Commentaires en ligne 


16 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (5)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un album qui vaut le détour.
Onzième album studio du groupe, "Virtual XI" doit aussi son titre aux nombre de joueurs qui composent une équipe de football ! Tout fan d'Iron Maiden sait ô combien le groupe et surtout Steve Harris, apprécient ce sport. L'année de sortie de l'album coïncide en plus avec la coupe du monde de football ; ce qui n'est d'ailleurs certainement pas...
Publié le 30 août 2001

versus
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Maiden aux portes de l'enfer!
Les années 90 n'auront pas été d'une grande tendresse avec le hard-rock / heavy-metal traditionnel. Tous les groupes issus d'une certaine génération trinquent devant le grunge, le métal alternatif et ce qui deviendra le nu metal. Iron maiden, groupe bénéficiant pourtant d'une large popularité,...
Publié le 8 août 2010 par Walterjovi


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Maiden aux portes de l'enfer!, 8 août 2010
Par 
Walterjovi - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
Les années 90 n'auront pas été d'une grande tendresse avec le hard-rock / heavy-metal traditionnel. Tous les groupes issus d'une certaine génération trinquent devant le grunge, le métal alternatif et ce qui deviendra le nu metal. Iron maiden, groupe bénéficiant pourtant d'une large popularité, considéré comme l'un des incontournables du rock, subit aussi les conséquences de ce changement.
Lorsque sort "Virtual XI" en mars 1998, le groupe est plus ou moins moribond. Les ventes d'albums ne sont plus ce qu'elles furent durant les années 80, et les salles de concert sont moins remplies. Déjà handicapé en 1990 par le départ du guitariste Adrian Smith (compositeur de nombreuses chansons du groupe et memebre apprécié malgré sa discrétion), Iron Maiden semble avoir du mal à satisfaire ses fans suite au départ de l'incontournable chanteur Bruce Dickinson, figure de proue populaire à la voix exceptionnelle parti faire des albums en solo. Remplacé par Blaze Bailey, chanteur de Wolfsbane à l'époque, Iron Maiden ne parvient pas à convaincre. Il faut dire que Blaze ne possède ni le même timbre de voix que Dickinson, et n'a pas la même étendue vocale, ni même la technique équivalente du chant de "Air Raid Siren". Si Janick Gers avait remplacé sans trop de difficulté le rôle de guitariste au sein de Maiden en prenant la place de Smith (même si sa contribution créative est moins importante, quantitativement et qualitativement), Blaze Bailey a bien du mal à faire oublier un membre légendaire d'un groupe légendaire, une situation que connaîtra Tim "Ripper" Owens au sein de Judas priest en remplaçant l'irremplacable Rob Halford au micro.
Moins puissant, avec moins de technique et moins d'amplitude vocale, Blaze ne satisfait pas les fans. De plus, il a été conspué sur scène, et la tournée précédente avait été écourté suite à des problèmes d'allergies rencontrés par la chanteur, l'utilisation de certaines fumées lui fusillant la gorge (version officielle bien entendu mais on pourra dire que les salles, moins remplies, coûtaient très cher à l'organisation d'une tournée lourde en coût).
Premier signe qui permettait de dire que le groupe allait moins bien, la parution en 1996 d'un premier best-of, "Best Of The Beast", où apparaissait une nouvelle composition intitulée "Virus". Sans être un mauvais morceau, "Virus" annonçait "Virtual XI" : introduction calme avec une montée en puissance. Un schéma que le groupe allait appliquer à la lettre sur cet album paru en 1998.
Après un album-fleuve en 1995 (onze chansons, plus de soixante-dix minutes), Iron Maiden tente de recentrer le débat avec "Virtual XI" : uniquement huit chansons, à peine plus de cinquante minutes. Un virage pour aller à l'essentiel en recentrant le débat musical, être plus efficace et plus direct. Pourtant, le groupe avait composé d'autres chansons, au moins quatre qui apparatraient sur l'album suivant "Brave New World".
Je passe sur l'infecte pochette réalisée par Melvyn Grant, auteur de celle de "Fear Of The dark" qui était pourtant superbe, pou vous parler de la musique. L'album débute avec "Futureal", un titre court (moins de trois minutes), rentre-dedans, incisif, comme Iron maiden sait les pondre. Sans être un classique du groupe, il s'agit d'une chanson très classique pour Iron maiden, très sympathique, mais sans réelle inventivité. Ce sera néanmoins une chanson efficace sur scène.
Les choses deviennent plus difficiles avec "The Angel And The Gambler", premier single de l'album. La durée de ce titre avait pourtant de quoi choquer pour réaliser un single : près de dix minutes! Une version "edit" sortira pour les radios, proposant un condensé en six minutes, bien plus efficace que la version de l'album, bien trop longue. Titre plus rock que très hard, une piste peu utilisée par le groupe ("Holy Smokes", "Hooks In You", "Wildest Dreams"), on note l'apparition récurrente d'un clavier ponctuant le riff de notes et de nappes, renvoyant à Deep Purple. On pourrait que cette chanson représente la face la plus grand public que Maiden puisse proposer. Même le solo est très très rock! Malheureusement, dix minutes à ce régime, c'est beaucoup trop. Perdant toute efficacité rapidement, faute d'une longueur marathonienne, "The Angel And The Gambler" tourne au supplice sur la durée. La version edit, qui est pourtant une hérésie puisque ne respectant en rien le processus créatif de n'importe quel groupe, se révèle salvatrice pour "The Angel And The Gambler".
"Lightning Strikes Twice", troisième chanson, tout en gardant le côté progressif indéniable du groupe, propose une introduction calme suivant un moment plus appuyé, ce que "Virus" montrait deux ans auparavant. Montée en puissance qui deviendra l'une des marques de fabrique de cet album... Refrain limité à la ligne "lightning strikes twice" où Blaze démontre ses limites, cette chanson n'est pas mauvaise, mais il manque le petit plus qui en ferait un titre que l'on réécouterait régulièrement. D'une durée raisonnable (moins de cinq minutes), elle reste efficace mais n'a rien d'un classique absolu.
"The Clansman", chanson probablement inspirée par le film "Braveheart", est le titre à retenir de "Virtual XI". Malgré ses neuf minutes, cette chanson passe toute seule. Après une introducion calme et mélodique, la ligne mélodique principale se met en place sur un chant presque chuchoté avant que l'énergie revienne sur un "freedom" d'anthologie. Titre variant les ambiances, utilisant les trois principales idées composées pour devenir une composiition à tiroirs, on peut juste regretter que Steve Harris n'ait pas cherché à obtenir un gimmick écossais pour accompagner la musique. Mais là où on s'aperçoit que Maiden peut devenir un géant plutôt que grand, c'est dans la version live proposée sur "Rock In Rio", album sorti après la tournée "Brave New World". Là où Blaze Bailey donne tout ce qu'il peut sans soulever un enthousiasme débordant, Bruce Dickinson va lever une foule de 250,000 personnes au Brésil, l'un des pays principaux en terme de fans pour la vierge de fer. La voix de Bruce transporte la composition vers une strate plus haute, lui conférant bien plus d'impact que sur la version studio, et c'est là qu'on s'aperçoit que Maiden prend toute sa signification sur scène, au contact de son public acquis à sa cause. Dickinson, en frontman né, parvient à décupler le potentiel de "The Clansman". Blaze ne fait rien de plus que ce qu'on lui demande, chanter, il n'a pas les possibilités de son illustre prédecesseur / successeur, puisque le pauvre Bailey sera congédié au terme de la tournée de 1998 pour permettre le retour de Dickinson, choix politique et monétaire judicieux pour un groupe au bord du gouffre.
Après une "face A" sympathique, ayant des possibilités mais sans génie, la cinquième chanson, "When Two Worlds Collide", revient à un rythme plus énergique. Petite intro posée avant un pont suivie d'un refrain nerveux, cette chanson n'est pas mauvaise du tout, montrant un Maiden classique mais efficace. Il Manque toujours la petite étincelle qui fera décoller véritablement cette composition. Dave Murray et Janick Gers, plutôt inspirés pour leurs solos, font toujours mouche depuis le début. Les "ooh"ooh" font également mouche, marque de fabrique inévitable chez Maiden. peut-être qu'enregistrée avec Dickinson, "When Two Worlds Collide" aurait connu un autre sort que celui de titre plutôt inconnu alors qu'il gagnerait à l'être.
"The Educated Fool" propose, une nouvelle fois, une introduction calme avec un chant en douceur et une petite ligne de guitare suivant la ligne mélodique de toute beauté. Le reste la chanson, bien plus appuyé, est sympathique, mais Blaze Bailey, avec son timbre bien à lui, plombe un peu le morceau. L'ayant toujours défendu, car enfiler les charentaises de Dickinson était un suicide, il faut quand même reconnaître qu'artistiquement, il était trop limité. Constat qui s'avère flagrant sur "The Educated Fool", qui gagnerait comme "When Two Worlds Collide", à être plus connu.
"Don't Look To The Eyes Of A Stranger", où Steve Harris évoque ses craintes paternelles légitimes, débute de la même manière que les précédentes chansons, et ça devient un peu lassant à la longue. Qui plus est, cette chanson n'a rien d'exceptionnel du tout. Le bassiste, compositeur intégral de cette chanson, pousse même le bouchon loin en étirant ce titre pour le laisser exsangue... Deux minutes de moins n'aurait pas été "de trop"! En tout cas, il s'agit du titre le plus faible de l'album, qui aurait fait une honnête face B de single.
L'album se termine sur "Como estais Amigos", composition née en Argentine entre Blaze Bailey et Janick Gers". Fausse ballade, ce titre est sympathique, mais anecdotique, parce qu'une fois de plus, Maiden a levé le pied. Titre assez calme au final, "Como estais Amigos" n'a pas marqué les esprits autrement que par son intitulé hispanique, la faute à d'autres chansons de l'album trop longues et trop calmes.
Peu convaincant sur la longueur, "Virtual XI" décevra presque tous les fans. Iron Maiden, habitué à des chiffres de ventes plutôt coquets, va réaliser son plus mauvais score : à peine plus d'un million d'albums écoulés! Rentré en seizième position dans les charts anglais, "Virtual XI" restera un album oublié, même méprisé. Le signe des temps qui changent autour de Maiden ou bien Maiden qui n'a pas réalisé un très bon album? Un peu des deux. D'ailleurs, si Blaze Bailey sera viré pour permettre le retour de Bruce Dickinson (qui aura dans ses bagages le guitariste Adrian Smith, Iron Maiden devenant un groupe à six membres), ce sera surtout politique et commercial, puisque Steve Harris n'avait jamais caché sa profonde déception (même colère) devant le départ de "Air raid Siren". L'alchimie sera pourtant au rendez-vous sur l'album suivant, "Brave New World" qui contiendra les subsides de "Virtual XI" dont "Dream Of Mirrors, longue chanson titanesque que le groupe n'a bizarrement pas exploité en 1998 et "The Nomad", titre long également, à l'ambiance arabisante et au climax superbe.
Néanmoins, "Virtual XI" mérite-t-il son sort d'album pestiféré? Peut-être pas au point de l'oublier à ce point car il manque parfois peu de choses pour que les chansons deviennent des classiques. Peut-être que l'utilisation plus abusive des claviers n'a pas aidé? En tout cas, la durée de certains titres a joué contre l'album...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Virtual band, 24 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
Après le coup de poker "X-Factor", qui intronisait Blaze Bailey au chant et se concentrait sur des compositions plus sombres (personnellement, j'ai adoré), la Vierge de Fer pond ce "Virtual XI", poussif et roublard à souhait. La production laisse toujours à désirer (grand Dieu, quel manque de patate au niveau des guitares!) et les morceaux frôlent souvent la facilité, sinon la médiocrité ("Don't look to the eyes of a stranger", "The Angel and the gambler", des morceaux bâtis sur le même schéma, répétitifs et souvent chiants). Quelques bonnes surprises ("The Clansman" qui vise juste, "The Educated Fool" intéressant) et un disque 100% Maiden (contrairement aux expérimentations "No Prayer For The Dying" par exemple), qui n'arrive pas à convaincre tellement il est faible. A posséder néanmoins si on est grand fan :)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un album qui vaut le détour., 30 août 2001
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
Onzième album studio du groupe, "Virtual XI" doit aussi son titre aux nombre de joueurs qui composent une équipe de football ! Tout fan d'Iron Maiden sait ô combien le groupe et surtout Steve Harris, apprécient ce sport. L'année de sortie de l'album coïncide en plus avec la coupe du monde de football ; ce qui n'est d'ailleurs certainement pas une coïncidence ! Heureusement, celui-ci est d'une grande qualité comparé aux resultats de l'équipe d'Angleterre au mondial 98 !!!
C'est le deuxième et dernier album avec Blaze Bailey au chant, qui, même s'il ne parvient toujours pas à faire oublier Bruce Dickinson, s'en sort encore une fois très bien.
Au niveau musique, l'énergie est là, les compositions sont bonnes, un peu dans la même veine que "The X Factor", c'est à dire que c'est différent de tout ce qui précède, mais que çà reste du Maiden, avec le côté progressif.
Un bon album à ne pas négliger.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Moi, j'aime bien., 26 décembre 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
Je n'ai jamais été un grand fan de la "Vierge de fer".
J'ai acheté ce CD, car la pochette m'intriguée.
J'ai écouté, plusieurs fois, et là, surprise j'ai trouvé cet album plus qu'intérressant. La voix de Blaze, d'un premier abord innapropriée apporte un + aux compos, qui ne sont pas du Iron Maiden pur jus.
Certe, il y a quelques longueurs répétitives, mais je trouve que cela le fait.
Avec ce Virtual XI, Maiden ne fait pas du Maiden.....et c'est peut etre pour cela que j'apprécie.....désolé pour les puristes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 virtuel = superficiel, 26 août 2009
Par 
Barclau "into the pit" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
Pauvre Blaze, perdu et haï de tous car tu as participé à la pire époque d'un des plus grands groupes de l'histoire. Mais ce qu'on aime chez ces géants c'est leur capacité à revenir. Soulagement car dernière étape vers leur renaissance, cet album est pénible, ça fait surtout mal au cœur. Le son est sans profondeur, les morceaux ne sont pas trop mal, mais on s'y intéresse parce que c'est Iron Maiden, et là le groupe devient une marque. Si le groupe n'était pas connu, cet album aurait eu l'effet d'un pet de mouche dans les narines d'un géant. Le foot comme toile de fond ne prouve qu'une chose, Maiden ne fonctionne qu'en équipe, car même si Harris compose toujours des morceaux qui ont une bonne substance, seule l'équipe leur rend justice et vitalité, (et un groupe n'est jamais l'affaire d'un seul homme), et là ce n'est pas la bonne combinaison.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Pas trop fan de la période Blaze Bailey mais inconditionnel du groupe il me fallait compléter ma collection, 19 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
Pas trop fan de la période Blaze Bailey mais inconditionnel du groupe il me fallait compléter ma collection, puis le morceau "the clansman" est génial bien que je le préfère interprété par Bruce Dickinson
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 le plus mauvais album d'iron maiden, 26 avril 2011
Par 
Vincent VZT "vincevez78" (sartrouville depuis 2009) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
la faute de goût, le poil de cul entre les dents, l'album de trop en fait. ce virtual XI plus rock que metal comporte des titres en majorité sans saveur ni grand intérêt. on peut toutefois rendre les honneurs au groupe qui l'a pourtant bien défendu en live.
je me souviens d'un concert grandiose au zénith de paris avec helloween en première partie. maiden avait joué 7 titres sur les 8 de l'album, et ce, sans léser l'ancien répertoire car les anglais avait donné un concert marathon de plus de 2 heures et quart (au titre des raretés, sanctuary a été jouée), et blaze bayley s'est révélé être meilleur chanteur scénique que sur disque. il faisait même parfaitement illusion sur les anciens titres en se rapprochant du style de dickinson. un très bon concert en soutien d'un album décevant!
malgré avoir tout donné, la relégation pendait cepandant au nez de maiden qui risquait de devenir totalement has been. le thème du foot étant en plus totalement beauf!(voir la photo intérieur du livret!)
les retours de bruce dickinson et d'adrian smith l'année suivante auront eu pour effet de permettre au groupe de rejouer à bercy (3X le zénith!) sans même avoir sorti de nouvel album!

cela ne s'est pas fait sans conditions, la plus importante étant le recours à un producteur pour bénéficier d'un regard extérieur. kevin shirley sera l'homme de la situation. le retour de deux musiciens talentueux et compositeurs non moins talentueux, permettra à iron maiden de revenir sur le devant de la scène avec l'un de ses albums les plus forts de sa discographie.

en ce qui concerne virtual XI, il n'y a pas grand chose à en retirer, si ce n'est peut-être the clansman, que le groupe rejoue parfois en concert et qui est le seul titre valable de ce disque, the angel and the gambler étant elle uniquement valable dans sa version raccourcie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 moyen, 30 novembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
si l'on enlève la compo-phare "The Clansman" et l'efficace single "Futureal", on se retrouve avec une poignée de titres fonctionnant sur le même mode, à savoir une montée en puissance après un début calme, et hormis quelques riffs, ce n'est pas un album inspiré. dispensable
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 de plus en plus dur !!!!, 6 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
décidément Blaze BAYLEY a du mal a s'imposer !!!aprés s'etre fait craché dessus lors de la tournée x factor et hué par les fans il pérsiste pourtant encor une année de plus et revient avec virtual xi !!Bon outre son allure de cow boy dans le clip the angel ... il tient pourtant bien la route ,je ne comprend pas pourquoi tant d'acharnement a vouloir le déscendre ,il faut se méttre a sa place ,ce n'est pas rien ce qu'il a fait !il a juste tenté de remplacer Mr DICKINSON ,Le chanteur de MAIDEN pendant plus de 20 ans !!!évidement sa voix n'a rien a voir avec celle de bruce ,et ses préstations scénique non plus ,mais quand méme ,il est loins d'étre nul !!!!!!!je pense que la faute de cette déscente aux enfer reviens a steve harris car tout le monde sait que les décisions finale concérnant le groupe lui incombes ,c'est hallucinant bayley n'etait simplement pas fait pour maiden sa voix est bien trop grave pour cértains titres (aces high wasting love etc ...)je ne comprend pas comment le reste du groupe a laisser faire ça ????pour en revenir a l'album en lui méme il est un peu lourd a digérer ,certains titres sont trop long et répétitif (como estais amigo ,lightning strikes ...)mais the clansman est trés beau ainsis que the angel & gambler !!a acheter si on est fans !!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 bien que "virtual" c'est bien du "maiden", 30 avril 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Virtual Xi (CD)
2éme et dernier opus avec blaze bayley au micro, sorti en 98, ce 11éme album studio sorti des metalleries anglaises n'est pas le plus mauvais loin de là. D'abord l'ensemble se tient bien, l'album est plus court que "X factor" et certaines compos sont moins allambiquées.. ce qu'il faut retenir :" futureal" pour ceux qui ont adoré "wratchild" en 81 et "the trooper" en 83 c'est tout à fait dans la veine. Ensuite "the clansman" le morceau eponyme type "Alexander the great" mais surtout l'incroyable "don't look the eyes of the stranger" avec ce riff que l'on retient de suite. Le seul défaut c'est l'interprétation de Bayley. Non pas qu'il chante mal mais le coté trés repetitif des refrains devient soulant rapidement. A vouloir trop en faire.... donc un bon album, de bonnes compos musicalement parlant. les mêmes titres chantés par Bruce seraient certainement meilleurs mais cela n'engage que moi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Virtual Xi
Virtual Xi de Iron Maiden (CD - 1998)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit