undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 juin 2009
Nous sommes en 1982, c'est un Ozzy traumatisé par la décès brutal de son guitariste Rhandy Rhoads en pleine tournée américaine.
C'est un coup d'arrêt pour sa nouvelle carrière car il était le grand complice de ses deux albums "Blizzard of Ozz" et "Diary of a madman".
Ozzy décide de faire front en sortant cet album live uniquement constitué du répertoire de Black Sabbath.
Il s'adjoint du guitariste Brad Gillis (Nightranger), du bassiste Rudi Sarzo (Quiet Riot) et Tommy Aldridge à la batterie.
Ce concert est enregistré au Fillmore East à New York. On a affaire à un groupe éfficace qui restranscrit fidélement l'état d'esprit de Black Sabbath, l'auditeur percoit le plaisir d'Ozzy qui interprète ces morceaux qui ont fait sa gloire.
A noter certains titres comme "the wizard", "Sweet leaf", "Fearies wear boots" et "Never say die" égalent les originaux.
On a affaire à un Ozzy totalement régénéré pour redémarrer sa nouvelle carrière.
A posséder cet album qui vaut le détour.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je vais faire cours...ce live est une tuerie!!!La set-list,entiérement constituée de morceaux du grand BLACK SABBATH,sonts ici interprétés de façon magique,par le"ozzy osbourne band"de l'époque.Quasiment que des classiques,et quelques raretées,comme le terrible"never say die".Les musiciens sonts en place,les riffs et solos sonts géniaux,la basse bien mise en avant est énorme,la batterie cogne,et il y'a le prince des ténébres,mr osbourne,complétement possédé par son art,qui chante avec son timbre de voie si unique d'une façon magistrale!!!Rajoutez à ça,un son impeccable et une trés bonne participation du public(ozzy!!!ozzy!!!),et vous obtenez un live indispensable,à tous fans de true metal qui se réspecte!!!18sur20!!!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alors que Black Sabbath avec Ronnie James Dio sortait "Live Evil", Ozzy de son côté pour se consoler de la perte de Randy Rhoads offrait lui aussi sa version personnelle du répertoire sabbatien en live. Accompagné d'un groupe de tueurs, il nous live des versions explosives de ces vieux titres qui ont fait sa renommée. Ca dépote, mais ça ne vaut pas les originaux, beaucoup plus malsains. Une parenthèse salutaire pour le chanteur fou...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alors que le Madman s'est complètement relancé avec une carrière solo au début des années '80, avec deux albums pour le moins fracassants (avec Randy Rhoads à la guitare), Ozzy publie ce "Speak Of The Devil" qui a la particularité de ne comporter que des reprises de son ancien groupe, Black Sabbath.
Alors que ses ex acolytes ont renoué avec le succès aidé de leur nouveau chanteur, et s'apprêtent à publier un album live, le management d'Osbourne s'empresse d'enregistrer deux concerts (les 26 et 27 septembre '82 à New York), afin que le vocaliste ne soit pas en reste. Ozzy qui a pourtant décapité et mordu colombes et chauve-souris, ne résistant pas à sa persuasive femme de manager. Sur ce live publié en Novembre '82 (damant ainsi le pion d'un mois à "live evil"), le Madman est entouré du bassiste Rudy Sarzo et du batteur Tommy Aldrige, mais Randy Rhoads n'est malheureusement plus à la guitare. Le guitariste est accidentellement décédé plus tôt dans l'année (en Mars), dans un crash d'avion (alors qu'il n'était pas plus tenté que cela à l'idée de participer à ce projet). Il fut d'abord remplacé brièvement par Bernie Torme, puis par Brad Gillis (de Nightranger) engagé pour aller au terme de la tournée. Brad Gillis demeurant d'ailleurs plus fidèle au style nerveux et véloce de Rhoads, que celui plus heavy et malsain du sorcier de la guitare qu'est Iommi. La teneur du répertoire se rapprochant ainsi plus du hard rock déployé sur les deux albums d'Ozzy Osbourne, que du heavy metal délivré par Black Sabbath. Si le ton diffère légèrement, l'impact avec un Ozzy très mordant demeure, et ce live qui a tout d'un Best-Of du Sabbath version Ozzy à l'avantage de comporter, aux côtés des "Iron Man", "Children Of The Grave" et "Paranoid" régulièrement repris par la bande à Ozzy, des titres qui sont alors délaissés par le Sabbath version Dio. Comme l'excellent "The Wizard", et les géniaux "Symptom Of The Universe", "Snowblind", "Fearies Wear Boots" ou "Sabbath Bloody Sabbath" et "Never Say Die".
Même si la démarche de cet album pu paraître surprenante, le Madman effectuant un saut à contre courant dans le passé, "Speak Of The Devil" remplit parfaitement son contrat, et demeure un excellent live comprenant plusieurs titres devenus rares en concert à cette époque.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

10,00 €
30,84 €
10,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)