoup de fraicheur aux morceaux qui demeurent tous agréables à écouter. Cet album vaut vraiment le coup et passer à coté serait vraiment dommage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Purprendçaetadmire., 14 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
Désolé pour le jeu de mot idiot. Ben ce disque est énorme. D'abord le son, mixage et production impeccable. Puis les musiciens, en symbiose parfaite les uns avec les autres. Le nouveau gratteux, Steve Morse est absolument excellent, et donne à ces magnifiques chansons des lignes mélodiques éblouissantes, avec des colorations celtiques trèèès sympas. La rythmique est -comme toujours chez Purple- monumentale, et Gillan se démène avec brio pour habiller de sa voix puissante le tout. Que dire de plus? Ah oui. C'est l'un des tout meilleurs Purple, "y'a pas photo". 18/20.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Leur meilleur album depuis..... les seventies!, 19 décembre 2013
Par 
CAROSSI "Rockprog84" (Apt, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
Sorti en 1996, "Perpendicular" est un album franchement inespéré. C'est vrai qu'avec les précédents efforts plutôt inégaux (et ce malgré un bon "Perfect strangers" en 1984 pour un retour aux affaires), on ne pensait plus capable le groupe pouvoir sortir un album de ce calibre là.
Dès "Ted the mechanic" (quelle patate!), on sent un groupe qui s'éclate, en grande forme. Et çà continue avec les titres suivants, en autres les magnifiques "Loosen my strings" et "Sometimes I feel like screaming" (peut-être le sommet de l'album), mais aussi avec les pêchus "Soon Forgotten", "Cascades: I'm Not Your Lover", "Rosas's cantina" ou encore "Hey Cisco". Pas de titres moyens, que du bon ou du très bon, pour plus d'une heure de Pourpre Profond du plus haut niveau!
Au final, un des meilleurs albums du groupe, en tout cas certainement le inspiré depuis des lustres: peut-être est-ce dû à l'arrivée de Steve Morse qui a su insuffler au groupe ce groove qui faisait quelque peu défaut depuis pas mal de temps? Non, il n'y a pas que "In rock", "Machine head" ou "Burn": il y a aussi "Perpendicular"!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le retour de l'inspiration, 1 décembre 2011
Par 
gégé-blues (FRANCE-Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
En 1996 sortait l'album Perpendicular de Deep Purple avec Steve Morse (ex Kansas) à la guitare. Son approche élégante, ses lignes de guitare fluides injectent du sang neuf et sortent la machine de ses rails habituels pour la remettre en position favorable, le groupe s'étend un peu perdu dans ses précédentes productions. Son travail dans « Sometimes Feel Like Screaming » est un pur enchantement, valorisé par un Ian Gillan au meilleur de sa forme, sachant parfaitement doser ses humeurs en fonction des climats. Car le plus surprenant et le plus attractif, c'est la variété des compositions, la richesse de la palette, l'inspiration semble revenue chez Deep Purple, le titre « Vavoom : Ted the mechanic » est une réussite dans l'originalité, j'aime bien aussi « Rosa's cantina » au rythme saccadé avec sa ligne d'harmonica vers la fin, « Hey Cisco » n'est pas mal non plus. Et puis Jon Lord qui n'oublie pas d'enrichir savamment le tout par ses interventions au clavier sur une rythmique parfaitement rodée par Ian Paice aux drums et Roger Glover à la basse. Le groupe n'est pas mort, loin de là !. (12 titres / 62mn48).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Spectacular, 3 juillet 2009
Par 
G. Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
Est ce que connaitre "smoke on the water" fait de vous (et de moi en particulier) un connaisseur du géant Deep Purple ? ... Non bien sûr ! Car il y a fort à parier que même le plus reculé des inuits aura lui aussi entendu, au moins une fois dans sa vie, ce Classic du pourpre profond. Il y a, me concernant, une nuance toute fois. Bien que n'ayant, avant "Purpendicular", jamais possédé le moindre album du groupe, j'ai eu le plaisir de les voirs en Live à trois reprises (sans Blackmore). Voilà qui devrait suffir à légitimer mes dires lorsque à cet instant je vous dis: Je connais Deep Purple.
Dans le même temps, il est tout aussi vrai que, si à chaque fois j'ai pris un réel plaisir à les écouter, je ne suis pas pour autant un grand fana du groupe, et ce pour deux raisons majeures: L'orgue hammond à toutes les sauces et la voix très typée de Ian Gillan. Vous allez me dire: "Qu'est ce que je fiche encore là alors !!?" Et bien justement ! C'est bien grace à ce qu'est "Purpendicular" que mon opinion sur le groupe aura hautement et sensiblement changé.

Cet album marque tout d'abord l'arrivée notoire, au sein du groupe, d'un extraordinaire six-cordistes en la personne de Steve Morse. Pas Mancho (houlaa ! c'est très très bon ça !) pour un sou, il rivalise (et plus encore) aisément avec ces contemporains. Ce qu'il insuffle à ce disque est à l'image du musicien, tel que je le découvrirais quelques temps plus tard sur scène: Inventif, décontracté, bourré de feeling et ... Souriant. "Purpendicular" est sans esbrouffes et traduit simplement avec brio cet état d'esprit qui semble ne plus quitté le groupe depuis. Du plaisir, de la joie, de l'envie à l'état pur, voilà ce qu'il est.

A l'écoute de ce disque, je me dis aussi que Deep Purple ne peut définitivement pas être réduit à cette trop simple et trop simpliste caricature de "Pères du Hard Rock". La palette de couleurs étant ce qu'elle est sur "Purpendicular", elle devrait aisément se charger d'en persuader les derniers septiques. 19/20
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 passage réussi, 14 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Purpendicular (CD)
après le départ de Ritchie Blackmore et l'intérim assuré par Joe Satriani, DP recrute le vétéran Steve Morse, et se voit boosté par ce sang neuf. "ted the mechanic" "sometimes I feel like screaming" "I'm not your lover" "rosa's cantina" "castle full of rascals".... Purple innove et se revigore après le mou "the battle rages on"....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Purpendicular
Purpendicular de Deep Purple (CD - 1996)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit