Cliquez ici undrgrnd nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 NEWNEEEW Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles9
3,9 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:7,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 décembre 2002
Ce titre parodie évidemment le succès interplanétaire de ce groupe atypique, groupe tombé à mon goût bien trop tôt dans l'oubli.
En dépit de ce tube, repris tout récemment par la ... "StarAc 2" (eh oui !), Trevor Horn, Bruce Wooley et Geoffrey Downes avaient du talent à revendre...
Ecoutez les autres chansons de ce disque pour vous faire une idée plus précise de leur ingéniosité de tous les instants.
Toutefois, même si les sonorités par trop froides et électroniques rappellent à certains moments les Allemands de Kraftwerk (cfr "Kid Dynamo"), la qualité des compositions alliée à leur inventivité méritent assurément une écoute attentive.
Retenons des titres tels : "Living in the Plastic Age" (second single de l'album), "Miss Robot" (superbe !), "Island" (bonus track - instrumental) ou encore le très bon "Johnny on the Monorail" clôturant la version "Lp" originale (par ailleurs reprise en version "relookée" via bonus track).
A mes yeux, le meilleur est encore à venir l'année suivante via le sublime et terriblement sous-estimé "Adventures in Modern Recording" qui explorera des sonorités beaucoup plus contemporaines et variées.
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En totale harmonie avec les commentaires des autres internautes (même si l'un des deux a disparu)... Ce disque commence avec un morceau grandiose et fulgurant, "The Plastic Age", avant le super tube "Video Killed The Radio Star", mais il continue sur sa lancée, enchaînant des joyaux imaginatifs et même chaleureux tombés d'on ne sait où, comme "Johnny On The Monorail", "Elstree" ou encore "Astroboy", pour constituer au final un petit chef-d'oeuvre de techno-pop aventureuse et prodigieuse, étonnamment non dénué sur certains titres d'une certaine mélancolie...
Du suivant, (pour l'instant) introuvable ou hors de prix, je connais uniquement le morceau "I Am A Camera" que j'avais entendu à l'époque de sa sortie mais dont je connais surtout la version de Yes (intitulée "Into The Lens") dans son fameux, hors du temps et superbe album "Drama" paru la même année que ce "The Age Of Plastic" et auquel participeront, à l'égal des autres membres du groupe légendaire, Geoffrey Downes et Trevor Horn, les deux têtes pensantes des Buggles.
A écouter, pour un aperçu différent des années 80...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Prenez une dose de Kraftwerk pour l'influence électronique, une dose de Beatles pour la qualité de mélodie d'origine pop, un peu de l'énergie du post-punk et de la new wave naissante, un solide sens de l'humour et une obsession totalement nerdy/geeky pour la science-fiction et vous obtenez... The Age of Plastic, le premier album des Buggles de Trevor Horn et Geoff Downes.
Mais, fondamentalement, The Age of Plastic c'est surtout une collection d'excellentes chansons à l'esthétique et à la mise en son absolument cohérentes, un collection menée tambours battants par un énorme tube que vous connaissez forcément tous (Radio Killed the Video Star) qui fut, d'ailleurs, le tout premier clip diffusé sur une MTV naissante. A l'écoute de l'ensemble de l'album une évidence se fait jour : le tube n'est, cette fois, pas l'arbre d'inspiration qui cache la forêt du tout-venant puisque dès le sautillant et fun tour de force proto-synthpop Living in the Plastic Age, on entend que le groupe a des mélodies et des idées pour les mettre en forme à foison, impression confirmée les inflexions rétro-futuristes de Kid Dynamo, la relecture du Kraftwerk sur I Love You (Miss Robot), le dynamisme d'un Clean Clean qu'on situera quelque part entre la power-pop des Cars de Ric Ocasek et les œuvres de Giorgio Moroder, etc. puisque, sur cet opus extrêmement bien produit (par Horn et Downes) il n'y a rien à jeter et certainement pas les deux inédits de la version remasterisée (Island et Technopop) venant joliment prolonger l'expérience.
On sait maintenant qu'après un second album presque aussi réussi, Adventures in Modern Technology, le duo pliera les gaules, que, dans l'intervalle, ils surprendront leur monde en jouant les remplaçants de luxe pour Jon Anderson et Rick Wakeman dans un Yes à la relance (pour un excellent Drama, précision utile puisque l'album ne rencontrera pas le succès qu'il méritait), avant d'aller chacun de leur côté, Horn en producteur star (de Yes à Paul McCartney en passant par Frankie Goes to Hollywood ou t.A.T.u), Downes en claviériste "progopoppiste" chez Asia, reste cet opus originel, une réussite de tous les instants, donc, qu'on ne peut que chaudement recommander, même à ceux qui se croient allergique à pareille entreprise parce qu'il en connaissent l'emblématique single.

1. Living in the Plastic Age 5:13
2. Video Killed the Radio Star 4:13
3. Kid Dynamo 3:29
4. I Love You (Miss Robot) 4:58
5. Clean, Clean 3:53
6. Elstree 4:29
7. Astroboy (And the Proles on Parade) 4:41
8. Johnny on the Monorail 5:28
Bonus
9. Island 3:33
10. Technopop 3:50
11. Johnny on the Monorail (A very different version) 3:49

Geoff Downes – keyboards, drums, percussion
Trevor Horn – vocals, bass guitar, guitar
&
Bruce Woolley – guitar
Paul Robinson – drums
Richard James Burgess – drums
Debi Doss – background vocals, on "Video Killed the Radio Star"
Linda Jardim – background vocals on "Video Killed the Radio Star"
Tina Charles – background vocals
Dave Birch – guitars on "The Plastic Age" and "Video Killed the Radio Star"
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet album représente l'origine du Rock Progressif dans les années 80. En l'occurrence, Geoff Downes a continué son chemin par la suite dans l'un des meilleurs groupe de Rock-Progressif de tous les temps (lorsque l'on aime, on ne lésine pas sur les termes !) : Asia.

C'est simple, dans cet album il n'y a que des tubes : en effet, qui ne connaît pas : "Living in the plastic age" ?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nouvel an 79-80, on dansait sur " Video Kills The Radio Stars ", j'étais un peu honteux d'aimer ça et loin d'imaginer que le duo allait intégrer Yes à l'été 1980 pour un résultat plutôt réussi, Drama.

'Par curiosité, il y a quelques années, j'ai acheté leur premier album ( ils n'en ont fait que deux ), pour écouter de quoi il en retournait. L'album a plus ou moins été réalisé dans l'urgence à la suite du succès imprévu de " Video Kills The Radio Stars ".

Si la pochette est immonde, l'intérieur est plus intéressant. Dans l'ensemble, cela a plutôt mal vieilli, surtout la faute aux boîtes à rythmes anémiques et aux vocoders ultra-datés, mais s'il y a pas mal de bonnes idées mélodiques et rythmiques, on sent que tout cela a été réalisé un peu à la va-vite. " The Age Of Plastic " commence comme du Kraftwerk, mais on sent vite que les influences du groupe sont plus pop et prog que new-wave.

On retrouvera certains sons et gimmicks de synthé dans le Drama de Yes et plus tard dans Asia où seul Geoff Downes officiera aux claviers, Trevor Horn, le "chanteur "- bassiste des Buggles se consacrant exclusivement à la production ( Yes , Frankie Goes To Hollywood, Seal, Art Of Noise ou McCartney ).

Le titre Elstree réemploie les mêmes ingrédients que Video Kills The Radio Stars, mais sans arriver à la même efficacité ( étonnament, Video Kills fonctionne toujours dans les soirées aujourd'hui ). L'intérêt de ce CD est surtout historique, et donc si l'on est pas un fan des Buggles, totalement dispensable.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 janvier 2014
La version longue de Video killed the radio stars n'est pas une réussite , tout sonne creux , le titre Kid Dynamo n'est pas la version face B du 45 Tours qui elle est trés bien . Seul bon point le morceau ISLAND ( face B du 45 Tours Plastic Age )

C'est bien peu ...........
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 26 novembre 2014
Je suis un gars des années 80 pourtant hormis l'inoubliable tube "Video Killed the Radio Star" je ne savais rien du groupe de Trevor Horn (depuis l'un des plus prolifiques producteurs de ces 30 dernières années). Je découvre donc, 35 ans après sa sortie ce petit bijou de pop plus ou moins synthétique dont seule l'Angleterre a le secret. Même si le son eighties est marqué et la façon de composer ancrée dans son temps, les titres sont solides: ce n'est pas du remplissage autour d'un tube NON mais bien une oeuvre maîtrisée. "Elstree" l'autre titre connu du groupe est accrocheur en diable, on a le sourire rien qu'à entendre la légèreté de l'ensemble, les trouvailles sonores, l'imparable efficacité du refrain et la nostalgie qui s'en dégage.
Bref je conseille ce disque aux inconditionnels de pop de qualité genre Depeche Mode, Japan et autre OMD des débuts.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2013
Très bon son pour l'époque. Il faut l'écouter plusieurs fois pour vraiment l'apprécier.
Le meilleur titre bien sûr c'est Video Killed the radio star. Mais Elstree est pas mal non plus
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juillet 2010
Un album incontournable, tous les titres sont des bijoux, et deux bonus par rapport à l'original!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)