Commentaires en ligne 


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La meilleure intégrale de Dvorak
Rafael Kubelik est enterré au cimetière de VyŠehrad, en république Tchèque où il était né, en compagnie de Dvorak, Mucha et Smetana et de son père... Vaclav Havel écrivit : "J'admirais Rafael Kubelik au plus haut point, non seulement pour toute la gloire dont il a auréolé la musique...
Publié le 20 avril 2011 par Henrard

versus
8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 qualite d'enregistrement
bonjour a tous
ayant recemment achete ce coffret et m'attendant au meilleur vu les commentaires elogieux je suis un peu decu de la prise de son pratiquement pas de relief basse quasi inexistantes quelle deception pour un fan de dvorak comme moi
bien sur l'interpretation ne souffre d'aucuns reproches elle est tout simplement sublime
je pense neanmoins que...
Publié le 18 mai 2011 par razmotte02


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La meilleure intégrale de Dvorak, 20 avril 2011
Par 
Henrard "ivan henrard" (france) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dvorak : les 9 symphonies (CD)
Rafael Kubelik est enterré au cimetière de VyŠehrad, en république Tchèque où il était né, en compagnie de Dvorak, Mucha et Smetana et de son père... Vaclav Havel écrivit : "J'admirais Rafael Kubelik au plus haut point, non seulement pour toute la gloire dont il a auréolé la musique tchèque, mais également parce qu'il fut un personnage extraordinaire et un patriote".
Fils et frère de musicien, doté d'un talent fou, menant une vie difficile entre l'occupation de son pays par les nazis puis par les communistes, Kubelik fut toute sa vie le chantre itinérant de l'âme tchèque.
Son interprétation des symphonies de Dvorak est un peu son autobiographie, une partie de son âme dévoilée dans la musique, le sang slave qui comme la Moldau coule dans les plaines danubiennes coule dans les veines du grand maestro.
Voila la meilleure intégrale des symphonies de Dvo'ák, même si les 5 premières sont des œuvres parfois un peu convenues. Une 9ème superbe, avec un adagio d'anthologie, des 7ème et surtout 8ème éblouissantes. Les compléments sont superbes, mais peu nombreux. Les critiques musicaux français ont toujours été assez critiques envers cette intégrale. Une récente émission de France Musiques "Le pavé dans la mare" à propos de la 8ème engendrait une véritable bataille entre deux partisans de Kertesz et 2 de Kubelík. Comme si Kubelík avait commis un crime de lèse-majesté en enregistrant le bohémien, forcément très peuple, avec la trop bourgeoise philharmonie...
Toutefois cette philarmonie dans ce coffret sonne à merveille et impose une perfection paradoxalement dans une musique historiquement ennemie puisque slave.
A se procurer impérativement !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 KUBELIK chante de toute son âme dans son arbre généalogique, et cela s'entend...jusqu'aux Cieux !, 26 février 2011
Par 
L' AIGLE (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dvorak : les 9 symphonies (CD)
Dans notre commentaire des symphonies de DVORAK, la 9e avec REINER, puis l'intégrale avec KERTESZ, ROWICKI et enfin avec NEUMANN, nous avions particulièrement évoqué d'une façon parfois lyrique la charge émotionnelle et vitale de sa musique en affirmant une filiation de HAYDN à BEETHOVEN en passant par SCHUBERT et BRUCKNER, nous basant seulement sur l'expression musicale et son écriture, les échos qu'elle éveille en soi.
Nous disions entre autre qu'il existe des affinités remarquables entre SCHUBERT et DVORAK dans leur génie mélodique. c'est le jaillissement continu d'un discours musical cohérent qui se renouvelle sans cesse, comme le géant Antée qui dans sa lutte avec Hercule reprenait des forces dès qu'il retouchait terre ! Soit les racines telluriques qui donne la force vitale au génie céleste.
Nous ne nous étions point trompé. Le musicologue, mondialement reconnu, KARL SCHUMANN l'exprime d'une façon plus philologique :

" L' humble vénération avec laquelle Dvorak ( 1841-1904 ) étudia Beethoven et observa sa technique du développement, la gratitude avec laquelle il s' inspira des tournures mélodiques pastorales et proche du lied de son protecteur Brahms (1833-1897), l' inquiétude fréquente qu'il ressentit en présence de ces grands séducteurs qu' étaient Wagner et Liszt sont incontestables, mais ce n'en fut pas moins Schubert (1747- 1828 ) qui lui délia la langue. Schubert étaient le musicien symphoniste dont le langage révélait l' influence prononcée du dialecte dans le domaine culturel autrichien, qui comprenait à cette époque la Bohême et la Hongrie. Il fut le premier compositeur non seulement à introduire la note personnelle du pays natal, du paysage et du peuple dans les mouvements de danse et les mouvements finaux, parfois perméables, depuis Haydn et Mozart, à l' idiome héréditaire, mais aussi à imprégner également les parties principales ( mouvement initial, adagio), réservées à la langue écrite ou littéraire, d'une musique liée à la nature et tendant au mysticisme naturel. C'est depuis Schubert que le dialecte pénètre, en tant que caractère spécifique substantiel et non seulement comme coloris employé à l' occasion et avec un sourire de condescendance, dans la structure thématique, le rythme, l' harmonie et la sonorité de la musique savante. (...)
Le lieu d'existence de Dvorak fut - abstraction fait de son malheureux séjour aux USA - l' ancienne Bohème du temps de l' Empereur FRançois Joseph, la patrie musicale de la Moldau où s'infiltrère de tout temps, les influences vives germano- autrichienne et tchécoslovaques."

Nous disions également avec NEUMANN que la musique de DVORAK possède au plus haut point des qualités exceptionnelles que les musicologues n'ont pas encore bien entendues ni comprises, et que La Triade d' orée de sa musique est basée sur :

1) la perfection technique compositionnelle et la maîtrise exceptionnelle de l'instrumentation.

2) Un discours musical cohérent qui avance toujours, se renouvelle constamment et sans baisse de tension ( d'où celle des auditeurs en possédant peu !) qui vous capte littéralement dans son déroulement avec une grande virtuosité expressive du langage et l'étendue de son vocabulaire musical philologique.

3) Une efflorescence poétique intense émanant d'une richesse thématique exceptionnelle avec les phrases les plus longues, unique dans l'histoire de la musique.

Cette 3e réédition KUBELIK DG récente reprend la même image, que la seconde édition, Photo noir et blanc de Prague, perspective de dômes de clochers et des flèches de la Cathédrale Saint GUY, avec disque solaire mais sans le cadre marron, ne sachant si elle a fait l'objet d' une remastérisation. Au minimum elle sera équivalente à la première édition et reprends exactement le même découpage en CD et les 3 compléments.
L'écoute sur la 1er réédition révèle des caractéristiques inverses de celles de DECCA et PHILIPS en premières éditions CD : De la profondeur, de la largeur et plus de relief. L'écoute n'est non seulement pas fatigante, mais passionnante par son relief et ses nuances . KUBELIK chante dans son arbre généalogique, c'est tout dire et dans de très bonnes conditions acoustiques, GRANDIOSE ! BOULEVERSANT.
Et pourtant enrégistrée à Jesus-Christus-Kirche, dans une église dont l' acoustique n' avait pas bonne réputation et dont les enregistrements, par exemple des symphonies de BEETHOVEN avec CLUYTENS n' est pas un modèle de clarté ! Les ingénieurs ont accomplis ici avec KUBELIK une performance en maîtrisant une acoustique impossible.

Les 3 éditions de KUBELIK et BERLIN comprennent en outre trois autres œuvres symphoniques majeures du Maître Bohémien, magnifiquement ciselées ici :
LE SCHERZO CAPRICCIOSO op. 66 / OUVERTURE CARNAVAL op. 92 / Le poème symphonique LE PIGEON DES BOIS. op. 110.
La génération prodigieuse des grandes baguettes s'étant éteinte - reste Gennady ROZDESTVENDSKY - ces 4 premières intégrales des symphonies de DVORAK compte tout particulièrement, mais dont deux sont malheureusement desservies par la prise de son.

Nous avons réécouté d' affilé cette MAGNIFIQUE intégrale de KUBELIK avec le PHILARMONIQUE de BERLIN, - et ces 3 compléments - une bonne prise de son dans une acoustique profonde avec du relief, des plans bien définis et dans l'excellence superlative de tous les pupitres en état de grâce ! Elle nous parait faire jeu égal sur la sensibilité expressive à fleur de peau avec la deuxième intégrale de NEUMANN et son exceptionnel PHILHARMONIQUE TCHEQUE.

Raphaël (1) KUBELIK, le coloriste, nous convie et nous dépeint un voyage enchanteur, d'une expressivité subtile et dense, des adagios sublimes ( oh! celui interminable de la seconde symphonie 15' 30 ) qui abolissent la notion du temps et de l'espace pour se trouver dans l' éternité d' un présent où le charisme du chef irradie palpablement les musiciens en phase avec son être et affirment la pensée d ' Heitor VILLA LOBOS : " La Musique va de cœur à cœur et d'âme à âme. C'est le premier art qui a créé tous les autres."
En écoutant NEUMANN et KUBELIK dans cet incroyable et prodigieux corpus Beethovénien-Schubertien * d' Anton DVORAK, une pensée de PALESTRINA nous vient à l'esprit pour caractériser la musique du Maître Bohémien : " La Musique est le langage de l' âme, c'est pourquoi on ne peut jamais sans lasser ".
* Beethoven pour la forme et Schubert pour le lyrisme.

Aussi, après NEUMANN et KUBELIK, qui restent en lisse dans l'intégrale des symphonies de DVORAK ??? Etant resté jusqu' à ce jour sur des impressions passées des 3 premières intégrales, et la découverte présente de la 4e chronologiquement de NEUMANN, une révision auditive pour une juste évaluation actualisée s'imposait.
Cependant, nous ne connaissons pas les 3 autres versions assez récentes de JARVI, JANSONS et GUZENHAUSER, mais seconde ou troisième pointure, à priori, lorsque l'on connait leur production. A vérifier, cependant. Nous le ferons lorsque le temps nous le permettra. Cependant les miracles techniques et interprétatifs sont très rares en matières musicales, car il existe un ordre du temps et de l'espace où surgissent à un moment donné un concours de circonstances exceptionnelles qui ne se produit qu'une fois dans l' Histoire.
De tout façon, il apparait que cette musique fortement imprégnée du sol natal, a l'air de mal supporter les voyages et les exportations !

N' oublions pas qu' 'une seule version d'une œuvre, si exceptionnelle soit - elle, est très rarement suffisante pour en goûter tous les aspects.
Les versions de références restant toujours prioritaires, vouloir le meilleur parait être naturel, selon sa disponibilité et ses propres moyens.

(1) Les prénons ne sont ni neutres et ni innocents, ils impriment dans la psyché des caractéristiques qui font la personnalité de chaque individu, ce que notre observation a constamment vérifiée. ( Voir UN PRENON POUR LA VIE de Pierre LE ROUZIC / Edition Albin Michel.)

P.S. L'ecoute sur le site AMAZON de ces CD, à 30 secondes pour chaque mouvement, est de bonne qualité pour cette édition, contrairement à la 9e par REINER qui était très déformée. Cela vous donnera une petite idée de la qualité. Mais toutefois, celà ne saurait constituer un média suffisant pour critiquer quoi que ce soit, comme certain n'hésite pas à le faire !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 qualite d'enregistrement, 18 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dvorak : les 9 symphonies (CD)
bonjour a tous
ayant recemment achete ce coffret et m'attendant au meilleur vu les commentaires elogieux je suis un peu decu de la prise de son pratiquement pas de relief basse quasi inexistantes quelle deception pour un fan de dvorak comme moi
bien sur l'interpretation ne souffre d'aucuns reproches elle est tout simplement sublime
je pense neanmoins que les ingenieurs du son devrait se remettre parfois en question
bien sur ce n'est que mon avis te je voudrai savoir ce que vous en pensez
cordialement
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Impec !, 30 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dvorak : les 9 symphonies (CD)
Rien à dire, tout bien ! Pour chercher la petite bête, je pourrai dire qu'un revers de la jacquette était légèrement décollé, mais honnêtement, si je le signale, c'est juste pour arriver au nombre minimum de mots :) ! (un tube de colle et youpla !)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Dvorak : les 9 symphonies
Dvorak : les 9 symphonies de Antonin Dvorak (CD - 2001)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit